Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW WAVE, POP SYNTHéTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1981 3 Speak & Spell
1982 4 A Broken Frame
1983 4 Construction Time Again
1984 5 Some Great Reward
1986 4 Black Celebration
1987 3 Music For The Masses
1990 3 Violator
1993 4 Songs Of Faith And Devotion
1997 3 Ultra
2001 3 Exciter
2005 3 Playing The Angel
2009 Sounds Of The Universe
2013 2 Delta Machine
2017 1 Spirit
2023 1 Memento Mori

SINGLES

2006 Martyr

REMIX/ARRANG.

2004 The Remixes (81-04)

ALBUMS LIVE

1989 Live 101
2020 The Live Spirits soundtrack

COMPILATIONS

1985 The Singles 81-85
 

- Style : A-ha, Duran Duran, Omd
- Membre : Dave Gahan , Yazoo, Martin Gore
- Style + Membre : Erasure

DEPECHE MODE - Memento Mori (2023)
Par BRADFLOYD le 31 Mars 2023          Consultée 2814 fois

C’est étrange, je n’ai jamais su en réalité quel était le véritable rôle d’Andrew 'Fletch' Fletcher avant de préparer cette chronique du quinzième album des natifs de BASILDON. Souvent décrit comme s'occupant des affaires et des intérêts juridiques du groupe, il pouvait jouer de plusieurs instruments en qualité de D.J, pianiste ou bassiste, mais surtout, il ne composait pas. On le voyait souvent derrière, en haut de la scène, particulièrement discret, jouant des claviers comme s’il était dans un monde à lui. Tout l’opposé de Dave Gahan (souvent prononcé Ga-han, alors que la prononciation correcte serait Gawn), le frontman à la voix unique.

Toujours est-il que, quand bien même les compositions de Mémento Mori datent d'avant son décès, le 26 mai 2022, celles-ci pourraient avoir été créées tout exprès en hommage à celui que Martin Gore n’hésitait pas à qualifier de ciment du groupe, avant tout présent afin de gérer les ego de ses condisciples. A ce propos, le compositeur reconnaissait ne pas avoir vraiment de liens autres que professionnels avec son chanteur avant cette date fatidique, ce qui semblerait avoir changé depuis, la mort d’un des leurs les ayant profondément marqués. Et c’est aussi parce que 'Fletch' n’avait pas de rôle particulier du point de vue musical que nous avons aujourd’hui un nouvel album de DEPECHE MODE, alors que ce décès pouvait laisser à penser à nombre de leurs fans que le groupe ne se reformerait plus.

'Souviens-toi que tu dois mourir' (signification de Memento Mori) est donc empreint de gravité dans chacune des douze chansons de l’album. Mais, paradoxalement, hormis "My Cosmos Is Mine" qui aurait pu s’intégrer facilement aux autres titres de Spirit, l’album précédent, Memento Mori est beaucoup plus lumineux que son prédécesseur. Au point que, pour quelqu’un qui aurait subi un coma de 30 ans, il ne serait pas surprenant qu’il soit la suite logique de leur chef-d’œuvre Violator. Peu de guitares, de basses, voire de batterie, surtout des programmations de boites à rythmes comme dans les années 80. Un son vintage avec la technologie d’aujourd’hui.

Le vintage revient dès le second titre, "Wagging Tongue", un hommage (?) à KRAFTWERK. Excellent titre, je trouve, qui passera très bien l’épreuve de la scène, tout comme le single "Ghost Again", très entraînant et à la mélodie 80’s. Mais je pourrais en dire autant de "My Favourite Stranger" qui nous renvoie au début des 90’s. Surtout, les rapports avec le passé sont multiples, ne serait-ce que dans le choix des titres ("Never Let Me Go" en référence à "Never Let Me Down Again", "People Are Good", pour "People Are People"), ou musicaux ("People Are Good" à la musique faussement minimaliste très kraftwerkienne, de même que "Never Let Me Go" dont la guitare névrotique est typée milieu des 90’s et associée à des nappes de claviers très 80’s sans pour autant que les travers de ces années-là se fassent ressentir).

Incorporant au processus de création le producteur James Ford (ARTIC MONKEYS, SHAME) déjà présent sur l’opus précédent, associé à Richard Butler des THE PSYCHEDELIC FURS, qui co-signe quatre titres, et à Marta SALOGNI (BJORK), l’équipe s’est resserrée autour du duo. Si Martin Gore signe 10 des 12 titres, sont associés à l’écriture Dave Gahan, mais aussi Christian Eigner et Peter Gordeno, respectivement batteur et clavier additionnels lors des concerts du groupe. Malgré cela, Memento Mori est un disque cohérent, étalant son spleen : Le temps est éphémère / Voyez ce qu'il apporte ("Ghosts Again"), Je suis prêt pour les dernières pages / Adieu à tous mes enfermements terrestres / Je monte l'escalier d’or ("Soul With Me") lorsque vous regardez un autre ange mourir ("Wagging Tongue"), Nous devons avancer, avant de nous noyer ("Before We Drown"), Pas de pluie, pas de nuages / Pas de douleur, pas de linceuls / Pas de souffle final / Pas de morts insensées ("My Cosmos Is Mine") sans que l’on perde le plaisir à le remettre dans sa platine pour en goûter les moindres nuances. Ce spleen se ressent jusque dans la voix de Dave Gahan qui n’est plus celle de ses 20 ans, toute en retenue, comme s’il ne pouvait plus désormais la pousser, hormis sur "Never Let Me Go". Et puis, il y a la note d'espoir de "Always You" : Il y a toujours toi / La lumière qui me conduit hors des ténèbres ou de "Caroline's Monkey" qui invite à la résilience à court terme : Mieux vaut s'évanouir qu'échouer / Tomber c'est mieux que ressentir / Plier c'est mieux que perdre / Réparer c'est mieux que guérir / Parfois.

Memento Mori ne dure 'que' 50 mn pour l'aficionado et même la mélodie de "Soul With Me" reste fort agréable, au contraire de nombre de titres chantés par Martin Gore dont je n’ai jamais apprécié la propension à 'bêler' en forçant sur son tremolo. Je n’ai jamais compris, par ailleurs, pour quelle raison ce compositeur de tubes intemporels se réservait le privilège de chanter, sauf rares exceptions, les chansons les moins accrocheuses de leur répertoire. Ici, ce n’est pas le cas et, placée judicieusement au milieu des douze titres, "Soul With Me" ne me provoque pas l’ennui comme "Eternal" et "Fail" avaient pu le faire dans Spirit et se rapprocherait plutôt du plaisir que j’éprouve à écouter "The Things You Said".

Vous l’avez compris, ce quinzième album et excellent cru (un bon 4,5/5) s’est intègré parfaitement dans le répertoire pré ultra du groupe à l'occasion des derniers concerts en France en cette année 2023*. Et surtout, pour ceux qui ne voient pas les années filer, ce disque, excellent remède à la morosité ambiante, nous permet de sourire malgré tout à la vie tout en attendant la mort.


*Par exemple, DEPECHE MODE était en concert en France les 31 mai 2023 à Décines-Charpieu, le 22 juin au Stade Pierre Mauroy à Lille, le 24 juin au stade de France et le 04 juillet au Stade Matmut-Atlantique de Bordeaux.
Si l’on s’intéresse à la setlist du concert parisien, outre cinq titres tirés du dernier album ("My Cosmos Is Mine", "Wagging Tongue", "Ghosts Again", "Soul With Me" et "Speak To Me"), nous avons eu quatre titres tirés de Violator ("World in My Eyes", "Waiting for the Night", "Enjoy the Silence" et "Personal Jesus"), un titre de Music For the Masses ("Never Let Me Down Again"), un de Black Celebration ("Stripped"), trois de Ultra ("It's No Good", "Sister of Night" et "Home"), trois de Playing the Angel ("A Pain That I'm Used To", "Precious" et "John the Revelator") trois de Songs of Faith and Devotion ("Walking in My Shoes", "I Feel You" et "In Your Room") ainsi que "Wrong" (Sounds of the Universe), "Just Can't Get Enough" (Speak & Spell) et "Everything Counts" (Construction Time Again), soit 12 titres post 1993 (autrement dit, 50% des titres ont 30 ans ou plus). Sachant que DEPECHE MODE nous a habitué à changer ses setlists en cours de tournée. Mais la tendance était d'intégrer de plus en plus de titres de la période la plus récente, sans que le concert en soit déséquilibré.

A lire aussi en POP :


The ZOMBIES
Different Game (2023)
The Zombies : vivants depuis 1961




The BEATLES
Help ! (1965)
Hier annonce demain


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
   K-ZEN

 
   (2 chroniques)



- Dave Gahan (chant)
- Martin Gore (claviers, guitare)
- James Ford (claviers, guitare, basse, pela steel guitar, batte)
- Desiree Hazley (violon)
- Luanne Homzy (violon)
- Davide Rossi (cordes)
- Marta Salogni (programmations)
- Christian Eigner (programmations)
- Peter Gordeno (programmations)


1. My Cosmos Is Mine
2. Wagging Tongue
3. Ghosts Again
4. Don’t Say You Love Me
5. My Favourite Stranger
6. Soul With Me
7. Caroline’s Monkey
8. Before We Drown
9. People Are Good
10. Always Good
11. Never Let Me Go
12. Speak To Me



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod