Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ FRANÇAISE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Les Ogres De Barback
 

 Renaud Chanteur (2660)
 Le Hlm Des Fans De Renaud (2561)

RENAUD - Marche A L'ombre (1980)
Par STEF le 13 Mai 2005          Consultée 14252 fois

Alors que le précédent album avait laissé un petit goût d'inachevé, Marche à l’ombre fait figure de référence sans prévenir et l’on se demande comment en 1 an RENAUD a pu se reprendre en main et nous fournir un album aussi bon. Sur 10 titres, 5 au moins sont toujours parmi les plus joués en live par le chanteur.
Après avoir axé son précédent album sur l’introspection et la mélancolie, l'artiste revient ici à un style plus direct, plus mordant. Un Renard loubard conquérant à la plume acérée, mais toujours avec un petit côté anti-héros au cœur tendre qui lui confère de l’épaisseur. Ni vraiment bon, ni vraiment méchant : un personnage tout sauf lisse.

"Marche à l’ombre", la chanson, déboule d’entrée, accompagnée par un banjo déjà entendu dans "Laisse béton". On pourrait même considérer ce premier titre comme une suite logique de "Laisse béton". Même style de texte riche, argotique, bien 'fendard', dans le plus pur style du chanteur. L’autre incontournable, c’est "Dans mon HLM" où, étage par étage, l’artiste dresse un portrait réaliste de ses contemporains à l’aube de la nouvelle décennie. Ces deux titres lui apportent un succès inégalé jusque là. Si, précédemment, quelques 45-tours avaient fait parler d’eux, c’est bien ici en terme d’album que l’on peut parler de réussite commerciale.

Comme toute réussite commerciale est respectable si la réussite artistique va de pair, les autres chansons ne sont pas en reste : notons d'abord le portrait attachant d'une 'teigne', dans l’esprit des premiers albums ("Gueule d’aminche" mais en beaucoup mieux, la progression est ici flagrante). Ensuite, vient un slow délirant en franglais "It’s not because you are", et surtout LA chanson la plus virulente de RENAUD (la plus énervée par la colère comme il la présente sur le live Paris-Province), "Où c'est que j'ai mis mon flingue?", qui commence ainsi J’veux que mes chansons soient des caresses ou des poings dans la gueule. Règlement de compte et mise aux poings, c’est le cas de le dire, adressée en particulier à tous ceux (les journalleux) qui ont écrit des articles sur lui pas forcément sympas et réalistes. Une chanson radicale, quasi-auto censurée depuis. Dommage car c’est un titre vraiment bon.
"Les aventures de Gérard Lambert", chanson BD façon Margerin, est un bel ovni dans le petit monde de la variété française. Malheureusement, en tant que chanson , elle n’est ni très mélodique ni très musicale, et ceci l’empêchera de devenir un vrai incontournable à long terme.
L’autre ovni de ce disque, c’est "Pourquoi d’abord". Renaud prend 2 voix différentes pour y camper un dialogue façon sketch parodique de Coluche (d’ailleurs, j’avais cru au début que la seconde voix était celle de Coluche, avec qui il était très lié à l’époque). Les catho et les bourgeois sont au menu de ce titre décalé, qui souffre malheureusement des mêmes défauts musicaux que "Gérard Lambert".
Néanmoins, ces 2 curiosités, qui ont tout à fait leur place dans cet album, contribuent à son contenu assez varié.
Reste enfin 3 titres, "Baston!" au refrain fédérateur, "Mimi l’ennui" dont l’orchestration et le thème annoncent la couleur du prochain album, "Le retour de Gérard Lambert" et "L’auto-stoppeuse", rockabilly avec wop-doo-wop de circonstance. Pas le meilleur titre de l'album mais la gouaille de RENAUD y fait beaucoup comme d’habitude.

Marche à l’ombre est l’album qui a forgé le personnage de RENAUD dans l’inconscient collectif, image qui restera à jamais gravée malgré les succès à venir. Si le chanteur a pris une autre dimension avec ce disque, c’est aussi le cas de la musique, du son et de la production qui ont gagné en épaisseur.
Cet album est vivement conseillé, représentatif d’une époque, mais aussi d’un certain cinéma (et d’une splendide bande de comédiens), "Marche à l’ombre" et "Viens chez moi j’habite chez une copine" en tête. Le bon vieux temps !

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par STEF :


Mylene FARMER
Avant Que L'ombre... (2005)
Retour serein après une longue absence

(+ 1 kro-express)



Mylene FARMER
Mylenium Tour (1999)
Encore un grand live, complémentaire au MF tour 96


Marquez et partagez





 
   STEF

 
   GEGERS
   MARCO STIVELL

 
   (3 chroniques)



- Renaud Séchan (chant)
- Alain Ranval (guitare)
- Pierrot Chérèze (guitare)
- Patrice Meyer (guitare)
- Laurent Gaspéris (guitare)
- Alain Merquez (guitare)
- Gérard Prévost (basse)
- Amaury Blanchard (batterie)
- Steve Shehan (percussions)
- Jean-philippe Goude (piano, clavecin, synthétiseurs)
- Laurent Gérôme (pedal-steel guitar)
- Guy Khalifa (piano)
- Richard Raux (saxophone)
- Alain Guillard (saxophone)
- Daniel Neuranter (basson)
- Léon Gamme (flûte en sol)
- David Rose (violon)
- Monique Rollin (luth)
- Yves Poucel (cor anglais)
- Yvon Guillard (trompette)
- Philippe Vauville (choeurs)
- Guy Khalifa (choeurs)
- Klaus Basquiz (choeurs)
- Laurent Gaspéris (choeurs)
- Shitty Télaouine (choeurs)
- Stella Vander (choeurs)
- Liza Deluxe (choeurs)
- Alain Ranval (choeurs)


1. Marche à L’ombre
2. Les Aventures De Gérard Lambert
3. Dans Mon Hlm
4. La Teigne
5. Où C’est Qu’j’ai Mis Mon Flingue.
6. It Is Not Because You Are
7. Baston!
8. Mimi L’ennui
9. L’auto-stoppeuse
10. Pourquoi D’abord?



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod