Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES/ROCK/FOLK/POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Neil Young , Bruce Springsteen

Nils LOFGREN - Blue With Lou (2019)
Par MARCO STIVELL le 26 Juillet 2019          Consultée 349 fois

Brave Nils LOFGREN ! C'est toujours l'idée qui nous vient quand on voit apparaître ce petit bout moitié-Suédois moitié Italien comme le veut son ascendance, tout ce qu'il y a de plus Américain et tel qu'il a souhaité le rester lui-même, bourré de talent. Guitariste virtuose, chanteur émouvant, joueur de banjo, de pedal-steel guitare et de tant d'autres choses, LOFGREN est concentré, appliqué, à fond dans tout ce qu'il fait, et son jeu dégage une flamboyance inouïe, autant que sa gestuelle, tapping, roulades et sauts périlleux garantis !

Cela faisait un certain nombre d'années que ce cher Nils, dont on connaît la régularité en termes de production depuis le début des années 70, n'avait pas publié d'album, mis à part des enregistrements live anciens. Les derniers efforts originaux en date étaient Old School, 2011, et trois ans avant, l'hommage à Neil YOUNG, son vieil ami qu'il a d'ailleurs rejoint l'an dernier en remplacement de Frank Sampedro pour les concerts de réunion du CRAZY HORSE.

Blue With Lou, le petit nouveau, est un hommage à un autre vieil ami, disparu lui par contre : Lou REED. Les deux hommes, proches depuis la fin des années 70, avaient déjà collaboré ensemble pour l'album Nils, jalon de marque dans la discographie de LOFGREN. Celui-ci reprend pas moins de cinq textes écrits par REED ("Attitude City", "Give", "Talk Thru the Tears", "City Lights", "Cut Him Up"), et sur différents tons : contestataire, fédérateur dans le sens "love" le plus pur... LOFGREN a un sens de l'amitié indéfectible, et il le chante bien. Tout cela n'est pas sans rappeler l'autre "grand" qu'il accompagne de façon très courante depuis des décennies et dont il n'est pas besoin de mentionner le nom !

Ce disque a un son live qui fait lui aussi beaucoup de bien, enregistré à Phoenix, Arizona, chez l'intéressé et en trio avec basse/batterie. Effectif qui a de quoi rappeler le début de sa carrière à succès avec le groupe GRIN au début des années 70, entre le premier album du CRAZY HORSE et son départ solo en 1975. La cohésion avec Andy Newmark et Kevin McCormick, qui l'ont déjà bien soutenu par le passé, est un des meilleurs arguments de ce Blue With Lou. Le morceau-titre d'ailleurs s'étire pour laisser une place musicale suffisante au guitariste, mais c'est surtout "Give" que l'on retient à cet effet. Poursuivant l'esprit blues de la chanson pendant le pont, la basse joue une walk/marche fournie et Newmark cogne de plus en plus fort. La parole mordante de Nils n'en finit plus de nous hypnotiser, il envoie toujours aussi bien notre petit père au chapeau !

Au niveau voix par contre, s'il garde un timbre juvénile, on se souvient qu'il a désormais 68 ans, heureusement pas trop. Entre "Give" dont la mélodie prend le temps et "Cut Him Up" au sacrément blues bien balancé, LOFGREN porte bien ses chansons et l'écriture ne manque pas de style, idem pour les morceaux sans Lou REED. Puisqu'on parle de voix, il faut savoir que d'en dehors du trio, de nombreux choeurs parsèment l'album, parmi lesquels Amy, la femme du guitariste (co-productrice de l'album), et Cindy Mizelle, que Nils côtoie au sein du E STREET BAND. Cette dernière n'est pas étrangère au caractère positif des morceaux proposés, pour deux tiers au moins !

Sur une durée totale de cinquante minutes et quelques, on passe du blues au rock'n'roll et inversement, jusqu'à un final plutôt folk et country. Tout, de "Rock or Not" et "Attitude City" avec leurs temps forts matraqués jusqu'aux ballades "Remember You" et "Too Good to Play", transpire la classe à la LOFGREN et l'interprétation de marque, c'est de la très bonne musique ! Le seul souci est peut-être d'avoir voulu tout mettre ensemble, quitte à ce que la soul/doo-wop ultra-léchée et calibrée de "Talk Thru the Tears" se trouve isolée. De même, le reggae léger au possible de "City Lights", auquel participe gaiement Branford Marsalis, saxophoniste-magicien de STING et autres.

Le piano conducteur et saupoudré de cordes, surprenant sur "Talk Thru With Tears", fonctionne encore mieux sur "Cut Him Up", comme "Don't Let Your Guard Down" pour son mélange soul/rock sudiste. LOFGREN prend exemple sur Vous-Savez-Qui et s'entoure de choeurs massifs, très masculins aussi quand ce n'est pas Mizelle, et dans un ton negro-spiritual qui convient idéalement aux chansons folk, toutes magnifiques. On parle de "Pretty Soon" (où le son de guitare se rapproche d'une pedal-steel), "Too Blue to Play" et, last but not least, "Remember You" que Nils dédie à Groucho, son chien défunt. Conclusion d'une profondeur incroyable sur fond de piano, guitare en picking...

Quel dommage qu'un tel musicien ne soit pas plus connu en France, en solo bien sûr ! Et espérons que cette formation nous laissera un beau disque live...

A lire aussi en BLUES-ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Then Play On (1969)
Début du virage "mélodique"




Rory GALLAGHER
Irish Tour (1974)
Un feu bleu en irlande


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Nils Lofgren (guitares, chant, claviers)
- Andy Newmark (batterie)
- Kevin Mccormick (basse)
- Branford Marsalis (saxophone ténor sur 6)
- Cindy Mizelle (choeurs)
- Amy Lofgren, Elena Nokolov (choeurs)
- Gary Bruzzese, Greg Varlotta, John Willi (choeurs)
- Lauren Wojcik, Dylan Covington (choeurs)
- Jason Raetz, Kenny Miller (choeurs)
- Toby Kidd, Josef Curtis (choeurs)
- Tyler Tse, Mark Mcdowell (choeurs)


1. Attitude City
2. Give
3. Talk Thru The Tears
4. Pretty Soon
5. Rock Or Not
6. City Lights
7. Blue With Lou
8. Don(t Let Your Guard Down
9. Too Blue To Play
10. Cut Him Up
11. Dear Heartbreaker
12. Remember You



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod