Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mika, Billy Joel
- Membre : Angelo Branduardi
 

 The Illustrated Elton John Discography (1260)

Elton JOHN - Honky Chateau (1972)
Par GUY LIGUILI le 16 Juillet 2011          Consultée 3316 fois

Le Château d'Hérouville est un ancien relais de Poste, entre Versailles et Beauvais, construit au XVIIIè siècle, évoqué par Balzac, acheté par le compositeur Michel Magne et transformé en studio résidentiel d'enregistrement en l'an 1969 de notre ère. Rapidement l'aristocratie du Rock (Bowie, Bee Gees, Pink Floyd, Iggy Pop, Magma) en fait son studio de prédilection, séduit par l'atmosphère, l'hôtellerie et la sonorité des lieux.

En janvier 1972, Elton John y débarque avec ses musiciens pour enregistrer son nouvel album. L'endroit lui plait tellement qu'il lui inspirera le titre de l'album et qu'il y enregistrera les 2 suivants (Don't Shoot Me (I'm Only The Piano Player) et Goodbye Yellow Brick Road).

Dès « Honky Cat », son piano bastringue aux mélodies légèrement chinoisantes dignes d'être jouées dans un claque (ou honky tonk) et ses cuivres fanfarons, nous sommes directement dans l'ambiance de l'album. La mélodie est irrésistible et évidente comme dans toutes les grandes chansons et Elton chante mieux que jamais. Premier grand classique de l'album.
Avec « Mellow », c'est la première ballade de l'album et la première apparition de Jean-Luc Ponty. Quitte à être pléonastique, disons que la mélodie est superbe et envoutante et que le solo de JLP apporte une vraie émotion supplémentaire à la chanson. Superbe.
On retrouve le piano bastringue avec « I Think I'm Going To Kill Myself ». La chanson parle de suicide avec un refrain qui donne envie de siffloter sous la douche et une ambiance Charleston. Cet homme est fou ! Magnifique.
« Susie (Dramas) » est plus rock, plus tendu. La guitare de Davey Johnson se fait plus menaçante, plus reptilienne et signe un grand solo. Encore un grand morceau.
Nous arrivons ensuite au « tube » de l'album « Rocket Man (I Think It's Going to Be a Long, Long Time) ». Qu'en dire ? Grande mélodie ? Banal ! Grands arrangements ? Oui certes ! Soulignons le travail des chœurs particulièrement réussi. Je pourrais éventuellement prétendre que le morceau est très mauvais pour faire mon intéressant mais ce serait un énorme mensonge.
« Salvation » a une saveur vaguement Gospel ce qui, avec un titre comme ça, n'a rien d'original. En tout cas c'est encore une réussite. On y retrouve les choeurs qui faisaient le sel de « Rocket Man ».
« Slave » a une saveur Stonienne (la voix a même des accents Jaggeriens) et présente la particularité d'être un morceau country porté par la guitare acoustique la pedal steel guitar et le banjo plutôt que par un piano pour une fois absent.
« Amy » est LE morceau de Jean-Luc Ponty sur cet album. La chanson est réussie mais est surtout un écrin pour mettre en valeur le fougueux violoniste.
« Mona Lisas & Mad Hatters » avec son allusion à Lewis Caroll est une ballade réussie mais un peu trop Elton Johnienne à mon goût. C'est beau mais trop entendu. Ceci dit, à l'époque, cela devait être encore assez nouveau et pas ressassé. Superbe si vous n'avez jamais entendu Elton de votre vie.
« Hercules », si l'on met à part les chœurs, préfigure étonnamment certaines chansons de Kevin Coyne, c'est un rock très simple qui n'a pas inventé l'eau chaude mais qui conclue parfaitement l'album.

J'ignore si cela est du à l'ambiance champêtre des lieux mais cet album, à la différence des précédents, est sans fioritures superflues et sans cordes (exceptées celles virtuoses de Jean-Luc Ponty dans 2 titres). C'est son album qui sonne le plus « rock », au sens Elton John du terme (ce n'est pas BLACK SABBATH non plus) et dont la sonorité peut rappeler ce que faisait Dr JOHN à la même époque.

Certains prétendent que le meilleur album d'ELTON JOHN est Goodbye Yellow Brick Road, quant à moi, je préfère Honky Château que je trouve moins prétentieux et plus chaleureux.

A lire aussi en ROCK par GUY LIGUILI :


Johnny HALLYDAY
Rivière... Ouvre Ton Lit (1969)
La revanche du scarabée mort dans la rue en 1943

(+ 1 kro-express)



Johnny HALLYDAY
Flagrant Délit (1971)
Tout passe, tout casse, tout lasse... sauf johnny

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   GUY LIGUILI

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Elton John (chant, orgue, piano éléctrique)
- Davey Johnstone (guitares, mandoline, banjo)
- Dee Murray (basse)
- Nigel Olson (batterie)
- Jean-luc Ponty (violon éléctrique)
- David Henschel (synthétiseur arp)
- Ray Cooper (percussions)
- Jacques Bolognesi (trombone)
- Ivan Julien (trompette)
- Jean-louis Chautemps (saxophone)
- Alain Hatot (saxophone)


1. Honky Cat
2. Mellow
3. I Think I'm Going To Kill Myself
4. Suzie (dramas)
5. Rocket Man (i Think It's Going To Be A L
6. Salvation
7. Slave
8. Amy
9. Mona Lisas And Mad Hatters
10. Hercules



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod