Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Everly Brothers

The KINGSTON TRIO - Time To Think (1963)
Par ERWIN le 3 Septembre 2019          Consultée 58 fois

Cinq ans de carrière et déjà le dix huitième album se profile pour les stakhanovistes de la folk music. C'est gigantesque et si on considère que le groupe tourne sans cesse, imaginez le tourbillon dans lequel vivent les musiciens à l'époque. Ils semblent cependant tous les trois parvenir à se défier des ingrédients typiques de la vie de rock star, alcool et drogue ne sont guère présents dans leur vie, ce qui explique certainement aussi leur incroyable capacité de travail. Time To Think, au titre bien trompeur est le dernier de cette année 1963, et la transition entre la première époque du rock et celle qui suit est en train de s'achever, il n'y a donc plus une minute à perdre pour "surfer" sur le succès passé. C'est pourquoi les boss de Capitol ont renvoyé le TRIO sans attendre au studio, ils se doutent que le temps s'assombrit.

C'est pourtant au sein de cet opus peu consacré par la postérité que se trouve un de mes titres préférés du KINGSTON TRIO, il s'agit de "Ally Ally Oxen Free". Ce titre dispense une atmosphère d'insouciance assea balèze. Le sujet est écolo puisqu'il s'agit de libérer les vaches et de les regarder gambader dans les prés. C'est sans doute un peu léger pour s'aligner face aux rebels songs de Bob DYLAN, mais c'est déjà un progrès. La mélodie est une merveille et l'orchestration simple est d'une séduction à toute épreuve. Un must donc !

L'hispanisante "Deportee" tient remarquablement la route avec ses guitares presque flamenco, le chant vibrant de John passe magnifiquement sur cette reprise de Woody GUTHRIE. Les paroles sont plus dramatiques, on sent que le TRIO tente d'infléchir les sujets de ses chansons et de s'adapter à l'époque. Dans la droite lignée, "Hobo's Lullaby" rejoint le thème des clochards célestes

Il y a trois contributions de Stewart sur cet album : rythme western tressautant sur "If You Don't Look Around", avec de belles harmonies vocales plus modernes. "These Seven Men" nous replonge dans la conquête de louest, un des thèmes de prédilection du TRIO. Il y a un coté vraiment kitsch sur "Song For A Friend", qui raconte l'histoire d'une amitié. C'est le pur style du compositeur, des chansons mignonnettes, mais rarement des chefs d'oeuvre.

"The patriot Game" nous replonge dans les sentiments nationalistes qu'aiment glorifier les américains. La chanson est douce et belle, Nick, John et Bob y vont chacun de leur strophe, avec à chaque fois une belle ambiance. On se souviendra que John Kennedy est assassiné à Dallas le 23 novembre, eu avant la sortie de cet album. Etrange coïncidence, car jamais plus l'Amérique ne sera glorifié comme avant. Sinon, "Coal Tatoo" est une chevauchée sur les mineurs et "Last Night I Had The Strangest Dream" est gaie comme une chanson à boire.

Les fans de Jacques BREL vont reconnaître "Le Moribond" sous les traits de "Seasons In The Sun", sympathique démarche que de reprendre le grand chanteur francophone. A l'opposé géographique, nous avons une nouvelle reprise de Harry BELAFONTE : "Turn Around" est l'habituelle contine à laquelle se livre les membres du truo sur chacun ou presque de leurs albums. C'est joli bien sur, et reste l'apanage de Nick Reynolds, c'est aussi à nouveau plus moderne.

I y a belle lurette que je n'ai mis autre chose qu'un 3 aux albums du KINGSTON TRIO, celui là n'échappera pas à la règle, la musique est toujours agréable et bien fichue, mais il manque de plusieurs titres supérieurs pour accéder à la note de 4. Ici, seule "Ally Ally Oxen Free" et un degré moindre "The Patriot Game" sont mémorables et dignes d'intérêt. Cet opus atteint la 18eme place du Billboard, la chute se poursuit, inexorable. Je n'avais jamais constaté que la fin du rock des pionniers correspondaient à l'assassinat de Kennedy. C'est troublant mais il y a en cet instant un clair changement dans la perception de la culture américaine.

A lire aussi en BLUES par ERWIN :


Robert PALMER
Drive (2003)
Un dernier blues à paris




Chris REA
Stony Road (2002)
Survivre


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Bob Shane (chant-guitare)
- Nick Reynolds (chant-ukulele-percussions)
- John Stewart (chant-guitare-banjo)


1. Patriot Game
2. Coal Tatoo
3. Hobos Lullaby
4. Seasons In The Sun
5. These Seven Men
6. Ally Ally Oxen Free
7. Deportee
8. No One To Talk My Troubles To
9. If You Dont Look Around
10. Turn Around
11. Song For A Friend
12. Last Night I Had The Strangest Dream



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod