Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers, Bob Seger

John MELLENCAMP - Nothin' Matters And What If It Did (1980)
Par ERWIN le 16 Janvier 2018          Consultée 285 fois

Nous y voici ! Le Johnny Cougar en marcel blanc, image-même du bouseux ricain, désoeuvré du middle west en proie aux vicissitudes d'une quotidienneté bien difficile. Il est pas beau, avec son balai serpillère ? Voyez d'ailleurs le canon de nana qui l'accompagne sur cette couverture : rien moins qu'Edith Massey, l'égérie de John Waters, symbolisant au plus haut point l'obèse ricaine au râtelier déglingué. Tout ceci est profondément révélateur de son état d'esprit, on va pas jouer les rock stars dans le coin. Pour l'instant cependant, MELLENCAMP reste John Cougar, sa personnalité profonde reste encore enfouie sous les diverses influences qui l'ont bercé.

On voit donc la grosse Edith Massey sur la vidéo du premier single « This time », une chanson qui traîne un esprit pop rock de facture classique, très basique, avec de jolis chorus de Larry Crane sur le refrain... John y évoque ses rapports avec les femmes, lui qui sera à jamais un grand séducteur. Pas de quoi en pondre des tonnes, mais c'est mignon. Un petit succès d'estime puisque le titre se hisse à la 27eme place du billboard ricain, pas si mal ! Le single suivant « Ain't even done with the night », mid tempo sorti du même tonneau que le précédent ? Ca manque tout de même de relief et de couilles.. La vidéo est grotesque... Franchement à oublier... 17eme place pourtant...Incompréhensible car c'est le titre le plus faible de cette livraison.

Il va donc falloir faire mieux pour me convaincre de vendre cet album aux générations futures... On ne peut passer sous silence l'ode écrite par John pour son premier amour « High school lover » comme disent les Américains. Elle s'intitule « To M.G. » et démontre plus que les autres chansons présentes, MELLENCAMP s'y lâche un peu plus tout en gardant cette réserve « Folky » qui fait toute la différence avec le classic rock. Avec « Don't misunderstand me », John emprunte tantôt des attitudes pop rock de facture très classique, tantôt sur les couplets un esprit plus intimiste, plus brut aussi. Il paraît certain qu'un jour il lui faudra choisir son camp pour atteindre le nirvana des rock stars. Pour le moment, on évolue sans choisir véritablement. Mais le résultat est assez agréable pour être noté, c'est sans-doute le titre le plus abouti de l'album.

On reste cependant en majorité sur les terres du classic rock. Petite bluette au piano langoureux, « Make me feel », est de l'AOR d'assez jolie tenue, pas foncièrement originale, mais pas mal exécutée. « Hot night in a cold town » décrit cette vie souvent faite d'expédient et de dur labeur que vivent les petites gens du mid west, le refrain est carrément Hard FM, une envie que John a toujours eue et qui l'a constamment rapproché des hardeux. A l'inverse, le petit côté chaloupé Funky qui s'échappe même de « Tonight » fait presque penser aux aventures que même le grand Huey LEWIS du côté de la Californie. Ah ça se laisse écouter sans regrets, sans révolutionner quoi que se soit.

L'interlude doowop de « Cry baby » débouche sur le piano et la gratte acoustique de « Wild angel ». On n'est pas si mal et clairement, on s'approche de la formule qui fera de John le chantre qu'il est devenu, on déplore cependant les refrains très arena rock qui ne rajoutent pas grand chose à la compo. Enfin, le rock'n'roll swinguant de « Cheap shot » ne sera pas un classique, mais il prouve aussi que le félin de l'Indiana dispose de pas mal de cordes à son arc pour percer et faire le buzz. Ce titre me semble d'ailleurs être la base sur laquelle Kenny LOGGINS va bâtir son futur « Footloose »... Je dis ça je dis rien.

En tout cas, c'est le premier opus de John MELLENCAMP qui atteint le statut de platine en termes de vente. La carrière est donc définitivement lancée, c'est un fait. Pourtant, je ne le recommande pas plus chaudement que ça ; bien que très équilibré, il manque de morceaux dits « supérieurs » qui embrayent avec la légende. Toutefois, l'ensemble se tient bien.

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


Bruce SPRINGSTEEN
Nebraska (1982)
Dans l'intimité du boss

(+ 1 kro-express)



The KINGSTON TRIO
The Kingston Trio (1958)
Pour papa


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Hot Night In A Cold Town
2. Ain't Even Done With The Night
3. Don't Misunderstand Me
4. This Time
5. Make Me Feel
6. To M.g.
7. Tonight
8. Cry Baby
9. Wild Angel
10. Peppermint Twist
11. Cheap Shot



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod