Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Script For A Jester's...
1985 Misplaced Childhood
1987 Clutching At Straws
1989 Season's End
1997 This Strange Engine
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road (ext...
2007 Somewhere Else
 

- Style : Pendragon, Iq, Ayreon
- Membre : The Wishing Tree , Gtr, Transatlantic, Steve Rothery
- Style + Membre : Fish, Steve Hogarth & R. Barbieri
 

 Site Officiel (1168)

MARILLION - Marbles (2004)
Par LUDO le 1er Avril 2005          Consultée 10695 fois

"Le monde est devenu fou et j'ai perdu contact...". C'est sur cette plainte que s'ouvre ce 13ème opus de MARILLION, plainte et constat que beaucoup d'entre nous ont dû faire ces derniers temps. Une atmosphère pesante s'instaure, remplie d'effets sonores qui nous tiennent en alerte. Un homme, surmené, complètement désespéré, un homme parmi tant d'autres, devenu invisible aux yeux des autres et de celle qu'il aime, nous emmène dans sa tourmente. Cet "Invisible Man" transporte, subjugue d'entrée, prends à la gorge. Le morceau est littéralement porté par un chant complètement bouleversant chargé en émotions, appuyé par une guitare si limpide.

Cet homme qui veut fuir la réalité va trouver refuge dans son enfance, à travers de simples billes, qui vont lui permettre de s'évader, l'ambiance est sereine, aussi calme que ces lignes de piano (Marbles 1). Il nous plonge dans le rêve, rayonnant, mais il est encore en proie à quelques doutes ("Genie"). Il fuit la réalité et part vers d'autres horizons, vers un endroit meilleur ("Fantastic Place") où une batterie feutrée et une guitare suave viennent l'apaiser, mais l'euphorie arrive et une montée en puissance l'emporte vers un solo inspiré.

L'homme cherche toujours ses billes (Marbles 2), objets de son réconfort, quand quelques vagues se font entendre... La mer est calme à l'image de ces quelques échos de guitares et de ces synthés cristallins. L'appel de l'océan se fait sentir, l'immensité, il donnerait tout pour retrouver ce sentiment si fort de liberté et de revanche sur la vie. Une agitation se fait sentir, la mer se déchaîne, une batterie cinglante et ce solo slidé qui sort de nul part. Les guitares rugissent dans une déferlante synthétique, on est en pleine tempête. Morceau progressif par excellence, on navigue en permanence sur "Ocean Cloud" entre accalmies et intempéries.

Quelques notes de piano, les billes volent à présent dans le ciel (Marbles 3), notre homme reprend de l'assurance, se révolte, il a moins de doute. Toutes guitares dehors, "The Damage" se veut plus agressif. La réalité n'est pas si triste, semble nous dire la rythmique acoustique de ce sublime "Don't Hurt Yourself", tube accrocheur et efficace. Ne reviens pas sur le passé, vis le moment présent et trouve ton réconfort où tu le peux. Peut-être dans le rythme moderne et le refrain entêtant de "You're Gone" ou alors auprès d'"Angelina", de cette guitare bluesy aux notes si douces.

Malheureusement après un rêve il faut se réveiller, l'enfance est finie depuis longtemps et les billes sont perdues à jamais (Marbles 4). La réalité reprend le dessus, un piano insistant et grave le replonge dans les ténèbres. Comme une réponse à "The Invisible Man", "Neverland" se veux rageur, il faut sortir de sa torpeur, à l'image de cette guitare striant l'espace. Les plaintes de l'homme sont à présent des cris remplis de conviction. Un petit break acoustique de toute beauté calme le jeu, juste avant l'envol vers d'autres cieux remplis d'échos...

Assurément "Marbles" est sans conteste l'un des meilleurs albums du gang d'AYLESBURY, oeuvre aboutie, grandiose, progressive à souhait sans être casse-tête. A ranger tout à côté du merveilleux "Brave", chef-d'oeuvre noir du groupe, "Marbles" ayant cette lueur d'espoir en plus, ce qui la rend complètement bouleversante et irrésistible. Encore une fois le travail d'équipe est phénoménal, les textes d'HOGARTH sont d'une beauté absolue, la rythmique de MOSLEY et TREWAVAS est toujours aussi subtile, Mark KELLY inventif à souhait. Mentions spéciales pour le chant de Steve H qui porte presque l'album à lui tout seul, et surtout à Steve ROTHERY, génialissime guitariste qui a toujours su faire évoluer son jeu afin de rester au plus proche de l'émotion.

Un album magique à posséder absolument dans sa version double, beaucoup plus cohérente au niveau de l'agencement des titres. Et puis il y a "Ocean Cloud", 18 minutes de pur plaisir musical...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LUDO :


The MARS VOLTA
Frances The Mute (2005)
2ème album, encore plus inventif




FISH
Sunsets On Empire (1997)
La renaissance du poisson


Marquez et partagez





 
   LUDO

 
   JOVIAL
   MARCO STIVELL
   SUNTORY TIME

 
   (4 chroniques)



- Steve Rothery (guitares)
- Steve Hogarth (chant, guitare)
- Mark Kelly (synthés)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)


1. The Invisible Man
2. Marbles 1
3. Genie
4. Fantastic Place
5. The Only Unforgivable Thing
6. Marbles 2
7. Ocean Cloud

1. Marbles 3
2. The Damage
3. Don't Hurt Yourself
4. You're Gone
5. Angelina
6. Drilling Holes
7. Marbles 4
8. Neverland



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod