Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

John WILLIAMS - The Lost World - Jurassic Park (le Monde Perdu) (1997)
Par DERWIJES le 15 Juillet 2019          Consultée 210 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Alors oui, je suis d'accord, Le Monde Perdu: Jurassic Park a des défauts. Ian Malcolm passe de personnage secondaire passif à un action man, sa fille est super énervante, Vince Vaughn ne sert à rien et Julianne Moore est cruellement inutilisée, certaines scènes sont ridicules... Mais n'empêche que je l'aime ce film. Ben oui ! Quoiqu'on en dise Le Monde Perdu reste un divertissement solide qui s'apprécie très bien malgré ses défauts, notamment grâce à des scènes d'action rivalisant avec le premier et des dinos animatroniques toujours aussi bien faits, merci Stan Winston et Industrial Light & Magic. On peut dire ce que l'on veut de Steven Spielberg mais le gars à l’œil pour le spectaculaire !

Spielberg qui voulait réaliser une suite à Jurassic Park a acheté les droits du roman The Lost World -toujours écrit par Michael Crichton- dès sa sortie en 1995 et s’attelle à sa réalisation en 1996. Seul petit bémol, son dernier film en date est La Liste de Schindler... Son film le plus personnel et le plus éprouvant, qui l'a laissé exsangue. Il avouera lui-même ne pas avoir eu la tête à faire un film pop-corn dans la veine d'un Jurassic Park, ce qui peut expliquer le ton résolument plus sombre de ce second opus.

Côté musique c'est évidemment John WILLIAMS qui est convoqué, et là aussi il y a du changement. Alors que le premier film alternait moments d'horreur, d'action et d'éblouissement symphonique devant les dinosaures l'accent est ici mis sur l'action.?Ne désirant pas se répéter il relègue le superbe thème de la saga (auquel je référerais sous le nom de “Island Fanfare” pendant cette chronique et les suivantes) au second plan, ne l'utilisant qu'à deux occasions: pour “Journey to the Island”, et “End Credits”. Il préfère y développer un nouveau thème plus en phase avec l'atmosphère de ce second volet et que l'on entend dès la première piste éponyme. Ce nouveau thème s'introduit avec des cuivres tout à fait dans le style du compositeur. Comme Spielberg Williams a aussi le flair pour le spectaculaire et on se laisse prendre par ce nouveau thème où la magie de la “Island Fanfare” est remplacée par un sous-thème sombre.

La fin des années 90 est la période ou John Williams s'intéresse aux percussions. Dans ce Jurassic Park il profite du décor de la jungle pour y intéresser bongos, congas, tablas et autres percussions sud-américaines/africaines tantôt en arrière-plan menaçant tantôt au centre de l'action. Cela lui permet de donner une respiration à sa musique et de mettre l'emphase sur le fait que les protagonistes sont constamment traqués. On peut citer le morceau de choix “Visitor in San Diego” qui alterne ces deux ambiances, y insérant au passage une superbe citation du “Island Fanfare”. Ou alors pendant “Hunt”, pur moment d'action illustrant la scène où les méchants capturent les dinosaures.

Un autre passage du film m'ayant marqué lors du visionnage était celui des petits dinosaures s'attaquant vicieusement à un humain isolé des autres. C'est d'ailleurs la première scène du film que j'ai vu, mon père ayant zappé dessus par hasard un après-midi de disette télévisuelle. La musique de la scène m'avait marqué et à juste titre puisque Williams y emploie la technique dite “de musique aléatoire”. Je serais bien en peine de vous expliquer en détails le fonctionnement de cette technique alors je dirais juste qu'il l'utilise pour transmettre l'effet d'abord de colère puis de terreur du personnage sur le point de finir en Big Mac pour dinosaure -une mort peu enviable qui n'a pas grand-chose à envier à celle de la baby-sitter de Jurassic World qui a fait crisser des dents certains-.

En terme de B.O celle de The Lost World est à l'image du film: divertissante et efficace sans chercher à être plus que cela. Comportant quelques moments de bravoure -”Visitor in San Diego” brille par sa construction en plusieurs phases bien distinctes, le “Finale and Jurassic Park Theme” nous prend par les sentiments et le thème principal vaut son pesant de cacahuètes-. Ça ne plaira pas à tout le monde , mais c'est un album vers lequel je me surprend à revenir de temps à autre avec grand plaisir.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par DERWIJES :


Jeremy SOULE
The Elder Scrolls Iv: Oblivion (2006)
A la gloire de cyrodiil.




Michael GIACCHINO
Spider-man: Homecoming (2017)
Does whatever a spider can


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- John Williams (compositeur)
- Conrad Pope, John Neufeld (orchestrateurs)


1. The Lost World
2. The Island Prologue
3. Malcolm's Journey
4. The Hunt
5. The Trek
6. Finding Camp Jurassic
7. Rescuing Sarah
8. Hammond's Plan
9. The Raptors Appear
10. The Compys Dine
11. The Stegosaurus
12. Ludlow's Demise
13. Visitor In San Diego
14. Finale And Jurassic Park Theme



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod