Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT / DRONE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Biosphere / Deathprod, Hia / Biosphere

BIOSPHERE - Departed Glories (2016)
Par JOVIAL le 17 Mai 2022          Consultée 354 fois

Chroniquer Departed Glories nous redonne l'occasion de vous reparler un peu de l'Argeïphontes Lyre. Sous ce nom étrange se cache en réalité un logiciel expérimental de traitement du son, mis au point en 1997 par le compositeur américain Akira RABELAIS. Très complexe, ce software permet une multitude de manipulations sonores et visuelles, utilisant un nombre impressionnant de filtres aux dénominations parfois énigmatiques (Quadrille des Homard, Éviscération Réanimation, Désintégration Morphologique …) et permettant un large choix de modifications et de distorsions du son. Akira RABELAIS en tire lui-même parti pour ses propres œuvres, notamment sur l'excellent Spellewauerynsherde (2004), pour lequel il emploie d'anciens chants féminins islandais comme matière première.

Avec Departed Glories, BIOSPHERE procède quasiment de la même façon. Le Norvégien a numérisé pas moins d'une centaine d'échantillons sonores, des traditionnels polonais et ukrainiens également chantés par des femmes, enregistrés dans les années 1950-1960. Geir JENSSEN mûrit alors son projet depuis 2010, date à laquelle il emménage à Cracovie. Fasciné par la forêt de Las Woski tout proche, encore hantée par le massacre de centaines de Polonais durant la dernière guerre, il s'intéresse également à l'histoire de la religieuse Bronisława, qui aurait mené dans cette même forêt la résistance face aux invasions tatares du XIIIème siècle. Dernière source d'inspiration importante, cette image d'une Arménienne en costume traditionnel, photographiée au début du siècle dernier par le chimiste russe Sergueï Prokoudine-Gorski. Une silhouette figée dans le temps, une apparition presque fantômatique, dont la netteté contraste avec le flou de la végétation en arrière-plan. En interview, le Norvégien explique justement avoir voulu rendre compte de l'atmosphère si particulière de cette photographie.

Contrairement à Akira RABELAIS, qui avait fait le choix sur Spellewauerynsherde de garder intacte l'intelligibilité des ballades islandaises utilisées, Geir JENSSEN a poussé l'expérience jusqu'au bout, réduisant le chant à de simples bribes lointaines et éthérées. Le natif de Tromsø avait été glaner quelques field recordings dans les bois, mais ces derniers n'ont finalement pas été intégrés à l'ensemble. Des couches de nappes brumeuses suffisent à cimenter le tout, enveloppant parfaitement les voix sans trop les noyer. Si l'album peut sembler austère au premier abord, il dévoile progressivement des ambiances d'une grande subtilité, faites de résonances spectrales et de drones vaporeux, aussi immersives que pouvaient l'être par exemple les boucles apaisantes de Shenzhou.

Malgré des compositions comme toujours assez minimalistes, Departed Glories parvient sans peine à suggérer beaucoup de choses. BIOSPHERE nous entraîne au petit matin dans la forêt de Las Woski, pétrifiée par le gel, où déjà les premiers rayons du soleil viennent réveiller les vieux troncs engourdis. L'utilisation des voix donne au disque une dimension mystique, presque religieuse, comme si derrière chaque arbre, chaque bosquet et chaque butte s'élevaient encore cantiques médiévaux et mélodies profanes anciennes, souvenirs sonores soudainement extirpés des méandres du passé et matérialisés à notre approche.

Avec Stator, réalisé en collaboration avec DEATHPROD, Departed Glories signe le retour de Geir JENSSEN sur le devant de la scène, après une décennie légèrement moins inspirée (N-Plants, L’incoronazione di Poppea). L'album, il est vrai un peu long, demandera peut-être plusieurs écoutes avant de s'apprécier dans son intégralité, mais mérite certainement de figurer sur le podium des meilleures productions de BIOSPHERE, à côté des inévitables Substrata, Shenzhou et Dropsonde. Envoûtant et singulier, c'est aussi un disque incontournable de la scène ambient des années 2010.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


NEU!
Neu!'75 (1975)
Un dernier testament...




SILVER APPLES
Contact (1969)
Mal de crâne ? Ha ça risque de s'aggraver ...


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Geir Jenssen (tout)


1. Out Of The Cradle
2. Wyll And Purpose
3. Down On Ropes
4. Free From The Bondage You Are In
5. With Their Paddles In A Puddle
6. Than Is The Mater
7. Sweet Dreams Form A Shade
8. Aura In The Kitchen With The Candlesticks
9. Departed Glories
10. Whole Forests Of Them Appearing
11. Invariable Cowhandler
12. Behind The Stove
13. You Want To See It Too
14. Good Case And Rest
15. Tomorrow Then We Will Attend
16. With Precious Benefits To Both
17. Fall Asleep For Me



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod