Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW WAVE, POP SYNTHéTIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : A-ha, Duran Duran, Omd
- Membre : Dave Gahan , Yazoo, Martin Gore
- Style + Membre : Erasure

DEPECHE MODE - The Live Spirits soundtrack (2020)
Par BRADFLOYD le 22 Août 2020          Consultée 837 fois

On reproche souvent à DEPECHE MODE une absence de prise de risques dans ses spectacles, recyclant toujours les mêmes chansons, produisant depuis quelques années des copies conformes de leurs précédents concerts, hormis les quelques titres les plus récents faisant la promotion live de leur dernier opus. Aussi, lorsqu'est paru ce "Live Spirits Soundtrack" en ce 26 juin 2020, étais-je intéressé de voir et comparer ce témoignage des concerts enregistrés dans un amphithéâtre escarpé à la périphérie de BERLIN les 23 et 25 juillet 2018, avec ce que j'avais vécu au Stade de France le 1er juillet 2017, un concert qui m'avait laissé quelque peu dubitatif en raison d'une setlist peu enthousiasmante.

Première surprise, alors que le double-album et le blu-ray associé sont le résultat de l'enregistrement des derniers concerts, soit les 114ème et 115ème de la tournée qui a drainé quand même 3 millions de spectateurs, l'année passée sur les routes a amené le groupe à changer, d'un concert à l'autre, drastiquement cette setlist au point que près de la moitié des titres, soit 9 chansons jouées à St DENIS sont passés à la trappe. Exit, donc, "So Much Love" de l'album Spirit (2017), "Barrel of a Gun" et "Home" de l'album Ultra (1997), "In Your Room", "I Feel You" et la version acoustique de "Judas" de l'album Songs of Faith and Devotion (1993), "Corrupt" et "Wrong" de Sounds of the Universe (2009) et, enfin "Somebody" tiré de "Some Great Reward" (1984). Et honnêtement, ce n'est pas un mal, le concert dionysien ne m'ayant pas laissé un souvenir fantastique sur l'orientation choisie, quand bien même l'ambiance était au rendez-vous. Un peu comme si les choix artistiques plombaient quelque peu ce concert qui avait du mal à décoller.

Donc, après un peu plus d'un an, les DEPECHE MODE proposaient une setlist raccourcie d'un titre, mais balayaient de manière plus judicieuse les 37 ans de leur histoire, "n'oubliant" que quatre albums dont deux pas franchement transcendants. A la place des titres susnommés, certains joués le 23 juillet mais non inclus ici, nous avons donc "It’s No Good", "Insight" et "Useless" de Ultra, "Walking In My Shoes" de Songs of Faith and Devotion, "Precious" de Playing the Angel (2005), "I Want You Now" et "The Things You Said" de Music for the Masses et, last but not the least, "Just Can’t Get Enough" tiré de Speak and Spell (1981) en dernier rappel (en bref, même s'il ne s'agit pas du concert du 25, il s'agit bien de la setlist du 25 juillet dans son entièreté). De fait, nous assistons à un concert beaucoup plus équilibré et festif alors que certains des morceaux précédemment joués par le groupe avaient plutôt tendance à plomber l'ambiance. Bon, cela reste le cas lorsque Martin Gore se met à chanter "Insight", un titre qui a tendance à casser complètement le rythme. Mais, comme il s'agit du compositeur principal et que ce dernier exige d'avoir son moment, on subit ses bêlements insupportables. Et malheureusement, par rapport à la setlist de ST DENIS, si on change les titres, seul "The Things You Said", superbement interprétée, trouve sa place ici sur les trois titres chantés par l'intéressé.

Mis à part ce petit inconvénient, cette restitution sonore est des plus agréables pour qui aime ce groupe. Les titres tirés de Spirit en sont magnifiés ("Going Backwards", "Cover Me", "Poison Heart", "Where’s the Revolution"), mais c'est aux deux-tiers que le public entre en transe. "Everything Counts" (Construction Time Again - 1983) où Dave Gahan joue avec le public, lequel fait durer la chanson au point que le groupe pourrait être emmené au bout de la nuit, "Stripped" (Black Celebration - 1986) et la doublette fantastique "Enjoy the Silence" (Violator - 1990) / "Never Let Me Down Again" (Music for the Masses) élèvent le concert à un niveau extraordinaire. Et alors que les CDs restituent les titres dans l'ordre, n'étant amputés que des rares interventions des musiciens, c'est là qu'il faut recommander ce concert sous son format vidéo, ce qui permet de mieux comprendre l'échange qui existe entre le public et cette bête de scène qu'est Dave Gahan. Gros contraste, d'ailleurs, avec Martin Gore qui paraît toujours aussi emprunté et toujours aussi mal fringué.

Cela fait 30 ans que le concert de PASADENA a placé DEPECHE MODE au panthéon des groupes à voir pour la communion qui existe entre celui-ci et son public. 30 ans, en 2018, que le combo bénéficie d'une fan base qui ne se lasse pas d'écouter, chanter, danser et lever les bras sur "Enjoy the Silence" et "Never Let Me Down Again". 30 ans que Dave Gahan harangue son public et ce malgré les hauts et les bas qu'il a traversés. Et lorsque le frontman joue comme il jouait ces deux soirs-là à BERLIN, où l'on sent son bonheur d'être sur scène, le public ne peut sortir de cette séance de partage qu'avec la banane, même si, parfois, certaines de ses poses peuvent prêter à sourire.

Ce sourire que n'avaient pas les spectateurs lorsque le film "Spirits In The Forest" est sorti au cinéma en novembre 2019. En effet, mis en scène par Anton Corbijn qui suit six fans de différents coins de la terre racontant leurs histoires avec leurs propres mots avant le concert final, ce long-métrage frustrait nombre d'entre eux en raison des morceaux souvent amputés ne restituant que des bribes. Comme ces six fans sont les vrais héros de ce film et que les natifs de BASILDON n'y apparaissent que très peu, la frustration est d'autant plus grande, quand bien même il paraît le pendant du documentaire 101 enregistré en 1988. Ainsi, cette sortie du mois de juin 2020 a permis de rétablir "l'équilibre", satisfaisant enfin les fans qui peuvent se plonger en haute définition jusque sur la scène, ce qui n'est pas forcément une bonne chose lorsqu'on voit à quel point Dave Gahan a mal vieilli. Des fans qui ont pu bénéficier, en fin de concert, d'une très belle version-hommage de "Heroes" de David BOWIE, décédé en janvier 2016, avant que "Personal Jesus" et une version allongée de "Just Can’t Get Enough" en second rappel ne viennent clore ces deux heures et six minutes de folie avec un public véritablement incroyable.

Je ne saurais trop vous conseiller, donc, de vous procurer la version 4 disques, véritable "best of" bénéficiant d'une production de grande facture, notamment en 5.1. Et s'il n'y avait pas ces deux titres en trop de Martin Gore, ni même un mixage parfois trop en avant du public, voire une jaquette d'une nullité absolue (ils font un concours chez DEPECHE MODE pour faire la pochette la plus affreuse ?) j'aurais mis sans problème la note maximale. Elle restera donc à 4 (note réelle à 3,5) pour les raisons mentionnées ci-dessus.

A lire aussi en NEW-WAVE :


Les RITA MITSOUKO
Systeme D (1993)
Ce D vaut un A




Martial CANTEREL
Empire (2012)
Une très bonne carte de visite


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- David Gahan  (chant)
- Martin Gore  (guitare, claviers, chant)
- Andrew Fletcher  (claviers, guitare basse et chœurs)
- +
- Peter Gordeno (claviers, basse)
- Christian Eigner (batterie)


1. #disc 1 (dvd/blu-ray) - Spirits In The Forest - Ru

1. #disc 2 (dvd/blu-ray) - Live Spirits
2. Intro
3. Going Backwards
4. It’s No Good
5. A Pain That I’m Used To
6. Useless
7. Precious
8. World In My Eyes
9. Cover Me
10. The Things You Said
11. Insight
12. Poison Heart
13. Where’s The Revolution
14. Everything Counts
15. Stripped
16. Enjoy The Silence
17. Never Let Me Down Again
18. I Want You Now
19. Heroes
20. Walking In My Shoes
21. Personal Jesus
22. Just Can’t Get Enough

1. #cd1.
2. Intro
3. Going Backwards
4. It’s No Good
5. A Pain That I’m Used To
6. Useless
7. Precious
8. World In My Eyes
9. Cover Me
10. The Things You Said
11. Insight
12. Poison Heart

1. #cd2.
2. Where’s The Revolution
3. Everything Counts
4. Stripped
5. Enjoy The Silence
6. Never Let Me Down Again
7. I Want You Now
8. Heroes
9. Walking In My Shoes
10. Personal Jesus
11. Just Can’t Get Enough



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod