Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jethro Tull, Mostly Autumn, Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night, The Gentle Storm
- Style + Membre : Fairport Convention

STEELEYE SPAN - Wintersmith (avec Terry Pratchett) (2013)
Par MARCO STIVELL le 1er Mars 2020          Consultée 194 fois

Un célèbre acteur de comédies françaises au cinéma disait, dans l'une d'entre elles parue au cours des années 60, "Il m'épate ! Il m'épate ! Il m'épate ! Il m'épate !" avec autant de rapidité que d'admiration. Il suffit de transposer cette formule au pluriel...

Et pourtant, j'avais du mal à apporter de la conviction à un projet réunissant STEELEYE SPAN et le célèbre auteur de livres jeunesse/nouvelles fantasy parodiques Terry Pratchett. L'aventure dans l'oeuvre de ce dernier s'est révélée... éprouvante. Comme si on comprenait les recettes du succès, mais sans y adhérer. Les déboires humoristiques de Rincewind/Rincevent et autres histoires de la grande saga littéraire du Disque-Monde ont certes leur public et avant tout britannique, encore très présent malgré le décès de l'auteur deux ans après la sortie de cet album (en 2015). Celle-ci vient d'ailleurs en même temps que l'arrivée de l'ultime nouvelle de Pratchett pour la branche "Annales", la plus importante du Disque-Monde, à savoir Raising Steam/Débranché (2013). Atteint d'Alzheimer depuis des années, l'auteur n'a ensuite publié qu'une poignée d'écrits avant de partir rejoindre les persnnages de son imaginaire fertile.

L'avantage de STEELEYE SPAN, groupe connu pour sa voix féminine bien implantée dans le milieu de la musique en Grande-Bretagne, c'est que plutôt que Rincevent ou d'autres mages, le choix se porte sur un personnage féminin fort, à savoir Tiffany Aching (Tiffany Patraque en VF), héroïne de la branche "Romans" du Disque-Monde, plus récente (début des années 2000) que celle des "Annales" débutée en 1983. Wintersmith (Hiverrier, 2006), histoire rocambolesque où le génie hivernal tombe amoureux de la sorcière Tiffany Aching, est le titre dans lequel Prior et sa bande puisent leur inspiration pour les nouvelles chansons, mais il y en a d'autres. On trouve un certain nombre de morceaux interprétés par les voix masculines du groupe, et Bob Johnson (guitariste-chanteur du groupe jusqu'à 2001) apporte sa participation.

Vu le soin apporté à un tel disque, c'était une erreur de l'écouter avec réticence, la même causée par la lecture de ce qui n'était peut-être même pas le meilleur de Pratchett. En sus d'être l'un des plus diversifiés de la carrière de STEELEYE SPAN, il est hautement réussi. À peine si l'on note quelques titres un peu moins marquants comme les deux ou trois premiers placés en ouverture, mais déjà et notamment sur "The Dark Morris Song", l'arrivée de Julian Littman en lieu et place du guitariste Ken Nicol apporte une fougue et un nombre de détails considérables, tandis que Pete Zorn se charge de la guitare acoustique. Avec cette dualité, le groupe retrouve le son qu'il avait dans les années 70 grâce à la paire Tim Hart/Bob Johnson.

L'apport d'un producteur de renom, Chris Tsangarides (THIN LIZZY, HELLOWEEN, ANGRA, JUDAS PRIEST...) n'y est pas étranger, de même que la texture plus "lourde" dans certains moments rock : "Crown of Ice" et son esprit trucker/routier, le brillant instrumental "The Dark Morris Tune"... Sur ce dernier, on ne dirait vraiment pas que Peter Knight, membre influent de STEELEYE SPAN depuis si longtemps, est également sur le point de s'en aller ! Tout à son honneur, on rencontre les dialogues avec la cornemuse du Northumberland bien connue de Kathryn Tickell (The CHIEFTAINS, STING...) sur plusieurs titres, le violon qui sort de nulle part sur "Wee Free Man", les arrangements "de chambre" sur la polyphonie familiale de "The Making of a Man".

C'est vraiment un disque qui sait nous tenir en haleine, surtout qu'il n'y a pas que le rock : les rythmes folk, le mélodéon de John Spiers récurrent de même que les Northumbrian pipes de Tickell, mis à part qu'il y a cette envie de faire sonner le tout de manière plus pop et soft. Aux côtés de "You", superbe marche sombre et ambiancée avec chant masculin et les duos "Summer Lady"/"Fire & Ice" qui sonnent comme de nouveaux "Awake Awake" (1978) mais sur la plage, Maddy Prior entonne de magnifiques mélodies. "Hiver", "First Dance", "The Good Witch" (titre contenant aussi l'unique intervention de Pratchett en personne, pour la narration !) montrent l'amour du groupe pour l'oeuvre de Pratchett, mais de façon sérieuse, sont des chansons véritablement magiques.

Avec déjà tant de détails, il faut compter aussi parmi les arrangements de marque le saxophone de Pete Zorn, déjà bien présent sur le live Now We Are Six Again (2012, où la nouvelle formule de STEELEYE SPAN a pu se faire une bonne main), pour trois morceaux ici. D'abord "Bands of Brothers" (cette folk soft et chaloupée, ces arpèges trémolos de Littman en fond !), ensuite "First Dance", enfin "We Shall Wear Midnight", sur lequel on peut insister particulièrement. C'est qu'il y a encore ici une volonté de mettre en avant Maddy Prior sur des ballades avec un fond piano-claviers, comme du temps de Tim Harries, et des "Ancient Eyes" ou "First Dance" ont, elles aussi, leur magie toute "fantastique" ! Mais là on parle du dernier titre de l'album, où Peter Knight glisse un "au-revoir" en douceur et c'est très touchant. Beau bijou que ce Wintersmith, à ne point manquer ! Accessoirement, leur meilleure place dans les charts anglais (77ème) depuis Rocket Cottage (1976). À ce stade de leur carrière, c'est fabuleux... Ils m'épatent, ils m'épatent !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Dan AR BRAZ
Dan Ar Dañs (2020)
Un amour de guitare.




FAIRPORT CONVENTION
What We Did On Our Holidays (1969)
La passerelle entre psychédélique et tradition


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Maddy Prior (chant)
- Peter Knight (violon, claviers, chant)
- Rick Kemp (basse, chant)
- Liam Genockey (batterie, percussions)
- Julian Littman (guitares, piano, chant)
- Pete Zorn (guitare acoustique, saxophone, chant)
- John Spiers (melodeon)
- Bob Johnson (chant)
- Kathryn Tickell (northumbrian pipes)
- Terry Pratchett (narration)


1. Overture
2. The Dark Morris Song
3. Wintersmith
4. You
5. The Good Witch
6. Band Of Teachers
7. The Wee Free Man
8. Hiver
9. Fire & Ice
10. The Making Of A Man
11. Crown Of Ice
12. First Dance
13. The Dark Morris Tune
14. The Summer Lady
15. Ancient Eyes
16. We Shall Wear Midnight



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod