Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO-PROG  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1983 Script For A Jester's...
1985 Misplaced Childhood
1987 Clutching At Straws
1989 Season's End
1997 This Strange Engine
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road (ext...
2007 Somewhere Else
 

- Style : Pendragon, Iq, Ayreon
- Membre : The Wishing Tree , Gtr, Transatlantic, Steve Rothery
- Style + Membre : Fish, Steve Hogarth & R. Barbieri
 

 Site Officiel (1227)

MARILLION - Live From Loreley (1987)
Par JOVIAL le 17 Mai 2010          Consultée 3295 fois

Live From Loreley est bien trop surestimé. Derrière le statut de live quasi-mythique du groupe anglais se cache une énorme arnaque, pire encore, une insulte. Lorsque l’on s’appelle MARILLION et que l’on vient de sortir un album aussi magnifique que Clutching at Straws, on n’a pas le droit de sortir une chose pareille. La tracklist était parfaite, le cadre des bords du Rhin splendide, la scène impressionnante, les moyens employés titanesques et le public allemand bien au rendez-vous… Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour que ce Live From Loreley soit grandiose. Et bien non, MARILLION nous sert ici un concert insipide, presque sans intérêt et décevant.

Relativisons tout d’abord, car les morceaux sont joués à la perfection, tellement qu’on se croirait d’ailleurs en train d’écouter les versions studios. Quelques défauts dans la balance viennent de temps à autre gâcher quelques passages, la guitare de Steve Rothery est parfois un peu trop en retrait et les claviers trop imposants, mais on mettra ça sur le compte des éternels petits problèmes des concerts… Si seulement il n’y avait que ça. MARILLION n’est pas là. Les musiciens assurent un service plus que minimum. Même Fish, connu et reconnu pour ses fameuses prestations sur scène, semble complètement ailleurs. Avec seulement quelques petites harangues au public de temps à autre, on est bien loin du Fish charismatique des premières années. Sur certains morceaux, on a même l’impression qu’il ne souhaite qu’une seule chose : arrêter. Le reste de la troupe est visiblement elle aussi dans une optique de comportement identique à son chanteur : Trewavas sautille gentilment, Rothery fait un pas vers le public pour en faire quatre en arrière, Kelly et Mosley restent respectivement cachés derrière leurs instruments. Pas d’énergie, MARILLION semble se contenter de jouer ses morceaux, point barre. Remarquez, la célébrité (et tout l’aspect financier qui l’accompagne) est enfin arrivée, alors pourquoi se fatiguer à tenter d‘assurer le show devant un public conquis d‘avance ? Ce dernier est d’ailleurs montré la moitié du temps, l’autre moitié étant occupé par Fish. Ian Mosley est invisible durant le concert, pratiquement aucune image de lui, alors que le réalisateur s’attarde régulièrement sur des plans sans aucune utilité, comme celui de voir le groupe depuis les derniers rangs ou de filmer face à un projecteur (intéressant hein ?). Tessa Niles, dont la performance n’était pas passé inaperçue sur Clutching at Straws, n’est même pas présente. On pardonne MARILLION, c’est tellement mieux de choisir une nouvelle chanteuse, Cori Josias, à la voix bien moins belle mais à la poitrine plus volumineuse.

MARILLION n’existe plus : c’est Fish et les musiciens. Les tensions se font même ressentir sur scène. À de rares moments (« Incommunicado », « Sugar Mice » ou « Script for a Jester’s Tear ») le groupe semble s’éclater, apprécier la musique qu’il joue… Le reste du temps, c’est tout le contraire. Kelly et Rothery tirent une tronche d’enterrement, Fish reste seul au milieu de la scène… Live From Loreley est un concert écœurant d’un groupe écœuré. La qualité musicale n’est pas mauvaise (mais pas excellente non plus), mais tant qu’à filmer son live, autant avoir le show qui va avec. On préférera alors se rabattre sur le live The Thieving Magpies : pas d’images, mais une musique bien plus prenante.

Les bonus ne rattrapent même pas la note : pas d’interview, pas d’inédits, juste une galerie de photos, dont la qualité reste à désirer. Bref, Live From Loreley reste un live vraiment très très moyen d’un groupe dont on sent déjà la fin. Y’a des bons moments certes, tout n’est pas à jeter, mais l’ensemble est vraiment trop décevant pour une formation qui jouait ce soir-là bien en dessous de ses capacités. Une réédition CD est sortie en 2009, contenant quelques bonus, mais restant assez moyenne elle aussi. Bref, ça sert à rien d’insister, ce live sera toujours irrécupérable pour moi, et ne mérite qu’à peine son 2/5.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


MARILLION
Clutching At Straws (1987)
Chef-d'oeuvre inégalable du groupe anglais

(+ 1 kro-express)



The CESARIANS
Cesarians 1 (2009)
Un nouvelle voie pour le rock ? Un chef d'oeuvre.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Pete Trewavas (basse/choeurs)
- Mark Kelly (claviers)
- Ian Mosley (batterie/percussions)
- Cori Josias (choeurs)


1. Slàinte Mhath
2. Assassing
3. Script For A Jester's Tear
4. Incubus
5. Sugar Mice
6. Hotel Hobbies
7. Warm Wet Circle
8. That Time Of The Nigth (the Short Straw)
9. Kayleigh
10. Lavender
11. Bitter Suite
12. Heart Of Lothian
13. The Last Straw
14. Incommunicado



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod