Recherche avancée       Liste groupes



      
HEARTLAND ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers , Bob Seger , Bonnie Raitt

John MELLENCAMP - Cuttin Heads (2001)
Par ERWIN le 22 Juillet 2021          Consultée 402 fois

Ce coupeur de têtes est le deuxième album de John MELLENCAMP pour la giga firme Columbia records. Ouais, il y a bien comme une incompatibilité entre ceci et le fait de toujours prêcher la justice sociale et l'égalité des droits. Mais on ne vit pas dans un monde parfait ! John part d'ailleurs en tournée avant de sortir cet album. Il a de l'énergie à revendre et débute tous ses concerts pas une version sans concession de "Gimme Shelter" des ROLLING STONES. Il dit cependant continuer de voir toute la tristesse du monde, alors il la peint dans ses toiles, sa musique servant d'exutoire à ses idées revendicatrices. Voilà le dix-septième opus de l'ex-félin, et nous sommes dans l'année de ses cinquante ans, une déjà bien belle carrière !

Il est rare que je débute l'écoute d'un MELLENCAMP sans être aussitôt happé par le son et l'aura d'honnêteté qui se dégagent de ses compositions. Cette fois, c'est "Paper In Fire" que m'évoque "Cuttin Heads" qui introduit l'album. Le bridge contient le flow de Chuck D du grand PUBLIC ENNEMY, pour sonner plus moderne - ? - , mais personne ne doute de toi, John ! A écouter plusieurs fois, bien s'en imprégner pour en saisir toutes les subtilités. "Peaceful World" est le seul titre positionné en single de cette livraison. Une petite profession de foi sur le racisme aux Etats-Unis. Venant de l'Indiana rural, Johnny sait parfaitement de quoi il cause, son groupe est d'ailleurs composé de manière multi-ethnique et tant mieux, cela s'entend ! La chanson sonne très mainstream pop, sert plus de terreau revendicatif que de mélodie hypnotique. Le fruit de multiples discussions avec sa choriste Pat Peterson, qu'on entend aussi chanter en solo ici. Sympa.

Et les femmes ont la main haute ici ! Ah, ce coquin de Cougar qui avoue qu'il leur plaît ! "Women Seem" en parle ! Ouais, c'est une qualité/capacité drôlement cool, tout le monde voudrait l'avoir ! Certains semblent naître avec, quelle chance ! Et cette petite chanson charmante, très droite dans sa forme, laisse tout de même à John le loisir de s'épancher avec des "lalala" de belle tenue sur une steel guitare. La petite ritournelle efficace de "Just Like You" est tellement symbolique du talent de notre midwesterner, ce petit refrain susurré par les voix féminines en prélude au joli solo d'Andy York, ça déchire tout simplement, personne ne fait mieux dans le genre. Et toujours les femmes ! Ca continue avec "The Same Way I Do", guitare fruste et élans fiévreux au programme. Et une belle gratte qui rappelle Mark KNOPFLER ou J.J CALE, comme vous préférez. Devinez donc de quoi cause "Worn Out Nervous Condition" ? Cela s'écoute sans déplaisir mais c'est moins définitif à mon sens, un peu raide.

Ici c'est l'Amérique ! Nous avons un slow à la belle guitare folky, la toute simple "Deep Blue Heart" chantée en duo avec la countrywoman Trysha YEARWOOD évoque les grands espaces, avec un fiddle de belle tenue. Et encore un titre où John harangue les Américains "Crazy Island". Il aime interpeller ses compatriotes en leur disant de se bouger et de réfléchir, c'est son Karma et la chanson se laisse apprivoiser ! Ses influences soul ressortent sur "Shy", avec quelques réminiscences du style de Bill WITHERS, lui aussi natif de l'Amérique rurale. Et nous avons les petites mélodies tellement américaines de-ci de-là. Et oui, c'est cela même l'Americana, impossible de la confondre avec une autre forme de musique, dont John MELLENCAMP est sans-doute le plus grand représentant, ce mélange improbable de folklore européen mixé à un état d'esprit des grandes plaines du centre, le midwest, il n'y a rien de plus roots dans le mainstream, ça donne "In Our Lives" !

Tout le monde a joué "In My Time Of Dying" une fois dans sa vie ? Allez, on se souvient de LED ZEPPELIN et, bien sûr, de Bob DYLAN après toute la cohorte des bluesmen emmenés par BLIND WILLIE JOHNSON. John s'en sort pas mal en lui donnant une identité folky, loin de la version de Alan LOMAX cependant. Bref, on ne baisse guère de qualités avec les albums de John MELLENCAMP, qui en écoule systématiquement plusieurs millions. Celui-ci atteint la 15ème place du billboard. En ce début de 21ème siècle, l'artiste a toujours le vent en poupe ! Toujours aussi attachant, le natif de l'Indiana reste au sommet de la musique américaine et mondiale avec cet opus très réussi.

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


John MELLENCAMP
Uh-uh (1983)
Le bouseux devient playboy.




John MELLENCAMP
Sad Clowns And Hillbillies (2017)
Pas une ride !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- John Mellencamp (chant-guitare)
- Andy York (guitare-claviers)
- Steve Jordan (batterie)
- Willie Weeks (basse)
- Myriam Sturm (violon-claviers)


1. Cuttin Heads
2. Peaceful World
3. Deep Blue Heart
4. Crazy Island
5. Just Like You
6. The Same Way I Do
7. Women Seem
8. Worn Out Nervous Condition
9. Shy
10. In Our Lives
11. In My Time Of Dying



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod