Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 3)
Parallhit
Acheter Cet Album
 


 

- Style : A-ha, Duran Duran, Omd
- Membre : Dave Gahan , Yazoo, Martin Gore
- Style + Membre : Erasure

DEPECHE MODE - Construction Time Again (1983)
Par STEF le 15 Octobre 2005          Consultée 7211 fois

« Construction time again » va poursuivre la voie engagée un an plus tôt avec l’album « a broken frame », c’est-à-dire une recherche expérimentale et des ambiances tout en nuances claires-obscures.
Deux choses vont le différencier : Depeche mode souhaite s’engager politiquement et livre des textes plus engagés (bien qu’emprunts d’une certaine naïveté) sur des thèmes tels que l‘égalité des peuples, la paix, l’écologie.

La découverte du monde, notamment de l’Asie, grâce à une tournée, va influencer fortement la composition de cet album, à travers les thèmes évoqués plus haut, qui se veulent moins légers que par le passé (surtout le premier album).
Une autre chose va influencer le son de « construction time again », lui donner une direction inconnue jusque là : l’attrait de Martin Gore pour la musique industrielle (Einstürzende Neubauten en tête) et toute la scène musicale et artistique berlinoise. L ‘Allemagne, second pays d’adoption du groupe, avec qui il entretient toujours une relation très forte.

L’album est très porté sur le travail des sons, des rythmiques, des bruitages divers et variés et sur l’échantillonnage essentiellement percussif de musiques industrielles. Le summum étant sans doute le lancinant « pipeline » et son mélange improbable entre ambiance extrême-orientale et chant en forme de slogan quasi-marxiste sur le partage des richesses (« We’re laying a pipeline, taking to the greedy, giving to the needy »)... On imagine d’ailleurs très bien l’ouvrier présent sur la pochette en train de chanter ce morceau tout en travaillant! L’ambiance froide qui se dégage de cet album est parfois réchauffée par des titres imparables (le tube « everybody counts » chanté par Gore et Gahan ou les réminiscences pop synthétiques de « love in itself »… Est-ce vraiment un hasard si ce sont les 2 singles extraits de cet album ?).

Le reste de l’album oscille entre très expérimental (« shame » et ses samples de flûte sous-jacents quelque peu déstructurés) et plus accessible (« the landscape is changing » et son gimmick toujours dans cette mouvance extrême-orientale, « told you so » percutant et annonçant déjà l’esprit de l’album à venir avec ses lignes de chant typiques).

Malgré quelques maladresses et une naïveté encore prononcée, Construction time again permet à Depeche Mode de s’éloigner définitivement de la pop synthétique de l’époque Vince Clarke. Néanmoins, en raison de son caractère très expérimental sans doute plus poussé, il reste encore assez dur d’accès pour le néophyte. Mais patience, le coté chansons matures et mélodies tubesques de Depeche Mode arrive à grand pas avec « Some great reward ».
Cela reste quand même un album très intéressant pour son approche unique, au carrefour d’influences extrême-orientales et industrielles notamment.

A lire aussi en NEW-WAVE par STEF :


DEPECHE MODE
Some Great Reward (1984)
Le début de l'ère des grands classiques de dm

(+ 5 kros-express)



DEPECHE MODE
The Singles 81-85 (1985)
Un best-of incontournable


Marquez et partagez





 
   STEF

 
   ARP2600
   ERWIN
   SEIJITSU
   WALTERSMOKE

 
   (5 chroniques)



Non disponible


1. Love In Itslef
2. More Than A Party
3. Pipeline
4. Everything Counts
5. Two Minutes Warning
6. Shame
7. The Landscape Is Changing
8. Told You So
9. And Then...
10. Everything Counts



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod