Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night
- Membre : Alan Simon , Richard Thompson
- Style + Membre : Steeleye Span, Jethro Tull

FAIRPORT CONVENTION - Babbacombe Lee (1971)
Par MARCO STIVELL le 29 Août 2012          Consultée 1026 fois

Malgré les tracas, FAIRPORT CONVENTION continue de multiplier les albums et, bien qu'il n'en soit qu'à son septième effort en cette fin d'année 1971, donne l'impression d'un groupe qui a longtemps vécu déjà. Pourtant avec Babbacombe Lee et contrairement au décevant Angel Delight qui a précédé, le groupe connaît un regain de forme, arrive à fournir de l'avis général son dernier grand album pour ces années 70 en dents de scie.

L'idée est pour le moins originale : Babbacombe Lee, ou quand un groupe de folk-rock britannique prestigieux se plie au jeu du concept-album ! Après avoir lancé une mode, FAIRPORT CONVENTION en suit une autre puisque les concepts ou semi concept-albums commençaient d'être très en vogue en ce début d'années 70. Dave Swarbrick a donc choisi de s'inspirer de la vie de John «Babbacombe» Lee, un homme ayant vécu à la fin du XIXème/début du XXème siècle, qui avait été trop vite accusé d'un meurtre et condamné à mort avant d'être relâché pour «impossibilité d'exécution». Le violoniste furetait dans un magasin de bric-à-brac et est carrément tombé sur un dossier de coupures de presse tenu par Babbacombe lui-même, daté et signé en 1908 ! Babbacombe Lee est le premier opéra folk-rock de l'histoire de la musique !

Il y avait donc une belle matière pour proposer une oeuvre originale dans la composition comme la nouveauté et FAIRPORT CONVENTION va prouver qu'ils l'ont fait avec dignité. Dans la bonne lignée des disques progressifs, Babbacombe Lee possède une suite de pièces plutôt longues, dépassant allègrement les dix minutes. Mais progressif, il ne l'est pas dans ses compositions. En fait il ressemble plutôt à un collage de chansons donnant l'impression de longues suites, alors que musicalement elles n'ont à voir entre elles que l'histoire. Certaines s'enchaînent par un fondu, d'autres nécessitent un léger silence pour passer de l'une à l'autre, bref FAIRPORT CONVENTION n'est pas encore prêt d'égaler Yes sur le plan de l'audace. Et bien sûr les compositions restent simples dans leur structure, préférant le classique couplet-refrain-solo...

Le disque commence avec la prononciation du juge parlée et froide de la sentence de John Lee, avant un retour sur la jeunesse de ce dernier. Elevé dans la pauvreté, il a tenté de se mettre au service de Miss Keyes, mais instable et en conflit avec sa famille, il s'engagea dans la Marine Royale. Cette première période est illustrée d'abord par un morceau purement folk-rock avec de superbes choeurs, puis par un reel qui fait une boucle en incluant une accalmie acoustique où Nicol chante seul avec sa guitare, sublime. L'arrivée à l'armée se fait avec la présence d'une batterie militaire en plein reel. La deuxième pièce parle de la période la plus heureuse de la vie de John Lee. L'ouverture se fait par un hornpipe très gai, mais Lee est déclaré invalide à la Marine. Le groupe use des charmes d'une valse folk au refrain entêtant, alors que le protagoniste tente divers boulots pour survivre. Le retour au service de Miss Keyes se fait par une chanson rock à la batterie massive et au refrain entraînant. L'ancienne première face se conclue par l'énonciation parlée du meurtre de Miss Keyes tel un fait divers journalistique, et Simon Nicol interprète là encore une magnifique ballade acoustique, bien qu'aidé par ses camarades.

La quatrième pièce raconte le procès de Lee, auquel il n'a pas été autorisé à dire grand-chose. Mené par un refrain tout simple («John Babbacombe Lee !»), ce rock furieux est rehaussé par un superbe double solo de guitare et de violon. Nouveau silence, et une pièce acoustique nous raconte les diverses pensées qui accompagnent Lee pendant les trois semaines de détention avant son exécution. Un magnifique travail est réalisé sur les guitares et dulcimers. De manière légèrement fantastique, la dernière pièce mentionne ce qui a maintenu l'homme en vie alors que l'exécution n'a fait qu'échouer, la potence s'étant écroulée trois fois alors qu'on essayait de le pendre ! On notera deux ballades acoustiques où ressort le violon torturé de Dave Swarbrick et au «Dream !» harmonisé superbe, avant un final folk-rock classique où résonnent mandoline, tambourin et violon qui joue sur les panoramiques.

Pour cette oeuvre superbe, FAIPORT CONVENTION joue son va-tout et nous propose une musique solide, presque tout le long (seul le final a un impact moindre). Les passages les plus folk-rock sont inspirés et chaque moment acoustique est un bijou à lui seul. Toutes les voix et instruments sonnent justes, particulièrement et c'est la grande surprise de ce disque, le fait d'entendre Simon Nicol remplacer Richard Thompson, haut-la-main on peut le dire, dans son rôle de soliste autant que de rythmicien ou de «faiseur d'ambiances». Hélas, Babbacombe Lee ne verra pas cette expérience renouvelée (du moins avant un certain temps) car Nicol, dernier membre fondateur du groupe choisira de partir après cette riche expérience, rejoignant... Ashley Hutchings pour son Albion Band !

Babbacombe Lee est une de ces oeuvres qui demanderont un peu de temps avant d'être pleinement appréciées, mais il va sans dire que l'on tient là le meilleur album du FAIPORT CONVENTION des années 70 après Full House, ce qui n'est pas rien.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


FIRST AID KIT
The Lion's Roar (2012)
Folk éthéré à la Fleet Foxes en net progrès

(+ 1 kro-express)



Dan AR BRAZ
Acoustic (1981)
Dan goes acoustic


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Simon Nicol (guitares, dulcimer)
- Dave Swarbrick (fiddle, mandoline)
- Dave Pegg (basse, mandoline)
- Dave Mattacks (batterie, piano électrique)


1. John's Reflection On His Boyhood...
2. This Was The Happiest Period In His Life...
3. Tragedy Now Strikes Hard...
4. John Was Hardly More Than A Bewildered Observer...
5. When It Comes, He Cannot Sleep...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod