Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  B.O FILM/SERIE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Monkees , The Beatles , Paul Mccartney , George Harrison , Al Kooper, The Lemon Twigs
- Membre : John Lennon , Ringo Starr , Randy Newman

Harry NILSSON - Skidoo (1968)
Par LONG JOHN SILVER le 1er Mars 2016          Consultée 1182 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Skidoo est un film d’Otto Preminger, sorti fin 1968, il est basé sur un scenario loufoque qui cherche à s'inspirer du psychédélisme ambiant, la référence en la matière étant le film de Blake Edwards : The Party, sorti au printemps de la même année. Skidoo est également le dernier film où apparaît Groucho Marx (dans le rôle d’un mafieux qui se fait appeler Dieu), une idole pour pas mal de futurs potes de Harry comme Alice ou John. En voici le pitch : un tueur est envoyé en prison pour assassiner une probable balance, entouré par des hippies anti-militaristes consommateurs de produits psychotropes, il ingurgite par mégarde du LSD, ce qui a pour effet de changer sa vision du monde. Toute la prison ne va pas tarder à profiter des bienfaits dudit produit, permettant l’évasion en dirigeable des principaux protagonistes qui finiront par se poser sur le yacht de Dieu, en pleine mer, lequel Dieu adoptera les pastilles chères au professeur Leary*.

Pour cette occasion, Preminger choisit de confier la bande son à Harry NILSSON dont le potentiel exposé sur ses premier disques ne fait aucun doute, sauf peut-être aux oreilles du (très) grand public. Après tout NILSSON est un artiste décalé, sachant manier le burlesque, ses deux complices se nomment George Tipton, un arrangeur aussi méticuleux qu’Harry est aventureux, et Rick Jarrard le producteur de Surrealistic Pillow**. On pouvait donc attendre que pareille rencontre provoquât des étincelles, la comédie étant affaire de rythme.

Or le cinéma de Preminger est d’un classicisme académique, et le travail de Tipton pour inventif qu’il soit n’en reste pas moins puisé depuis des modèles rigoureusement établis. Tout cela pour convenir que cette B.O ne sort pas vraiment des canons traditionnels du film américain grand public : les orchestrations sont très orchestrales, jouées en grand comité sur des instruments conventionnels, des cuivres et des cordes. On reconnaît la pâte jazzy appliquée à la comédie musicale US au moins depuis West Side Story. À ce titre "The Cast And Crew" où Harry chante tous les crédits qui apparaissent à l'écran emprunte pas mal à Leonard BERNSTEIN tout en faisant figure de véritable dinguerie. On joue même sur la vitesse des bandes pendant la litanie des noms et attributions pour obtenir un effet surréaliste sensé pasticher l'époque. Au milieu de cet ensemble, l’enchaînement "Tony’s Trip / Escape : Impossible", aux étranges percussions, fait déjà plus figure de tentative psyché bien qu’en réalité on flirte avec la musique contemporaine voire la world music ou le free jazz, ce passage étant sans contestation possible un des sommets de la B.O. Autre instant délirant, la mise en musique de fausses publicités, une voix mâle chante à une consommatrice qu’elle a besoin d’un déodorant vu qu’elle ne sent pas ce que recherche un homme.

Les plages sont souvent classieuses, pas mal fichues comme "Angie’s Suite" mais pas inoubliables non plus. Les thèmes se suivent, certains sont repris, d’autres se répondent. On sent la cohérence, on se doute que Tipton a eu la haute main sur un rendu qui s’éloigne de la mise en œuvre de pop songs.

Puisqu’on parle de chansons, il y en a tout de même quatre outre "Cast And Crew". "Man Wasn’t Mean To Fly" comprend peu de passages chantés, on la verrait aussi bien illustrer un film de Mel Brooks ou des Pythons. Tout aussi orchestral mais pas moins suranné se fait le thème clownesque "Skidoo" interprété par Carol Channing***. Reste quand même deux authentiques chansons pop, l’espiègle "Garbage Can Ballet" et surtout "I Will Take You There" où s’illustre le talent limpide du songwriter NILSSON. Sans omettre sa voix, enchanteresse comme souvent, sur fond de mélancolie enfantine qui fait mouche. Ces deux titres auraient pu atterrir (ou s’envoler) sur Aerial Ballet sans difficulté.

Le film reçut un accueil très mitigé à sa sortie. De fait, il ne fait pas partie des œuvres les plus prisées de son réalisateur. Il est aujourd’hui quasiment oublié. Le disque ainsi que son single, "I Will Take… " ne feront pas fortune non plus, dommage pour le single. Évidemment, il n’est pas aisé de passionner les foules avec une B.O. Celle-ci possède ses instants croquignolets sans convaincre autant que les sorties résolument pop de son auteur. La même année "Everybody’s Talking" fait un flop dans les chart. Pourtant, un an après, elle sera plébiscitée au générique du Midnight Cowboy de Schleisinger, un autre maître du cinéma, qui aura mieux su capter l’air du temps (et le très grand public) que son aîné. Enfin, pour conclure, toujours sur une note cinéma, et à l’attention de ceux qui chercheraient à visionner un film authentiquement psychédélique d'époque qui ne soit pas – totalement – abscons, le vieux loup des mers te conseille de mater Head, un flop commercial retentissant avec les MONKEES et une chanson de NILSSON au programme.


* Timothy Leary fut un psychologue américain grand promoteur de l’utilisation du LSD, ce qui finit par lui valoir des démêlés judiciaires
** JEFFERSON AIRPLANE 1967, Surrealistic Pillow est une œuvre fondatrice du rock psychédélique
*** Actrice et chanteuse américaine, première célébrité à avoir animé la mi-temps du Super Bowl en 1970, zzzzzz...

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


PHARMACOPOLIS
City Of Sinners (2017)
Moulin Rouge.




Harry NILSSON
Nilsson Schmilsson (1971)
L'album du slow de l'éternel été mais pas que


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



Non disponible


1. The Cast And Crew
2. I Will Take You There
3. Skidoo/commercials
4. Goodnight Mr. Banks/let's Get The Hardware/murder
5. Angie's Suite
6. The Tree
7. Garbage Can Ballet
8. Tony's Trip
9. Escape : Impossible/green Bay Packers March
10. Man Wasn't Meant To Fly
11. Escape : Possible
12. Skidoo/goodnight Mr. Banks



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod