Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jethro Tull
- Membre : Alan Simon

ANGE - Heureux ! (2018)
Par BAKER le 31 Juillet 2018          Consultée 450 fois

Dans peu de temps, ANGE fêtera ses cinquante ans de carrière. Toute une vie. On connait des groupes qui après trente années commencent à sérieusement poser les deux pieds sur les freins. Eux non, et à l'orée de ce cinquantenaire fringant, voilà qu'ils se sont posés un défi technique, pas une première mondiale mais néanmoins une pratique peu répandue : l'album live. Oh, je sais, ça a toujours plus ou moins existé, des albums "live in the studio" ; rien que le dernier TRUST a été enregistré ainsi. Mais ici nous parlons d'un tout autre sport : l'enregistrement d'un album inédit en live... devant son public, icelui devant rester totalement silencieux pendant l'enregistrement, mais découvrant un album entier en avant-première. Peu d'artistes ont osé ce challenge. On pense immédiatement à Joe JACKSON, une connaissance de Christian Décamps d'ailleurs, et qui avait enregistré Big World ainsi. Les avantages ? Le sentiment d'urgence, la fierté de capter une énergie brute. Les inconvénients ? Relisez la phrase après mon p'tit mot fétiche, "icelui".

Donc ANGE a joué l'intégralité de cet album d'une traite et en live devant un public médusé et ravi. Et on va immédiatement éluder l'aspect technique : c'est parfait. Le son est largement digne d'un studio (à part quelques passages où la guitare sonne un peu creux, mais à mon avis le live n'est pas à mettre en cause, plutôt les arrangements), et la mise en place est de dingue. On le savait déjà mais ce sont des tueurs, très complémentaires, largement à l'aise avec les effets (chant loopé compris), et bien évidemment, le plus spectaculaire, c'est encore une fois Hassan, impérial. Il faut l'entendre passer de rythmique en solo en une fraction de seconde. De ce côté-là donc, n'attendez pas d'erreurs, de flottements, ç'aurait pu sortir comme album studio réel, pari largement tenu.

C'est au niveau des chansons elles-mêmes que le disque se montrera bancal. D'abord, on va tuer le suspens dans l'oeuf : vous n'aimez pas ANGE principalement à cause de la voix de Christian Décamps ? Restez loin. Live oblige, la voix met du temps à se chauffer, et la moitié des chansons sont, il faut l'avouer, chantées de façon relativement approximative. Là où les choses deviennent pertinentes, c'est que cette moitié disons mal chantée se trouve également être la moitié la moins intéressante musicalement. Allez savoir pourquoi ou comment, mais ANGE donne l'impression d'avoir voulu à tout prix écrire un hit single. Un hit single pour la variété française de 2018. A leur façon bien sûr, mais ça ne fonctionne pas trop bien.

Rock très pêchu limite hard sur "L'Autre" qui démarre plutôt mal l'album (le chant est extrêmement limite, heureusement le pont est intéressant), valse lente un peu robotique ("Sens et Jouissance" au texte hautement polisson), chanson réaliste typique de la Nouvelle Scène Française à la VIANNEY / GREGOIRE / BENABAR sur "A Tort Ou A Raison" (et d'ailleurs loin d'être le pire dans le genre, j'échange deux barils de LOUANE contre une goutte de sperme angélique), tout ceci ne fonctionne que par moments. Un seul titre cependant restera définitivement sur le bord de la route : "Heureux", d'où rien n'est à sauver. Un peu moins décevante mais curieusement placée, "Ce Que Murmurent Les Pierres" est une bucolique ballade dont la mélodie très belle mais compliquée est parasitée par, encore une fois, le chant approximatif. Retravaillée avec Tristan au chant et un peu coupée, elle aurait été belle, "Mandrinesque".

ANGE ne serait pas ANGE sans les petits pavés prog, et le public a été gâté puisqu'il en a eu deux. Plus proche de CHRISTIAN DECAMPS & FILS, "Nancy-Macron à la Nage" est intéressante mais sacrément difficile. Pardon ? Jupiter ? Ah oui pardon. Jupiter, effectivement, est un astre accessible. Long poème planant coupé par une petite partie massive, elle permet à Christian de déclamer un joli texte d'intro plein de nostalgie, et le final très long laisse pantois quant à la cohésion quasi-parfaite du groupe. On est plus proche du Dadaïsme que de votre Wind & Wuthering habituel, mais c'est pas mal du tout. Pas mal mais pâle à côté de "Jour De Chance", un énorme morceau de bravoure qu'on dirait tout droit tiré du Deadwing de PORCUPINE TREE. Mais quel solo de gratte ! Dynamique, mieux chanté, hanté par une énergie de tous les diables, ce titre est un nouveau classique du groupe. Qu'il soit live ne le rend que plus incroyable.

Alors ce dernier ANGE, un mélange de titres courts ratés et de longs réussis ? Il manque un troisième élément qui prend sa source dans cette volonté d'enregistrer en vrai-faux live : les deux derniers titres qui n'ont donc pas un atome d'applaudissement, ni de réaction du public. Et ils en auraient eu besoin. Autant "Charabia" aurait un peu gagné avec une marque de reconnaissance sur son final, autant "Chante N'Importe Quoi" dans sa version longue (la seule et unique, l'autre n'existe pas, compris ?) est une chanson totalement taillée pour les vivas, l' "audience participation", l'impro et le dialogue. C'est donc une opportunité ratée, d'autant que la chanson est originale, entre le Big Bazar de PORCUPINE TREE et Voyage 34 de Michel FUGAIN (ou l'inverse).

Album en dents de scie donc, dont on ne peut pas remettre en cause les bonnes intentions de départ, juste quelques tangentes qui auraient pu être évitées. Le mieux sera encore d'aller voir le groupe défendre ce live... en live (!), et permettre ainsi de l'aider à passer tout doucement la crise de la cinquantaine.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


GIZMODROME
Gizmodrome (2017)
Une dinguerie fun et décomplexée




ISILDURS BANE
Colours Not Found In Nature (with Steve Hogarth) (2017)
Une collaboration étonnante et intéressante


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Christian Décamps (chant, claviers, guitare)
- Tristan Décamps (chant, choeurs, claviers)
- Hassan Hajdi (guitare, choeurs)
- Thierry Sidhoum (basse)
- Benoit Cazzulini (batterie, percussions)


1. L'autre Est Plus Précieux Que Le Temps
2. Ce Que Murmurent Les Pierres
3. Jour De Chance Pour Un Poète En Mal De Rimes
4. Sens Et Jouissances
5. Nancy-jupiter à La Nage
6. À Tort Ou À Raison
7. Charabia
8. Heureux !
9. Chante N'importe Quoi !
10. Chante N'importe Quoi ! (version Courte)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod