Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bonfire
- Membre : Tommy Heart
 

 Site Officiel (255)

GOTTHARD - Human Zoo (2003)
Par GEGERS le 29 Octobre 2017          Consultée 166 fois

Né en 1985, je n'ai pas (et à mon grand regret) vécu l'âge d'or du Hard Rock, cette époque dorée, depuis largement sacralisée par les nostalgiques de tous poils, qui a vu les groupes truster le hauts des charts et publier leurs albums communément admis comme étant leurs "classiques". J'ai découvert le genre dans la deuxième moitié des années 90 une époque où, moribond, il luttait pour survivre, tentant de s'adapter pour ne pas mourir, ou lançant ses dernières salves dans une flamboyance désuète. La porte d'entrée dans l'univers de plusieurs groupes devenus ensuite "de chevet" a donc souvent été un album mal-aimé. Le Pure Instinct de SCORPIONS, le Stiff Upper Lip d'AC/DC, le Virtual XI d'IRON MAIDEN... pas vraiment des classiques. Pour autant, j'entretiens toujours une tendresse particulière pour ces albums qui ne méritent le plus souvent pas leur statut de vilain petit canard. Il en va ainsi pour Human Zoo, album qui m'a permis de découvrir GOTTHARD. Non pas que cet album soit vilipendé par les fans ou renié par ses géniteurs, mais son écoute génère plus souvent un "mouais, bof" poli qu'un "wow, génial" enthousiaste.

Il faut dire que cet album marque le début d'une nouvelle ère pour le groupe suisse, alors fraîchement séparé d'avec son producteur et mentor Chris Von Rohr. Celui qui avait accompagné le groupe depuis ses débuts se voit alors remplacé par Marc Tanner, producteur américain ayant bossé avec NELSON ou THE CALLING. Il en résulte un album qui clôt l'évolution vers un hard rock mélodique très accessible entamée quatre ans plus tôt avec Open. Le problème est que, cette fois, bien trop de miel coule dans nos oreilles. Même les titres les plus énergiques ne parviennent guère à donner le change. Il règne sur cet album une certaine torpeur lancinante qui ne se voit bousculée que le temps d'un "Top of the World", excellent titre énergique, doté d'un refrain extrêmement bien construit, devenu un classique du groupe. Une claque, que l'on aurait aimé voir se reproduire à l'écoute du morceau-titre "Human Zoo", de l'enlevé "One in a Million" ou du bluesy "Long Way Down" (enfin un titre au riff mordant) qui rappelle les premières réalisations du groupe. Las, ce seront là les seuls véritables moments de hard rock que nous pourrons entendre sur cet album.

Pour le reste, GOTTHARD propose un rock gentillet qui, malgré les belles performances vocales de Steve Lee, est d'un niveau très faible si on le compare aux précédentes réalisations du groupe. On retient surtout "Janie's Not Alone", aux intonations folk, porté par des violons, violoncelles et autres accordéons, qui en font un titre résolument original et marquant. Quitte à adoucir encore un peu plus son propos, le groupe aurait dû poursuivre dans cette voie. Car les ballades, vraiment, ne sont qu'une vaine tentative de reproduire les succès passés. Qu'elles soient électriques ou acoustiques? "Have a Little Faith", avec son ambiance piano-bar enfumé, est d'une platitude consternante, tout comme "First Time in a Long Time", très prévisible. Bien que similaires, on retient surtout de cet exercice "Stil lI Belong To You" et "No Tomorrow", qui proposent des ambiances plus sombres.

Album-découverte, celui du déclic, Human Zoo garde pour moi ce charme curieux des albums que l'on apprécie alors qu'on ne leur reconnaît finalement que peu de qualités. Objectivement, il y a ici peu de raisons de s'extasier. GOTTHARD a poussé trop loin sa tentative de proposer un rock ultra-accessible, perdant en route une partie de son identité, et surtout sa capacité à alterner une caresse / une claque, ce qui faisait sa grandeur et sa marque de fabrique. Un "petit" album, à redécouvrir tout de même pour "Top of the World" et l'utilisation intelligente d'instruments à cordes frottés.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAD MAX
Stormchild (1985)
Sous les pavés la plage...




GOTTHARD
D-frosted (1997)
Pépites acoustiques.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Steve Lee (chant)
- Leo Leoni (guitare)
- Mandy Meyer (guitare)
- Marc Lynn (basse)
- Hena Habegger (batterie)


1. Human Zoo
2. What I Like
3. Have A Little Faith
4. Top Of The World
5. Janie’s Not Alone
6. Still I Belong To You
7. One In A Million
8. No Tomorrow
9. First Time In A Long Time
10. Where I Belong
11. Long Way Down
12. What Can I Do



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod