Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  DEMO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mika, Billy Joel
- Membre : Angelo Branduardi
 

 The Illustrated Elton John Discography (1973)

Elton JOHN - Regimental Sgt. Zippo (2021)
Par MARCO STIVELL le 17 Novembre 2021          Consultée 926 fois

Durant l'année 2020, Elton JOHN publie une Jewel Box comprenant des tas d'inédits, démos, raretés, singles non inclus sur albums... Parmi ceux-ci, on trouve pêle-mêle les titres qui auraient dû, aux alentours de 1967-68 et à l'état de maquette pour certains, constituer son premier album, avant Empty Sky qui débute finalement l'histoire en 1969. Sauf aux U.S.A. où il n'est sorti qu'en 1975 et où l'on se réfère donc plutôt au suivant, celui de "Your Song" (1970). Bref, les années 60 de sir Elton ne sont ni favorites, ni réellement 'claires', mais pour le fan, il y a toujours à découvrir !

En l'occurrence, Regimental Sgt. Zippo est une aubaine, avec ou sans la Jewel Box, car sorti à part en 2021 d'abord uniquement pour le Disquaire Day et ensuite plus tard, comme officiel et aisément accessible pour qui le voudrait. Il permet de redécouvrir l'époque où Elton JOHN était le plus 'frais', musicien de session établi mais se lançant avec beaucoup d'incertitudes en tant que chanteur-pianiste solo.

Solo ou presque, car en dehors des maquettes effectivement les plus dépouillées où il est son unique accompagnateur, on trouve déjà auprès de lui certains musiciens 'durables' comme Roger Pope à la batterie et surtout Caleb Quaye à la guitare, parfois crédité à l'écriture partagée quand ce n'est pas Bernie Taupin. Quant au style, il se rapproche irrémédiablement du style BEATLES, leur pop la plus accessible comme le psychédélique millésimé 67 ; outre la pochette bien de son époque, difficile de ne pas le ressentir dès le titre, Regimental Sgt. Zippo !

La totalité des morceaux est d'un niveau correct, agréable à l'écoute. Cependant on navigue pas mal entre le brouillon et l'évidence conjuguée à un talent indéniable. Les deux premiers titres au piano sont d'ailleurs caractéristiques de l'état des lieux, pour un constat comme pour l'autre. Le plus prometteur des deux est "When I Was Tealby Abbey", avec l'effet folk et charmeur typique du futur Sir Elton, les notes d'ivoire lumineuses tout comme les vocales, et l'aboutissement dans une bluette même mineure.

En tant qu'album non finalisé, les pistes alternent donc avec les moments en groupe, choeurs beatlesiens voire des arrangements un peu plus riches. "Sitting Doing Nothing" est sympa mais répétitif, portant bien son nom. "You'll Be Sorry to See Me Go" (unique chanson à ne pas figurer sur la Jewel Box, pour une raison inconnue) mêle piano blues avec rythmique de claps et tambourins pour un ton ensoleillé, festif (moins tubesque mais aussi moins forcé que "Crocodile Rock").

Le morceau-titre, pastiche évoquant un certain Sgt. Pepper's, fait penser aux 'early PINK FLOYD' également. Superbe intro planante avec choeurs et orgue nébuleux, puis Roger Pope joue un boléro en soutien à la wha-wha de Quaye et au piano. Le refrain est plus blues, rageur, musclé, les choeurs y sont aussi plus prononcés.

"Nina" aussi possède de beaux élans rock cosmiques même si c'est dans la lenteur, funèbre qui plus est, avec JOHN implorant d'une façon insoupçonnée ("Nina change you're mind, 'cause you're my woman now!"). Le piano, la basse et la batterie se complètent à merveille. Mais le clou de ce faux premier disque, son bijou caché demeure le dernier titre, "Watching the Planes Go By" avec Bernie Taupin qui rappelle que les voyages en avion étaient un privilège et qu'un enfant de la campagne anglaise profonde ne pouvait que rêver en les regardant passer. Un hymne eltonien avant l'heure et dans toute sa puissance groupée, très aérien avec voix grave au diapason, sublime !

"Turn to Me", plus sucré, a déjà lui tout aussi tout de la ballade classique du chanteur, et tubesque. On peut en dire moins des moments 'feu de camp' tel "Angel Tree", mais que de charmes encore une fois, jusqu'à "Hourglass", folk crépusculaire majestueux en picking. On trouve en plus sur "Tartan Coloured Lady" les orchestrations de l'hivernal et baroque Empty Sky avant l'heure, flûte et clavecin compris.

Oeuvres de jeunesse certes, pas transcendantes, mais j'y mets volontiers l'étoile supplémentaire retirée à l'autre sortie d'Elton JOHN cette année (The Lockdown Sessions, nonobstant ses propres qualités), ne serait-ce que pour l'envie d'y revenir régulièrement.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


JAMES BOND
Demain Ne Meurt Jamais (david Arnold) (1997)
Entre tradition et électronique




ZUCCHERO
Menta E Rosmarino (1997)
Chanson exceptionnelle


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. When I Was Tealby Abbey
2. And The Clock Goes Around
3. Sitting Doing Nothing
4. Turn To Me
5. Angel Tree
6. Regimental Sgt. Zippo
7. A Dandelion Dies In The Wind
8. You'll Be Sorry To See Me Go
9. Nina
10. Tartan Coloured Lady
11. Hourglass
12. Watching The Plains Go By



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod