Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

John WILLIAMS - Star Wars : Episode Vi - Le Retour Du Jedi (1983)
Par RED ONE le 22 Janvier 2015          Consultée 1279 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

En 1983, nous y sommes : encore sous le choc des révélations au sommet de L'Empire Contre-Attaque, les fans de George Lucas se préparent à connaître le dénouement final de la première trilogie STAR WARS. L'enjeu est de taille pour nos héros galactiques : Luke Skywalker est enfin devenu un Jedi, et l'Alliance Rebelle se prépare à porter un coup fatal à l'Empire Galactique... Alors que Han Solo sort à peine du bac à glaçons, voici que surgit l'Empereur Palpatine en personne, maître absolu du Côté Obscur ! Nos héros vont alors devoir utiliser toute leur ruse et leur courage pour vaincre le maléfique Empire.

Bien avant les polémiques suscitées par Jar Jar Binks, Lucas perturbe déjà ses fans en introduisant dans son univers les Ewoks, de mignonnes petites créatures échappées d'un épisode des Bisounours. Les Ewoks ne sont pourtant qu'une petite partie du parc zoologique délirant que nous offre l'Episode VI : extraterrestres stupides à têtes de gland, grosses limaces obèses et baveuses, monstres visqueux en pâte à modeler... De toute évidence, Lucas voulait redonner un cachet "enfantin" et coloré à sa saga, après les abîmes de noirceur décrits dans l'Episode V. Un changement d'orientation qu'on retrouve bien sûr dans la bande originale du Retour du Jedi.
Pourtant, malgré tout ce barnum un peu ridicule, c'est bel et bien ici que la saga de la famille Skywalker prend (officiellement) fin. Le fils affronte le père, le jumeau retrouve sa jumelle, et ce brave Yoda peut enfin mourir tranquille. Une atmosphère de célébration et de conclusion, illustrée comme il se doit par une bande originale bien plus nuancée que celle de l'Episode V.

Et pour cause : la nouvelle partition de John WILLIAMS continue de jongler aléatoirement entre la lumière et l'obscurité sur de nombreux thèmes illustrant la première partie du film sur Tatooine, tels que "Bounty For A Wookie", "Han Solo Returns", "The Pit Of Carkoon", ou encore "Sail Assault Barge"... La luxuriante planète Endor et ses mystères sont également le prétexte à des contrastes musicaux fort bien trouvés, comme on peut le constater sur "Land Of The Ewoks", avec un thème fort réussi spécialement écrit pour nos petites boules de poil favorites.
Comme un prélude à la fête qui suivra la victoire finale des Rebelles, la B.O. du Retour du Jedi sait également se faire festive et taquine. Le palais de Jabba le Hutt, véritable cour des miracles de l'Espace, justifie dès lors quelques délires expérimentaux, comme ce "Jabba's Baroque Recital", ouvertement inspiré de la musique du XVIIe siècle, auquel on peut rajouter le "Jedi Rock", morceau funk spécialement écrit pour la version remastérisée de 1997. L'univers forestier d'Endor nous donne également à entendre des thèmes eux aussi moins conventionnels ("Ewok Feast", "Part Of The Tribe"), où des percussions d'inspiration amérindienne et africaine rythment la découverte par nos héros du village des Ewoks.

Un contraste plus qu'évident avec les thèmes sinistres de l'Empire ("Shuttle Tydirium Approches Endor", "The Emperor Arrives") et ceux plus chevaleresques et plus solennels de l'Alliance ("Alliance Assembly", "Leia's News"). Certains vieux thèmes des deux épisodes précédents sont évidemment recyclés, pour marquer la continuité narrative, mais cela ne va toutefois pas sans quelques longueurs. Ainsi la célèbre "Marche Impériale", tube de l'Episode V, est ici tellement réutilisée qu'elle en deviendrait presque gonflante. Heureusement, un nouveau thème maléfique va faire son apparition pour apporter un peu de variété à l'ensemble : celui de l'Empereur lui-même ("Emperor's Throne Room"). La recette fonctionne : des choeurs masculins très graves, des cuivres inquiétants, une menace lourde et extrêmement oppressante. De quoi faire douter le jeune Luke, plus que jamais tiraillé entre le Bien et le Mal.

Le moment fort de cette B.O. demeure enfin la longue pièce intitulée "The Battle of Endor", ici découpée en 3 pièces. C'est que cette fois, on ne plaisante plus du côté de l'Alliance Rebelle ! Après la déculottée subie au début de l'Episode V, les ennemis jurés de l'Empereur Palpatine sortent l'artillerie lourde. La puissante flotte rebelle, commandée par le célèbre amiral Ackbar et ses phrases cultes ("It's a trap !"), s'apprête à en découdre. Au sein du London Symphony Orchestra, on est aussi sur le pied de guerre ! Alors que les violons s'énervent et que les cuivres s'emballent, les escadrons de A-Wings se lancent à l'assaut des Destroyers stellaires, sous un déluge de feu laser ininterrompu ! Le final de cette longue pièce se veut superbe et grandiose, les clarinettes célébrant dignement l'explosion de la seconde Etoile de la Mort sous un tonnerre symphonique magistral.
Anakin Skywalker ayant racheté ses fautes et sauvé son fils, il est désormais l'heure pour nos héros de célébrer leurs retrouvailles et de songer à l'avenir.

Au final, si Le Retour du Jedi est peut être l'un des opus les plus polémiques de la saga Star Wars pour diverses raisons, sa B.O. demeure incontestablement l'une des plus réussies de toutes. Certes, elle ne réinvente pas autant l'univers de la série que ne le feront bien des années plus tard les bandes originales des Episodes I, II et III. Mais elle introduit un nombre assez conséquent de thèmes forts, dont certains sont très marquants et demeurent encore à ce jour parmi les préférés des fans. De quoi enfiler son plus beau peignoir pour jouer au chevalier Jedi dans sa salle de bain, non ?

Voilà, ainsi s'achève en 1983 la première partie de la saga intergalactique de George Lucas. Fatigué par dix années de production, Lucas se retire momentanément du monde du cinéma, préférant laisser prospérer son empire de produits dérivés et préparant déjà la "suite" de sa trilogie. Pour le meilleur... et pour le pire ?

"Et quand 900 ans tu auras comme moi, moins en forme tu seras !"

Note : cette chronique se base sur la réédition 2 CD de 2004, sortie à l'occasion des rééditions en DVD des 3 films de la trilogie originale. Cette réédition est un remix de la B.O. d'origine supervisé par John Williams lui-même.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par RED ONE :


ULVER
Messe I.x-vi.x (2013)
Une messe pour les ténèbres




John WILLIAMS
Star Wars : Episode I - La Menace Fantôme (1999)
"Noussa peut être... bons amis ? Brrrrrrrrrrr !!!"


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- The London Symphony Orchestra
- John Williams (composition, direction)


1. 20th Century Fox Fanfare
2. Main Title / Approaching The Death Star
3. The Droids Are Captured
4. Bounty For A Wookiee
5. Han Solo Returns
6. Luke Confronts Jabba
7. The Pit Of Carkoon /sail Barge Assault
8. The Emperor Arrives / The Death Of Yoda
9. Alliance Assembly
10. Shuttle Tydirium Approaches Endor
11. Speeder Bike Chase / Land Of The Ewoks
12. The Levitation / Threepio's Bedtime Story
13. Jabba's Baroque Recital
14. Jedi Rocks
15. Sail Barge Assault (alternate)

1. Parade Of The Ewoks
2. Luke And Leia
3. Brother And Sister / Father And Son
4. The Emperor's Throne Room
5. The Battle Of Endor
6. The Lightsaber / The Ewok Battle
7. The Battle Of Endor Ii
8. The Battle Of Endor Iii
9. Leia's News / Light Of The Force
10. Victory Celebration / End Title
11. Ewok Feast / Part Of The Tribe
12. The Forest Battle (concert Suite)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod