Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Monkees , The Beatles , Paul Mccartney , George Harrison , Al Kooper, The Lemon Twigs
- Membre : John Lennon , Ringo Starr , Randy Newman

Harry NILSSON - Son Of Dracula (1974)
Par LONG JOHN SILVER le 24 Octobre 2015          Consultée 1365 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le cinéma a largement accompagné la naissance du rock’n’roll puisque nombre de futurs rockeurs ont succombé à cette musique en fréquentant les salles obscures qui projetaient Graine de violence (Blackboard Jungle, 1955) ou encore La blonde et moi (The Girl Can’t Help It, 1956) où apparaissaient les premières vedettes du style. Et puis King Elvis a lui même privilégié une carrière lucrative à l’écran, se contentant d’enregistrer les différentes bandes son de ses films. Les BEATLES ont aussi su utiliser ce vecteur au service de leur foudroyante popularité. Tout cela a rarement accouché de chefs d’œuvres, niveau qualité on a plus oscillé entre série B et nanars intégraux.

Son of Dracula, maladroitement écrit et mis en scène, rempli d'effets spéciaux en carton pâte, kitsch au possible, produit par Ringo STARR pour Apple Films (1), entre dans cette deuxième catégorie. Ce film, qui conte l’histoire de l’héritier de Dracula, rencontra moult difficultés de financement. Il fut tourné en 1972 et ne sortit qu’en 1974. Rien que pour toi et parce que je sais que tu ne feras aucun effort pour le visionner en voici le résumé : « Le Comte Dracula est retrouvé mort assassiné en son château, il n’en faut pas plus pour chambouler Netherworld (2). Son fils le Comte Downe doit lui succéder, or celui-ci – chacun ses petits défauts – est tombé amoureux. Aussi souhaite-t-il devenir mortel afin de vivre à la lumière du jour en compagnie de sa dulcinée. Le malheureux ne sait pas que, passées les premières semaines, il connaitra le véritable enfer, mais là n'est pas le propos... Pour y parvenir, il doit se faire assister par le baron Van Helsing. C’est sans compter l’odieux Dr Frankenstein (l’assassin) qui souhaite également l’éliminer afin de prendre le pouvoir. Heureusement Ringo Merlin est là pour veiller au (bon) grain, celui dont on fait le malt qui finira transformé en whisky.* »

Maintenant, comme je viens de te faire gagner une heure et demie sur ton emploi du temps, la moindre des choses serait que tu envoies un (gros) chèque libellé à mon nom au siège social de Forces Parallèles… En contrepartie Erwin te fera parvenir un fanion du RC Toulon. Et un abonnement à vie au site sur lequel tu passes ton temps, mais n'en demande pas trop non plus !

La bande originale contient sept chansons entrelardées – si je puis m’exprimer de la sorte – par des extraits audio du film. Pas grand chose d’inédit à l’intérieur puisque seule « Daybreak », sympathique pop song ne pouvant toutefois rivaliser avec les meilleurs titres de Nilsson, ne figurait alors sur aucun disque. Elle sortira en single dans une version légèrement différente. Le reste provient de Nilsson Schmilsson (1971) et de Son Of Schmilsson (1972), deux must have que tout mélomane qui se respecte se doit d’avoir écouté religieusement. Signalons tout de même que « Jump Into The Fire » a été délestée de sa fin instrumentale et que c’est bien dommage.

Alors reste la pochette de l’album vinyle, fabuleuse avec ses pans coupés qui recouvrent partiellement la photo du vampire Harry « Downe » Nilsson dans une posture qui est l’exacte reproduction de celle qui illustrait déjà Son Of Schmilsson, et qui une fois ouverte dévoile l’univers horrifico/kitsch du film au travers ses personnages. C’est délicieux. En son dos apparait une photo de cimetière laissé à l'abandon, sur laquelle Harry est incrusté à l’entrée d’un caveau. Les nombreuses notes y sont inscrites manuellement, la présentation est très réussie. D’autant que les plus chanceux ont pu se mettre sous la dent - ou plutôt sous les crocs - la reproduction de l’affiche du film ainsi qu’un T-shirt promotionnel insérés avec les premiers tirages du disque. Sans quoi l’album a apparemment été réédité en CD, or il n’est plus disponible sur ce support si on en croit les tarifs exorbitants affichés en occasion sur les sites de vente en ligne…
Quoi qu'il en soit ce disque n’est à même de ne ravir que les collectionneurs. Du coup la note...

* L'eau source du Rocker, du vrai
1) La branche cinéma de la société Apple créée par les BEATLES en 1968
2) « Le monde d’en bas » soit l’Enfer mais également à mettre en perspective avec « Neverland » le pays imaginaire de Peter Pan

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


The LEMON TWIGS
Foolin' Around/tailor Made (2018)
Cousu main




The MOODY BLUES
The Magnificent Moodies (1965)
La vie avant les nuits de satin


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



Non disponible


1. It Is He Who Will Be King (extrait Audio)
2. Daybreak
3. At My Front Door
4. Count Downe Meets Merlin And Amber (extrait Audio)
5. The Moonbeam Song
6. Perhaps This Is All A Dream (extract Audio)
7. Remember Christmas
8. Without You
9. The Count's Vulnerability (extrait Audio)
10. Down
11. Frankenstein,merlin & The Operation (extrait Audio
12. Jump Into The Fire
13. The Abdication Of Count Down (extract Audio)
14. The End (moonbeam Song)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod