Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Biosphere / Deathprod, Hia / Biosphere

BIOSPHERE - Shenzhou (2002)
Par JOVIAL le 21 Novembre 2021          Consultée 337 fois

Assurément, Shenzhou constitue une rupture dans la discographie de BIOSPHERE. Loin d'être un épigone, Geir JENSSEN a tout de même souvent suivi les codes et modes de la musique électronique durant la première partie de sa carrière. Microgravity et Patashnik notamment, puis Cirque dans un autre registre, restaient ancrés dans leur époque et ne se risquaient guère à faire du hors-piste, préférant volontiers des sentiers déjà balisés par d'autres. Avec Shenzhou au contraire, le Norvégien entame une production plus expérimentale, mais non moins fructueuse et fascinante, qui va progressivement l'amener à rompre avec le style de ses précédents travaux, quitte à parfois nager à contre-courant.

C'est en allant d'ailleurs explorer l'œuvre de Claude DEBUSSY, que la postérité a consacré comme un musicien révolutionnaire voire iconoclaste, que BIOSPHERE a imaginé ce nouvel album. C'est même dans les orchestrations contemporaines de ce dernier, en particulier La Mer et Rondes de Printemps, qu'il puise à la source le matériau principal de ses nouvelles constructions. Shenzhou est avant tout un méticuleux travail d'échantillonnage qui va jusqu'à utiliser des samples de moins d'une seconde. L'idée n'est en effet pas de proposer une relecture du compositeur français, mais de créer autre chose à partir de sa musique. Une lente entreprise de déconstruction des symphonies originales pierre par pierre, note par note, aboutissant à l'émergence de dix morceaux d'ambient minimaliste et magnétique.

À l'instar de Substrata, Shenzhou construit ses paysages sonores sur un ensemble de boucles hypnotiques où l'absence de rythmes se voit compensée par un voile de basses profondes et de nappes brumeuses. Mais notre Scandinave n'use quasiment plus de field recordings, à peine les crépitements d'un feu sur "Ancient Campfire", ni d'extraits sonores de films. Au contraire, tout repose ici sur les samples du maître impressionniste dont Geir JENSSEN parvient à garder toute la mélancolie bucolique et l'onirisme extrême-oriental.

Malgré un titre évoquant plutôt les étoiles (1), Shenzhou nous conduit dans les profondeurs d'une forêt ancienne et mystérieuse, dans un dédale de roches et de troncs moussus, de branches couvertes de lichens barbus cachant la lumière du crépuscule. BIOSPHERE délaisse les grands espaces polaires pour des ambiances plus feutrées et touffues, presque intimistes. Si l'angoisse monte facilement sur "Thermal Motion", les atmosphères se font souvent plus rassurantes qu'à l'accoutumée, méditatives, mais laissant sourdre sous l'humus un flux d'énergie qui parfois rejaillit soudainement. "Shenzhou", "Path Leading To The High Grass" et "Fast Atoms Escape" notamment nous guident alors à travers une nature qui s'éveille avec une grâce vespérale, dévoilant des teintes pourpres, grises et bleutées. Avec la fabuleuse "Houses of The Hill" enfin, dont les effluves se propagent comme l'onde sur un lac, Geir JENSSEN s'accorde là un recueillement quasi-mystique.

À ces dix premiers morceaux, le Norvégien ajoute encore deux autres, assemblés par ses soins. Claude DEBUSSY s'efface mais qu'importe, puisque les excellentes "Bose-Einstein Condensation" et "Gravity Assist" concluent l'album de la meilleure manière qui soit, laissant enfin la nuit s'installer, paisible et réconfortante. On est désormais loin des glaces et de la toundra, BIOSPHERE abandonne enfin son étiquette d'arctic ambient et, encore tout étourdi par cet incessant jeu d'ombres et de couleurs automnales, on se dit que ce n'est pas forcément plus mal.

Note réelle : 4,5/5

(1) "Shenzhou" signifie "vaisseau divin" en chinois. C'est aussi le nom donné au premier vaisseau spatial chinois habité, dont le projet a été initié en 1999.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


DEATHPROD
Imaginary Songs From Tristan Da Cunha (1996)
37° 06′ 32″ S, 12° 16′ 23″




NEU!
Neu!'75 (1975)
Un dernier testament...


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Geir Jenssen (tout)


1. Shenzhou
2. Spindrift
3. Ancient Campfire
4. Heat Leak
5. Houses On The Hill
6. Two Ocean Plateau
7. Thermal Motion
8. Path Leading To The High Grass
9. Fast Atoms Escape
10. Green Reflections
11. Bose-einstein Condensation
12. Gravity Assist



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod