Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night
- Membre : Alan Simon , Richard Thompson
- Style + Membre : Steeleye Span, Jethro Tull

FAIRPORT CONVENTION - The Wood & The Wire (1999)
Par MARCO STIVELL le 9 Juillet 2019          Consultée 97 fois

Malgré le double départ de deux membres influents, FAIRPORT CONVENTION continue son bonhomme de chemin et publie The Wood & the Wire en 1999. Un album entièrement studio cette fois-ci, qui met en valeur le nouveau venu, Chris Leslie, et qui sonne le retour de Gerry Conway, plus de 25 ans après son remplacement de Dave Mattacks. Ironie quand tu nous tiens !

The Wood & the Wire débute comme du FAIRPORT traditionnel, avec la voix de Simon Nicol et sa guitare électrique mordante, bonheur intense dans les deux cas pour une composition éponyme guillerette qui semble courir les bois et les champs anglais. D'emblée une réussite grâce à la mélodie, aux choeurs, aux solos multiples...

Nicol se réserve également "The Heart of the Song", une valse, et surtout la magnifique et délicate "The Lady Vanishes" que, même s'il n'y a pas de mention explicite à ce sujet, on croirait dédiée à la princesse Diana, morte deux ans plus tôt. Première grande surprise avec "Still a Mystery", blues-rock qui nous laisse incrédule au départ. En réalité, c'est très bien ficelé, efficace, plein d'effets par Ric Sanders et, aux percussions, Gerry Conway. La frappe tribale et musclée de ce dernier est aussi à la base de "Western Wind", titre grandiose et épique où les violons forment un bel écho à Nicol.

La quasi-totalité des chansons montre l'intérêt particulier de cet album, à savoir le songwriting de Chris Leslie en collaboration avec Nigel Stonier (pour les paroles) qui est le producteur ici. La voix claire et juvénile de Leslie s'oppose au timbre grave de Nicol et se prête bien à des mélodies fraîches et plaisantes, pour des ballades galantes ou nostalgiques ("The Dancer", "Banbury Fair", la mignonne "Close to You"). "The Game Pieces" ajoute une pointe de chaleur jazz, Leslie joue du didjeridoo sur "Wandering Man", un air country...

On sent qu'il est l'architecte principal de ce projet, et le résultat s'avère concluant, d'un niveau équitable sur toute la longueur. Ric Sanders trouve un peu de place pour caser un instrumental, "A Year and a Day", jolie valse menée par le fiddle et le bouzouki. Avec Leslie, leur complicité produit un arrangement de morceau traditionnel, "The Good Fortunes" qui se laisse aller de danses celtiques égayantes (jig, reel) en touches humoristiques (ska pour la fin). Belle partition de Pegg d'ailleurs !

Si le vénérable bassiste ne participe que peu à l'écriture et comme son collègue Simon, on a au moins le plaisir de les entendre partager le micro, avec aussi Leslie, pour la dernière plage de l'album. Un final festif, vraiment chouette pour un album qui ne l'est pas moins.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


STEELEYE SPAN
Storm Force Ten (1977)
Dernier album "classique"




Hugues AUFRAY
Debout Les Gars (1964)
Feu de camp et paroliers


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Simon Nicol (guitares, chant)
- Dave Pegg (basse, chant, choeurs)
- Ric Sanders (violon)
- Gerry Conway (batterie, percussions)
- Chris Leslie (violon, chant, bouzouki, mandoline, didgeridoo)


1. The Wood And The Wire
2. The Dancer
3. Wandering Man
4. The Heart Of The Song
5. A Year And A Day
6. The Game Pieces
7. Close To You
8. Still A Mystery
9. Banbury Fair
10. The Lady Vanishes
11. The Good Fortunes
12. Western Wind
13. Don't Leave Too Soon
14. Rocky Road/the Quaker



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod