Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES FOLKLORIQUES  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gilles Servat , Glenmor, An Triskell , Wurtemberg, Machin
- Membre : Magma, Alan Simon , René Werneer
 

 Site Officiel (1892)
 Musique Progressive Bretonne (377)

TRI YANN - An Heol A Zo Glaz (1981)
Par CHIPSTOUILLE le 11 Janvier 2006          Consultée 10150 fois

Après enfin être passés à la postérité avec 2 albums plus qu'acclamés, les TRI YANN reviennent avec un 3ème album du même cru, mêlant musique celtique et rock, ce coup-ci avec une pointe de progressif en prime. Pour la précision, sachez que "An heol a zo glaz", contrairement à ce qui est indiqué sur la pochette, ne signifie pas tout à fait "Le soleil est vert", puisque Glaz, traduit ici par "vert", signifie également bleu et gris, "Glaz" désignant plus la couleur de la nature que le vert pétant qu'on nous affuble ici en guise de pochette d'album.

Au niveau des nouveaux arrivants, après Gérard Goron au poste de batteur, c'est Christian Vignolles qui viendra prendre place à la basse, à la guitare et au clavier, ce qui confirme une fois de plus, au même titre que les nouveaux instruments, la tournure "moderne" que prennent les titres arrangés par TRI YANN.

Car ce soleil vert, en plus de l'accent typé rock qui accompagne le groupe depuis La Découverte et l'Ignorance vient s'enticher d'une teinte progressive. Une teinte seulement car 3 morceaux, "Suite écossaise", "Grand bal de Kermaria-an-isquit" et surtout le morceau fleuve "An Heol a zo glaz" sont plus longs qu'à l'accoutumée et se dotent d'une structure plus complexe que les titres celtiques plus classiques. Car en effet, sauf rares exceptions (comme "Ton simple - Tamm Kreiz - Ton double" sur Suite gallaise), on ne peut pas vraiment dire que les TRI YANN étaient coutumiers des chansons longues, la barre des 4 minutes ayant rarement été franchie jusqu'à cet album.

"Suite écossaise" se pare de ses plus belles guitares électriques et nous offre un titre facile qui enchaîne les passages dansants rapides, on apprécie. "Le grand bal de Kermaria - an isquit" accueille un clavier atmosphérique qui vient accompagner une très jolie ballade où Jean-Paul Corbineau prouve encore ses talents de chanteur. Une guitare aux accents floydiens viendra parfaire le tout, on apprécie surtout l'enrobage qui n'a pas pris une ride en 25 ans, à la manière de ce qu'on retrouve sur leur album suivant "Café du bon coin". La transition à deux flûtes est tout simplement superbe, la danse qui suit dédramatise le ton, le tout s'enchaînant à merveille.

"Guerre guerre, vente, vent" (qui rappelle le fameux "Pelot d'Hennebont") et "Si mort à mors", en revanche, viennent grossir la listes des hits incontournables du groupe, dans la droite lignée des deux albums précédents, sans l'ombre d'un qualificatif "progressif" en vue.

Petite ombre au tableau tout de même, le titre "Au jardin de mon père, les lilas sont fanés" n'atteint pas le niveau du reste de l'album, et vient même contraster un peu trop, comme si les trois Jeans de Nantes avaient retrouvé un vieil enregistrement datant de l'époque "Dix ans dix filles" qu'ils nous auraient ressorti des cartons. L'effort fourni côté guitares est appréciable, surtout en fin de morceau, mais le chant a réellement pris un coup de vieux.

Oublions cette malheureuse faute de goût et parlons du véritable bijou de cet album, le titre "An Heol A Zo Glaz". 22 minutes de pure folie, mêlant reprises arrangées et parties de leur propre composition. A la manière de "La découverte ou l'ignorance" ou du "Soleil est noir", les TRI YANN utilisent une fois de plus des messages qui leurs tiennent à coeur, relatant ici le combat mené par les habitants de Plogoff contre la construction d'une centrale nucléaire dans les années 70.

Lug introduit le tout en douceur, sur un texte de Pierre-Jakez Héliaz, célèbre écrivain breton (auteur entre autre du "cheval d'orgueil") où les choeurs de "Kan ar kann" - le chant du combat - viennent s'immiscer subrepticement en guise d'introduction. Puis "Kan ar kann" reprend le style de chant en choeur percutant du "Soleil est noir" (sur Urba), le trio basse/guitare/binious se chargeant de continuer l'élan de puissance amorcé par les choeurs. Après un passage plus calme, le clavier se fera orgue pour accompagner de nouveau avec tonitruance les choeurs qui termineront leur course "a capella" et en canon s'il vous plait. Le morceau se termine sur un long solo de guitare aux accents gilmouresques, le biniou, la basse et enfin la flûte viendront conclure ce sublime morceau. On en redemande.

Légèrement en deçà du sublime Urba, les TRI YANN confirment tout de même leur bonne forme en ce début de décennie, l'influence de PINK FLOYD ayant été plus que jamais une bonne chose. Le groupe prouve ici qu'ils sont également capables d'assurer des arrangements sur des structures plus complexes et des morceaux plus riches. An heol a zo glaz reste à ce jour le plus long morceau que le groupe ait enregistré, et cet album est certainement le plus typé progressif de tous. A écouter donc, si toutefois vous parvenez à mettre la main dessus...

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par CHIPSTOUILLE :


TRI YANN
Urba (1978)
Chef d'oeuvre rock et folk

(+ 2 kros-express)



MALICORNE
Almanach (1976)
Ca aurait du s'appeller génialissimicorne

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   GEGERS
   MARCO STIVELL
   SASKATCHEWAN

 
   (4 chroniques)



- Jean-louis Jossic (chant, cromorne, bombarde, flutes)
- Jean-paul Corbineau (chant, guitare acoustique, ...)
- Jean Chocun (chant, guitares, basse, ...)
- Bernard Baudriller (violon, flute traversière)
- Gerard Goron (batterie, percussions, chant)
- Christian Vignolles (basse, guitare, claviers)


1. Guerre Guerre, Vente, Vent
2. Si Mort à Mors
3. Suite écossaise:
- olivier Jack-willafjord
- drumdelgie
- elslie Marly
- shane's Fancy
4. Au Jardin De Mon Père, Les Lilas Sont Fanés
5. Grand Bal De Kermaria-an-isquit:
- ballade
- psaume
- danse
6. An Heol A Zo Glaz:
- lug
- kan Ar Kann
- dans Koz
- kan An Heol
- dans Nevez



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod