Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers, Bob Seger

John MELLENCAMP - Uh-uh (1983)
Par ERWIN le 6 Février 2018          Consultée 326 fois

La vilaine sortie de The Kid Inside étant à oublier, on reste sur le succès international de American Fool, l'opus qui conduit John alors Cougar à la reconnaissance. Et voyez donc le coup de baguette magique, d'un coup d'un seul, le patronyme réel de notre John apparaît à l'écran, ainsi nait John Cougar MELLENCAMP. En attendant de virer le félin de son nom, l'artiste doit impérativement surfer sur son succès et capitaliser sur les titres qui ont provoqué le raz de marée. Alors, il y a du marketing dans l'air : la traditionnelle photo foireuse est remplacée par un artwork visant à playboïser notre artiste. Ce septième album ne risque pas grand chose cela dit tant le précédent a marqué les esprits.

Ayant un statut désormais enviable, le félin de l'Indiana va extraire trois singles de son nouvel album. Le premier est « Crumblin down » qui ouvre l'album. Mocassins et chaussettes blanches dans la video, pas de doutes, on est dans les eighties ! Cela dit, la compo est fort digne, à l'image de la carrière à venir du chanteur, un poil trop agressif à mon sens ici, joli titre, refrain efficace. Plus enjouée et rock'n'roll, « Authority song » est tout aussi réussie, malgré une video où John cabotine en boxeur d'opérette. Enfin, « Pink houses » est le dernier single, folk rock de base, un vrai titre d'americana. Il y chante les petites gens de son Amérique avec le talent qu'on lui connaît. Tous ces morceaux vont entrer dans le top 20, faisant de l'album un nouveau succès.

On trouve surtout du bon vieux rock bien grassouillet sur cette galette. « Loving mother for ya » ne rigole pas et « Play guitar » est une réminiscence sympa de la première partie de carrière du cougar. De jolis riffs plombés moins AOR que prévu car la musique a vraiment évolué et nous restons dans les terres d'un folk rock puissant. Aucun doute sur le fait que l'artiste a trouvé son style, la potion magique est sienne ! On peut lui associer « Serious business », titre bien péchu à l'identité plus incertaine – on penche presque vers un INXS alternatif pour le son étonnant de la guitare, et un son plus ROLLING STONES sur « A warmer place to sleep ». Tout ceci est très sympa.

Les instruments folk prennent la pouvoir sur la mignonne « Golden gates », qui aurait aussi eu la force probante d'un single avec un peu de culot ! Et puis, allez on vend la mèche ! John aime les femmes ! « Jackie O » est donc une ode à Jacqueline ex Kennedy, aujourd'hui Onassis. Je n'aime guère cette nana de pouvoir, bref. La chansonnette se laisse écouter tranquillou.

Cet album de 1983, l'année sans pareille, aura le bon goût de monter à la neuvième place du billboard ricain, assurant définitivement la place de John MELLENCAMP au sommet des stars du bizness. Peux-t-on encore parler de bouseux et de culs terreux dès lors ? Rien n'est moins sûr. John commence à se positionner sur l'échiquier géopolitique du rock et, peu à peu, en dauphin du boss SPRINGSTEEN, mais il continue aussi de vivre dans son Indiana natal, la classe ! En conclusion, le pari est réussi et le style est là. Pas mal de vibrations et beaucoup de talent. La suite s'annonce radieuse !

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


John MELLENCAMP
Sad Clowns And Hillbillies (2017)
Pas une ride !




Bob DYLAN
The Times They Are A Changin' (1964)
Le plus sombre des Dylan


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Mellencamp John (chant)
- Crane Larry (guitare)
- Aronnof Kenny (batterie)
- Myers Tony (basse)
- Wanchic Mike (guitare)


1. Crumblin Down
2. Pink Houses
3. Authority Song
4. A Warmer Place To Sleep
5. Jackie O
6. Play Guitar
7. Serious Business
8. Lovin Mother Fo Ya
9. Golden Gates



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod