Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

John WILLIAMS - Star Wars : Episode Iii - La Revanche Des Sith (2005)
Par RED ONE le 17 Février 2015          Consultée 1200 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Nous y voilà. 2005. L'Episode III. La Revanche des Sith. Le film que beaucoup d'aficionados du plus grand space opera jamais réalisé ont attendu pendant de longues années. Y compris votre serviteur, vous vous en doutez. Si le succès commercial fut évidemment colossal, cinématographiquement on est quand même en droit de s'interroger un peu.
Car tout ici pue l'effet spécial à gogo, jusqu'à plus soif : des scènes intégralement filmées sur fond bleu, aucun décor naturel, de la 3D partout. Tout ceci est normal, cher ami lecteur : par bien des aspects, La Revanche des Sith n'est pas un film. C'est un jeu vidéo. Bon évidemment j'abuse un peu, il y a quand même un grand nombre de scènes très bien fichues dans ce film, mais sérieusement faites la comparaison avec les vieux films de la première trilogie des années 1977-1983, le constat semble sans appel. George Lucas n'a jamais été aussi loin du cinéma qu'avec les Episodes II et III.

Pourtant, ben... Ouais, il faut bien avouer qu'on prend souvent son pied à regarder cet épisode explosif, censé assurer la transition narrative entre la "prélogie" et la trilogie originale. Si on part de cette simple idée scénaristique, La Revanche des Sith prend alors une tout autre dimension, devenant un véritable jeu de pistes pour le spectateur : on s'attachera dès lors à ausculter chaque détail du décor, à regarder l'habitacle de tel ou tel vaisseau, le costume de tel ou tel personnage secondaire, etc... Avec l'ambition d'y percevoir les germes de ce que deviendra la galaxie de George Lucas dans un futur que nous connaissons, malheureusement pour elle, déjà par coeur depuis 1977. Un véritable défi à la logique de l'espace-temps, n'est-ce pas ?
Vous le saviez vous, que le cockpit des Intercepteurs Jedi préfigurait celui des Chasseurs TIE ? Et que le design des ARC-170 de la République rappelait volontairement celui des X-Wings de l'Alliance ? Je vous l'accorde, il faut avoir l'oeil pour voir ça. Mais essayez et vous verrez, c'est véritablement addictif ! Et ce qui n'était alors qu'un long jeu vidéo en 3D de 2 heures devient soudainement un grand labyrinthe épique où l'on aime à se perdre. T'es quand même un sacré filou, George...

Au niveau de sa musique, c'est à peu près la même chose. L'Episode III étant censé assurer la transition entre les deux sagas, sa bande originale se veut un véritable patchwork de références aux musiques des 5 autres Episodes. Si l'on note certes un nombre assez conséquent de nouveaux thèmes originaux (comme celui du duel final), force est cependant d'admettre que John WILLIAMS ne prends pas énormément de risques ici_.
Après Dark Maul dans l'Episode I, après le comte Dooku dans l'Episode II, l'Episode III introduit ENCORE un nouvel antagoniste, en la personne du grotesque général Grievous, commandant suprême de l'armée séparatiste. Son thème musical, échevelé et épique, est certes assez sympathique, mais on peine cependant à y voir autre chose qu'une vague redite des anciens thèmes de la Fédération du Commerce dans l'Episode I. Ce n'est guère très convaincant. Grievous aura heureusement droit à de meilleurs moments un peu plus tard : "Grievous Speaks To Lord Sidious" notamment, qui se révèle ainsi plaisant avec ses choeurs épiques, annonçant déjà le terrible coup d'Etat qui renversera la République à la fin du film et instaurera l'Empire.

Comme vous le savez sûrement déjà, La Revanche des Sith est un film assez pessimiste, qui finit évidemment mal pour tous ses protagonistes. Les moments tragiques sont donc omniprésents ici, et aucune note d'optimisme ne vient égayer le tableau. Sauf peut être à la fin, mais ça nous en reparlerons...
Le ton est donc d'emblée donné : "Anakin's Betrayal", qui illustre le moment clé du film, à savoir le basculement définitif d'Anakin Skywalker vers le Côté Obscur de la Force, en est un superbe exemple. Dans le même ordre d'idées, on relèvera aussi la très angoissante "Padmé's Ruminations", où des choeurs féminins éthérés et quelques sonorités synthétiques viennent distiller une ambiance très étrange. Eh oui pauvre Padmé, abandonne tout espoir, ton Jedi chéri va bientôt tomber dans les ténèbres !
Que dire également des sinistres "Palpatine's Teachings", avec ces choeurs extrêmement graves, évoquant le sinistre bourdonnement du Côté Obscur ? Terribles et solennels, ils ne laisseront guère longtemps planer le doute quand à la véritable identité du mystérieux Seigneur Sith qui manipule nos héros depuis l'Episode I !

La scène principale du film est le mythique duel fratricide au sabre laser entre Anakin et Obi-Wan. Le moins que l'on puisse dire c'est que John WILLIAMS met ici le paquet pour imposer son tout nouveau tube, "Battle Of The Heroes". Sorte de suite spirituelle à "Duel Of The Fates", ce dernier thème musical majeur de la prélogie est ainsi répété plusieurs fois dans la partition. À tel point que "Anakin vs. Obi-Wan", située un peu plus loin, ne semble être qu'un vague remix de la version originale située au début. Un peu facile, mais bon ce thème demeure quand même une belle réussite très efficace, qui marque instantanément.
Les ténèbres sont à leur apogée sur "Anakin's Dark Deeds", passage évoquant à merveille toute l'horreur du terrible basculement d'Anakin et de sa transformation en Dark Vador. On enchaîne d'ailleurs directement avec "Enter Lord Vader", suite logique de ce même morceau, qui malheureusement s'embourbe quelque peu dans un grand capharnaüm de thèmes obscurs.

Après tout ce déversement d'obscurité, on a quand même droit à un peu de réconfort, vous ne trouvez pas ?
La naissance des jumeaux Skywalker, autre moment très attendu par les fans lors de la sortie du film, est habilement gérée par le compositeur américain : à l'instar de George Lucas, qui montera ensemble la scène de la naissance et celle de la première apparition d'Anakin dans sa légendaire armure Sith, John Williams nous donne à entendre un thème enfantin, fait de petites notes doucereuses, auxquelles se mêlent d'habiles références au reste de la saga. Au détriment de l'originalité ? Et bien oui : "Padmé's Destiny" n'est ainsi qu'une redite complète du "Qui Gon's Funeral" de l'Episode I. La continuité a donc un prix : depuis le début de la partition, John Williams recycle en effet beaucoup de vieux thèmes des films précédents qui ont fait leurs preuves, même s'il faut bien admettre que cela demeure souvent efficace.
Les crédits de fin, introduits par un thème nommé... "A New Hope" (coucou l'Episode IV !), parlent pour eux mêmes : les jumeaux Luke et Leia étant mis chacun de leur côté en sécurité pour une bonne vingtaine d'années, Obi-Wan Kenobi peut enfin partir s'enterrer dans le désert de Tatooine en attendant des jours meilleurs, pendant qu'un certain Owen Lars regarde paisiblement les soleils se coucher dans le lointain.

Si John WILLIAMS ne livre donc clairement pas sa partition la plus originale avec cette nouvelle livraison Star Wars, force est quand même d'admettre que les bons moments sont légion et que le souffle épique ne s'arrête jamais. L'erreur catastrophique "Across The Stars" (véritable boulet de l'Episode II) ayant été judicieusement évitée ici, on peut donc sans problème savourer cette superbe conclusion musicale, qui assure sans problème la continuité entre les deux trilogies tout en proposant quelques nouvelles choses intéressantes.

Et voili voilà. En 2005, George Lucas abandonne une nouvelle fois sa galaxie à son triste sort. De nombreux produits dérivés (séries animées, jeux vidéos), dont certains de qualité, viendront compléter et approfondir son oeuvre durant la décennie qui suivra. La boucle était désormais bouclée.

En attendant peut être, qui sait ? Le réveil de la Force ?!!!!

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par RED ONE :


ULVER
Terrestrials (2014)
Ulver + Sunn O))) = Naissance de l'univers




John WILLIAMS
Star Wars : Episode Vi - Le Retour Du Jedi (1983)
"It's a trap !"


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- The London Symphony Orchestra
- John Williams (composition, direction)


1. Star Wars Main Title / The Revenge Of The Sith
2. Anakin's Dream
3. Battle Of The Heroes
4. Anakin's Betrayal
5. General Grievous
6. Palpatine's Teachings
7. Grievous And The Droids
8. Padmé's Ruminations
9. Anakin Vs. Obi-wan
10. Anakin's Dark Deeds
11. Enter Lord Vader
12. The Immolation Scene
13. Grievous Speaks To Lord Sidious
14. The Birth Of The Twins / Padmé's Destiny
15. A New Hope / End Credits



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod