Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers, Bob Seger

John MELLENCAMP - Big Daddy (1989)
Par ERWIN le 17 Février 2018          Consultée 231 fois

Nous sortons à peine du Lonesome jubilee quand, en 89, John MELLENCAMP remet le couvert avec ce Big Daddy, qu'il aime à considérer comme le sommet de sa riche discographie. Il faut dire que le voilà positionné en patriarche avec sa petite fille dans les bras... Hein ? Qu'est-ce que vous dites, les rats de bibli du premier rang ? Il a 37 ans, il ne peut pas être déjà grand-père, ça doit être sa fille ? Je vois qu'il est temps de vous faire un petit cours sur la culture du midwest ricain les gars. Nous avons affaire qui à des culs bénis qui à des décérébrés qui des jeanfoutres – tous armés jusqu'aux dents - qui n'en ont rien à secouer de la contraception, pire qui n'en ont jamais entendu parler. On accepte ce qui vient du ciel illico presto. Et boum vla-t-y-pas que ces demoiselles tombent en cloque au bout du 3eme rapport sexuel à l'aube de leur quinze ans en gros. Voilà comment naît une génération qui évite la fac avec maestria, se marie encore ado et construit des familles qui vont la plupart du temps péricliter dans le désastre le plus total. Calculez avec moi : 15 plus 15 nous font trente. La photo se tient allègrement. Bien sûr, ça continue ensuite et on se retrouve facilement à 70 boules avec des arrières-arrières petits-enfants. Si si, j'vous jure, j'en connais !

Bon, cela dit, on n'est pas ici pour causer contraception, les djeuns ! Voilà donc le 10eme opus du félin de l'Indiana qui en a d'ailleurs ras la nouille de s'entendre ainsi dénommer. On retiendra tout d'abord l'inoubliable et superbe refrain « aidaidiaidi brother » de « Martha say », dans la plus pure tradition des classiques de l'Americana, puis le joli riff de « Pop singer » et son ambiance roots grands espaces dans la totale continuité des meilleurs titres du jubilee. Les portions instrumentales de « Theo and weird Henry » me plaisent bien, c'est là qu'on retrouve les élans les plus graciles de notre Cougar. C'est sans doute « Jackie Brown » qui tient la corde comme meilleure compo de cette livraison. John y trouve un écrin de choix pour narrer de nouvelles vicissitudes ! « Void in my heart » nous donne la vision très SPRINGSTEENienne du Cougar, et c'est efficace, un peu trop calme pour lui sans-doute. Il y a des instants où on sent qu'il se maîtrise à grand peine.

« Do as I say, not as I do », « Big daddy » débute comme ça. En gros, j'ai fait tellement de conneries que tu ne peux pas faire pire que moi ! Sacré John, il se pose là, tel le patriarche de même pas 40 berges ! Mais il a l'air content d'être un grand'pa. La chanson est sympa, mais vaut avant tout pour son petit refrain, pas exceptionnel toutefois. « To live » est un peu porté par les choristes du Johnny, son ton désabusé et sa vindicte à l'égard du pouvoir en place et du feston funeste de l'américain moyen... Ah ça, ils vont en bouffer du républicain, mais le John ne le sait pas encore ! Il faut dire que Ronald Reagan et le patriarche Bush sont des enfants de cœur à côté de l'actuel Trump !

Il y a cependant un peu moins de relief qu'auparavant sur certains titres. Malgré tout, et en l'état, « Mansions in heaven » ou « Sometinmes a great nation » sont sympas, mais n'arrivent pas, loin s'en faut, au niveau du précédent album. L'agressivité qui caractérisait MELLENCAMP semble être mise de côté sur cet album. On a même un peu de mal à l'entendre sur « Country gentleman ». Signe du temps qui passe pour le grandpa ? Allez savoir !

Il fallait s'y attendre, le niveau est retombé ! MELLENCAMP ne pouvait continuer à enfiler des scarecrows et des jubilee pendant des décennies! Pourtant, ce grandpa reste d'un niveau très correct, avec plusieurs incursions dans le classique de l'Americana. On pense à « Jackie Brown » ou « Martha says ». Pas à négliger, mais pas non plus à la hauteur de ses deux prédécesseurs.

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


The KINGSTON TRIO
String Along (1960)
1960 au top




Mark SHELTON'S SHARK PROJECT
Obsidian Dreams (2009)
Une icône du métal se met au folk


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Big Daddy
2. To Live
3. Martha Say
4. Theo And Weird Henry
5. Jackie Brown
6. Pop Singer
7. Void In My Heart
8. Mansions In Heaven
9. Sometimes A Great Nation
10. Country Gentleman
11. Jm's Question
12. Let It All Hang Out
13. Jackie Brown



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod