Recherche avancée       Liste groupes



      
REPRISES-VARIéTé PROG   |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jethro Tull
- Membre : Alan Simon

ANGE - À Propos De... (1982)
Par MARCO STIVELL le 11 Septembre 2017          Consultée 357 fois

"Alors, allons y, ..." Le chroniqueur retroussa ses manches, mit des gants et les plongea dans "..." C'était quoi "..." ? C'était ça, le moment où ANGE commença à meubler les années 80 en ayant au final une production aussi foisonnante que dans les années 70. Il est difficile de reconnaître une qualité dans cette décision, à moins d'être fan, de prendre tout ce qui vient avec enthousiasme et d'attendre chaque nouvelle sortie avec la même ferveur.

C'est comme aimer Moteur !, ce n'est pas donné à tout le monde et votre serviteur admet ce plaisir coupable. Toutefois, quand on aime le son 80's, ça ôte déjà une épine du pied. Avec À Propos De, ANGE arrive en plein dans "...", le moment inqualifiable où ça ne devient plus possible. On rigole, on rigole, mais ça commence avec un album de reprises, et là on ne rigole plus !

1972, sortie du deuxième album des francs-comtois, Le Cimetière des Arlequins. ANGE connaît un grand succès grâce en particulier à la reprise de Jacques Brel, "Ces Gens-Là" remise au goût du jour. Version grandiloquente d'une chanson géniale et brillante par son minimalisme à l'origine. Le ton rock progressif, hérité de YES et de GENESIS, l'abondance de claviers sont au diapason de l'interprétation très théâtrale de Christian Décamps. Une réussite.

1982, sortie d'À Propos De..., l'album de reprises d'ANGE, en hommage à leurs héros musicaux et chansons fétiches : Brel évidemment, Brassens, Aznavour, Nougaro, Dutronc et Polnareff. Un beau programme ! Si ça a marché dix ans plus tôt, il n'y a pas de raison que ça tombe à l'eau. Et pourtant si, il y en a, des tonnes, de raisons ! À l'eau, au feu, à l'aide !

Vous vous imaginez aujourd'hui reprendre les ballades les plus pures de GENESIS en version zouk-r'n'b ou alors les morceaux prog et longs en électro-raï autotuné à outrance ? Ici, on a le même écart de qualité. Ce n'est pas l'argument "remise au goût du jour", ce ne sont pas non plus les années 80 en elles-mêmes, car le traitement pourrait être différent. Non, c'est simplement ce qu'ANGE en a fait !

Si vous voulez saigner des oreilles dès le départ, écoutez la légèreté guillerette du "Moribond" transformée en mid-tempo hard FM, guitares grasses et synthés baveux garantis sur facture. Le refrain est subversif, la batterie est très poum-tchack, le chant de Christian Décamps rappelle Brel de temps en temps, c'est bien le seul élément positif à retenir de ce truc. Plus loin, un autre de Jacques, "À Jeun", moins connu, ouf ! Cela devient un blues-crème 80's où le chant de l'ivrogne nous énerve plus qu'autre chose.

Malgré son texte controversé, "Tu Te Laisses Aller" d'AZNAVOUR est une véritable pièce de dentelle en chanson à l'origine, du point d'Alençon. Décamps refait l'ivrogne et Francis son frère, l'illustre bidouilleur de l'orgue-mellotron encore quelques années plus tôt, pose un solo qui n'a d'égal que le caractère boursouflé de l'ensemble.

C'est pas mieux du côté de Brassens et Dutronc, "Les Copains d'Abord" et "Il est Cinq Heures, Paris S'éveille" sont massacrés par des sons débiles, des rythmes bébêtes, des voix suggestives, des solos de guitare incongrus. Ces synthés en croche et dégoulinants, ce Vocoder, purée... Ils ont fait tout ça pour passer en boîte de nuit ? Quant à Nougaro, l'espoir revient sur quelques couplets du "Rouge et le Noir", même le côté funky pourrait passer mais ça reste trop peu.

C'est alors qu'ANGE se surpasse - positivement ! - avec Polnareff, de la façon la plus inattendue en reprenant "Le Bal des Laze". Dix minutes pour cinq à l'origine, l'occasion de transformer une chanson magnifique en moment de grâce progressif, avec des introduction et conclusion instrumentales bienvenues. Le chant de Christian Décamps et tout le groupe, enfin, sont à-propos, même sur un décollage rapide. Nonobstant l'aspect toujours un peu agressif des claviers de Francis Décamps, on égale presque les grandes œuvres des années 70's.

Cependant, sur 35 minutes à peine dépassées, c'est bien trop peu pour convaincre. Sur ses chansons fétiches, ANGE est tristement hors-sujet. À leur décharge, les frères Décamps devaient compenser trois départs avec de nouveaux arrivants. Jean-Claude Potet, Serge Cuénot et Laurent Sigrist amènent d'ailleurs un soupçon de stabilité pour les années à venir, celles du "...", mais ça n'empêche pas de considérer À Propos De... pour ce qu'il est : un naufrage.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Les MUSICIENS DU LYCéE MILLET
Concert Du Lycée Millet 2009 (2009)
Jeunes talents en live




Elsa LUNGHINI
Chaque Jour Est Un Long Chemin (1996)
Le début du meilleur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Christian Décamps (chant)
- Francis Décamps (synthétiseurs, arrangements)
- Serge Cuénot (guitares)
- Laurent Sigrist (basse)
- Jean-claude Potin (batterie, percussions)
- Bernard Torelli (guitares sur 1)


1. Le Moribond
2. Les Copains D'abord
3. Tu Te Laisses Aller
4. Il Est Cinq Heures, Paris S'éveille
5. À Jeun
6. Le Rouge Et Le Noir
7. Le Bal Des Laze



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod