Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers , Bob Seger

John MELLENCAMP - Sad Clowns And Hillbillies (2017)
Par ERWIN le 13 Février 2018          Consultée 573 fois

23 albums. Une paille ! L'œuvre de John MELLENCAMP couvre désormais 4 décennies et l'ancien Cougar apparaît aujourd'hui comme le fer de lance de l'heartland rock avec Bruce SPRINGSTEEN, suite au décès de Tom PETTY. Le natif de l'Indiana est omniprésent, travaille l'art comme d'autres font de la prose, une de ses peintures est ici en couv, et sa volonté de rester le symbole d'une Amérique multiculturelle et ouverte sur le monde n'est pas feinte. L'artiste est très attachant, les années passent mais ne semblent pas avoir de prise sur lui, un peu comme sur le boss du new jersey. Cet opus est spécial, il est à la base un disque conjoint de John et de Carlene CARTER, la fille de June, mais aussi un projet de l'auteur Stephen King ainsi qu'un film avec sa compagne Meg Ryan. C'est comme dab avec John, ça devrait être simple, mais ça ne l'est jamais, et il y a toujours beaucoup à dire !

5 chansons sont donc chantées avec Carlene. La tristounette « What kind of man I am » - John aime l'auto-justification depuis « The kind of fella I am » en 89 ! - démarre en sourdine. Alors que « Indigo sunset » a des consonances country. Rien d'étonnant puisqu'elle sort de la plume de Carlene. La fusion des deux voix et des deux caractères semble parfaite. L'amusante « Sugar hill mountain » avec son tuba nous plonge dans l'ambiance d'une troupe d'artistes itinérants, super gai ! « Damascus road », ça sonne légendaire ! Carlene embraye le titre avec maestria et, rejointe par John, la chanson prend un envol assez énorme. Sans doute la composition de l'album à retenir en premier lieu. Une belle claque. L'orchestration est sans failles et l'esprit pionnier, définitivement classe ! Enfin, le gospel coécrit avec l'idole Woody GUTHRIE « My soul got wings » remplit merveilleusement son office !

« Grandview » sonne classique, en plein dans le millle de son précarrré, il n''y a que lui pour pondre de pareils riffs de gratte . Voilà le symbole-même de l'Americana ! Agréable à l'oreille, efficace et toujours original, tel est le félin. Martina MCBRIDE, la chanteuse de country, s'en sort remarquablement dans ce duo avec sa belle voix pleine de sensibilité ! Echappée des sessions de 98, « All night talk radio », avec son violon plaintif, narre une nouvelle histoire des petites gens. Difficile de ne pas aimer, même si le ton est un brin amer. « Easy taget » fut d'après John écrite en quelques instants de grâce. Le piano lent et presque atone se mesure à la voix aujourd'hui chargée de MELLENCAMP et ça nous donnne ce très joli moment. « Battle of angels » avec son beau refrain se retient bien. C'est planant et l'on ne s'ennuie pas une seule seconde !Quel talent ! L'éponyme et fruste « Sad clowns and Hillbillies » sort du même tonneau.

Sinon, nous avons deux reprises, ce n'est pas si fréquent avec John. On débute avec « Mobile blue », titre de Mickey NEWBURY. C'est un sourire immédiat. Pourrait-on se sentir plongé davantage dans l'esprit des grands espaces américains que par cette chanson ? Ah, cette sensation de chevaucher ou de conduire dans les plaines du midwest avec les rocheuses en point de mire ! John MELLENCAMP est le chantre de l'Amérique des travailleurs, témoin certes privilégié mais suffisamment humain pour être symbolique. Au final, on évoque Mobile, dans le Mississipi, et c'est réussi. L'autre reprise est « Early bird cafe », des oubliés Jerry HANH BROTHERHOOD, vu à l'époque par John, en premiere partie de ZAPPA, sympa.

Impossible d'être sévère avec cette énième livraison du Cougar de l'Indiana. La qualité omniprésente porte le disque vers les sommets. La collaboration avec la fille CARTER est très chouette, et certains titres comme « Damascus road » ou « Easy tagert » sont même dignes de devenir de grands classiques. J'ai toujours été fan de MELLENCAMP, mais il faut admettre qu'il vieillit remarquablement, ou alors... pas du tout ! Un 4 évident.

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


Bob DYLAN
Bringing It All Back Home (1965)
Un excellent dylan entre rock et folk




John MELLENCAMP
Scarecrow (1985)
Sale temps aux usa


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Mobile Blue
2. Battle Of Angels
3. Grandview
4. Indigo Sunset
5. What Kind Of Man Am I
6. All Night Talk Radio
7. Sugar Hill Mountain
8. You Are Blind
9. Damascus Road
10. Early Bird Cafe
11. Sad Clowns
12. My Souls Got Wings
13. Easy Target



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod