Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jethro Tull, Mostly Autumn, Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night, The Gentle Storm
- Style + Membre : Fairport Convention

STEELEYE SPAN - Est'd 1969 (2019)
Par MARCO STIVELL le 22 Juillet 2019          Consultée 318 fois

STEELEYE SPAN fait partie des meubles anciens qui tiennent bien le coup, certification qualité supérieure. Il est touchant de voir que ni lui ni FAIRPORT CONVENTION ni l'ALBION BAND, les trois ténors du folk-rock britannique, n'ont jamais raccroché.

1969, 2019. Le premier album du groupe anglais n'est paru qu'en 1970, mais on tenait visiblement à célébrer le véritable anniversaire. Ce disque s'ouvre et se termine de façon hivernale, en chorale, rappelant les productions classiques des années 70, mais Est'd 1969 ne paraît qu'à la fin du mois de juin, avec six mois de retard (ou d'avance) : on met cela sur le compte de l'humour british !

Pour la première fois de sa carrière, STEELEYE SPAN est un septette. Trois musiciens, Julian Littman pour le plus ancien, ensuite Andrew "Spud" Sinclair et enfin Benji Kirkpatrick (le fils de son père John accordéonniste et ami de la famille, membre même à la fin des années 70) tiennent les guitares en tous genres en plus de Roger Carey qui remplace désormais Rick Kemp à la basse, même si les deux premiers se partagent les lignes principales. Et des riffs/mélodies de guitare mordants, du verbiage hésitant fiévreusement entre blues et folk, ce disque n'en manque pas !

Votre serviteur avoue ne pas bien connaître la période discographique du groupe étalée sur les 15 dernières années. Baste ! N'importe quel passionné de folk-rock ou auditeur sympathisant est capable de reconnaître un bon cru, très bon cru même. D'apprécier comme il se doit les polyphonies à la fois nobles et populaires de voix que l'âge n'affecte guère, pas même celle tant prisée de la tenancière, Maddy Prior, dernier membre originel.

On s'en régale donc au début et à la fin de ce disque qui met en avant un bon paquet de chansons fleuves de plus de 6 minutes, à l'instar de son prédécesseur Dodgy Bastards (2016) qui durait quand même une heure dix ! Cinquante minutes et quelques sont suffisantes pour savourer la nouvelle fournée qui s'achève au moment précis où l'inspiration commence à baisser légèrement, les fins de "Roadways" et de "Domestic". Bon équilibrage donc, pour une oeuvre qui laisse peu à redire.

STEELEYE SPAN n'a toujours pas son pareil (pas même les cousins de FAIRPORT) pour nous tenir en haleine à travers les histoires de meurtre, d'adultère et de sang, fables populaires qu'on a, paradoxalement, toujours adorées, au moins en verve musicale. Que ce soit Prior ou l'un des boys au micro, les "Old Matron", "The Boy and the Mantle", "Domestic" et "The Cruel Ship's Carpenter" déballent leur propos folk progessifiant pour notre plus grand bonheur. Le partage entre mélodies répétitives et crescendos épiques avec l'impulsion des voix, jusqu'au moment des crimes commis textuellement, la formule de phases musicales qui s'imbriquent, sont toujours aussi forts.

Tandis que Liam Genockey, l'autre plus ancien de la bande, et Roger Carey fournissent une assise rythmique telle que la formule le veut depuis cinq décennies, pendant que Benji Kirkpatrick multiplie les arpèges de banjo et de mandoline, le violon de l'adorable Jessica May Smart reste l'instrument-roi. Répondant au clavecin de l'invitée Sophie Yates sur "The Boy in the Mantle", cette association nous livre une verve baroque savoureuse, avant que la chanson n'évolue en marche traditionnelle. Le début de "Old Matron" évoque précieusement les heures riches de Below the Salt, et c'est le prince-farfadet de la folk, Ian Anderson de JETHRO TULL en personne, qui vient y souffler quelque plaisanterie flûtesque en fin de chaque couplet, valeur ajoutée pour nous auditeurs. Il ne nous était pas aussi bien apparu en 1974, lorsqu'il avait produit l'album Now We Are Six !

Aux côtés d'un "Harvest" qui rappelle joliment "Blackleg Miner", classique de Hark! The Village Wait (le first album en 1970), et Maddy Prior ne fait rien pour l'empêcher, on a un magnifique "The Cruel Ship's Carpenter", chanson de futurs mariés pour le moins troublée et à fleur de peau, encore plus marquante dans un timbre de voix masculin. Est'd 1969 nous réserve encore de belles surprises dans un format plus court ou linéaire. La ballade "Roadways" comme la reprise de "January Man", morceau le plus connu de Dave GOULDER, spécialiste de "railroad songs" (chanson d'ouvriers des chemins de fer), en plus d'être très réussies, sont l'occasion pour les lead guitaristes de tisser des arpèges lumineux et des résonances westerns fantastiques.

Sur le même mode, gros coup de coeur encore pour "Mackerel of the Sea", une des chansons les mieux gorgées de sensibilité féminine avec "Domestic", sauf que là, Maddy Prior et sa délicatesse sont totalement imprégnées d'une enfance sur les côtes irlandaises. Le ton musical est à la fois plein de sorcellerie et d'images impressionnistes, décollages blues rugueux et danses folk celtiques enivrantes plutôt que festives. Brillant, excellent, c'est l'un des disques les plus inattendus de l'année mais un des meilleurs, d'emblée !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Anne VANDERLOVE
La Sirène (1976)
Un bijou méconnu du folk français




Sally OLDFIELD
Water Bearer (1978)
La grande soeur prend son envol


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Maddy Prior (chant)
- Liam Genockey (batterie, percussions)
- Roger Carey (basse, chant)
- Jessica May Smart (violon, chant)
- Julian Littman (guitares, mandoline, claviers, chant)
- Andrew 'spud' Sinclair (guitares, chant)
- Benji Kirkpatrick (bouzouki, guitares, mandoline, banjo, ch)
- + Ian Anderson (flûte sur 2)
- Sophie Yates (clavecin sur 4)


1. Harvest
2. Old Matron
3. January Man
4. The Boy And The Mantle
5. Mackerel Of The Sea
6. The Cruel Ship's Carpenter
7. Domestic
8. Roadways
9. Reclaimed



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod