Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Renaud Chanteur (1994)
 Le Hlm Des Fans De Renaud (1591)

RENAUD - La Bande à Renaud Volume 2 (2014)
Par GEGERS le 5 Novembre 2014          Consultée 3062 fois

Au cinéma, les nouveaux films sont maintenant des produits d'appel. On achète une franchise ou les droits d'un bouquin, les plus audacieux vont jusqu'à torcher un scénario original plein de bons sentiments, et on balance la sauce dans tout ce que l'hexagone compte de salles obscures. La création ? On s'en fout un peu, non ? Regardez, les salles sont pleines, les gens sont heureux, les acteurs s'enchaînent gaiement sur le tapis rouge de Michel Drucker. C'est bon, tous les billets sont tombés ? Allez, on balance la suite, le reboot, le prequel, le making-of. On balance tout je vous dis, regardez, le public en redemande !

C'est triste à reconnaître, mais la musique en est là, elle-aussi. Et La Bande à Renaud VOLUME 2 (oui, vous avez bien lu cet horrible appendice) n'est qu'un des premiers avatars de cette tendance au recyclage, à l'annihilation de la création, à la promotion de la facilité, quitte à sacrifier la qualité. Tous les albums « collectifs » à succès vont avoir leur suite, et vont inonder un peu plus ce qu'ils reste en bacs de disquaires avec leur vacuité artistique désespérante. Très bientôt donc, attendez-vous à voir débarquer « Les Enfants du Top 50, chapitre 2 », « Génération Goldman 3 », et autres inepties musicales vouées à cachetonner. Le premier volume de cet « hommage » à RENAUD, adoubé par le principal intéressé (on se demande encore comment), se voulait universel, rassemblant les générations musicales sur un album célébrant les plus grands succès de l'éternel amoureux de Paname. Forcément, comme dans tous les tributes multi-artistes, certaines interprétations correctes côtoient de véritables ignominies improbables. A peine 4 mois plus tard, la suite se révèle à nos oreilles meurtries pour finir de nous achever.

Peut-être faudra-t-il un jour expliquer à ces producteurs en mal de billets verts que ce n'est pas parce que Renaud n'est pas une grande voix qu'ils vont pouvoir, pour lui rendre hommage, balancer toute une flopée d'acteurs timidement anti-conformistes, légèrement burinés par la vie, incapables de chanter, tout en pensant que ça va passer comme une lettre à la poste. Non, quitte à aller chercher des acteurs, autant prendre Dupontel, qui fera sans aucun doute une bien meilleure prestation sur « Morgane de toi » qu'un Vincent Lindon dont la voix de bûcheron aviné est un véritable supplice. Réduire cette superbe et tendre déclaration de RENAUD à sa fille Lolita à cet ersatz de prestation risible est une honte, un véritable coup de poignard dans le dos de l'artiste. Et Emmanuelle Seigner ? Ok, l'actrice s'est offert un semblant de crédibilité en sortant une poignée d'albums, mais il est évident qu'elle n'est pas à sa place sur « Marche à l'ombre ». A contretemps, dotée d'un charisme proche du zéro absolu, elle ruine ce titre avec un enthousiasme totalement hors de propos.

Le casting est d'une désespérante banalité, et les morceaux totalement lissés, nivelés par le bas. C'est particulièrement évident avec « Manhattan-Kaboul », dont la portée socio-politique est totalement annihilée par les minauderies de Thomas Dutronc et de la chanteuse Nikki Yanofsky. Écoutez cette version avant de vous repasser le duo original avec Axelle Red si l'envie vous prend de vous faire du mal. Calogero, incapable de chanter autrement qu'à la manière d'un dépressif au bord du suicide, fait de « Son bleu », perle mésestimée de l'album A la Belle de Mai, splendide ballade sur les états-d'âme d'un chômeur, un titre lisse et sans âme. Calogero, précieux, provoque un bel éclat de rire lorsqu'il se lance dans un « Merde aux hommes et merde à dieu » qui ne convainc que lui. Bernard Lavilliers (« Morts les enfants »), Benjamin Biolay (« Miss Maggie ») et Olivia Ruiz (« Adieu minette ») ne font guère mieux, tentant de greffer la musique de RENAUD à leur univers plutôt que de se fondre dans celui de l'artiste.

Les récidivistes, déjà présents sur le premier volume, ne sont pas nécessairement mieux lotis. Lorsque Renan Luce chante « Où c'est qu'j'ai mis mon flingue », une désagréable analogie se matérialise, et on finit par voix Mireille Mathieu chanter « Antisocial » de Trust. Ridicule. Nicola Sirkis reste dans son domaine fétiche de la douleur adolescente avec « P'tite conne », tandis que « Nolwenn Leroy » daigne sortir de son pré-carré celtique pour proposer une version loin d'être mémorable de la tendre « J'ai la vie qui m'pique les yeux ».

Allez, sauvons trois titres. En premier lieu celui d'Arno, qui met « Ma gonzesse » dans un contexte punk crade et déglingué, parfaitement adapté à l'ambiance du morceau. Celui d'Arthur H ensuite, sympathique rendition rock pleine de feeling de « Mon H.L.M. ». Et enfin, de manière surprenante, cette reprise de « La Blanche » par l'ancien « Nouvelle Star » Benjamin Siksou, qui fait preuve d'un authentique respect tout en proposant une prestation vocale intéressante et agréable.

Proposer un deuxième volume aurait pu être intéressant. En effet, la majorité des tubes ayant été présentés sur le premier album, il y avait ici matière à offrir une tracklist intéressante. Si certains titres semblaient prometteurs, malgré la prédominance de ballades à vocation sociale (« P'tite conne » en tête), l'interprétation, scolaire est sans âme, pêche tellement qu'elle fait mal au fan de RENAUD qui sommeille en chacun de nous. Car ce dernier, s'il n'est pas un grand chanteur, a une gouaille, une théâtralité vocale, dont l'absence se fait ici cruellement ressentir. RENAUD, dis-leur d'arrêter ou reviens, mais par pitié, ne les laisse pas enregistrer un volume 3 !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Les FATALS PICARDS
Septième Ciel (2013)
Allons donc faire un tour du côté de chez slam




Maxime LE FORESTIER
Mon Frère (1972)
Entre brassens et dylan...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Morts Les Enfants (bernard Lavilliers)
2. Manhattan-kaboul (thomas Dutronc Et Nikki Yanofsky
3. Miss Maggie (benjamin Biolay)
4. Morgane De Toi (vincent Lindon)
5. Marche à L'ombre (emmanuelle Seigner)
6. Son Bleu (calogero)
7. Ma Gonzesse (arno)
8. P'tite Conne (nicola Sirkis)
9. La Mère à Titi (louane)
10. Mon Hlm (arthur H)
11. Adieu Minette (olivia Ruiz)
12. La Blanche (benjamin Siksou)
13. It Is Not Because You Are (emily Loizeau)
14. Où C'est Qu'j'ai Mis Mon Flingue ? (renan Luce)
15. J'ai La Vie Qui M'pique Les Yeux (nolwenn Leroy)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod