Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Maxime Le Forestier , Georges Brassens

Francis CABREL - Les Murs De Poussière (1977)
Par GEGERS le 29 Novembre 2009          Consultée 5149 fois

A la fin des années 70, peu s'intéressent à la chanson française. Le punk, et surtout le disco, balayent tout sur leur passage, ne laissant aux autres genres qu'un faible espace d'expression. C'est pourtant dans ce contexte peu favorable qu'un certain Francis CABREL vient poindre le bout de sa moustache. C'est en remportant un concours organisé par Sud Radio que le jeune auteur/compositeur/interprète agenais de 24 ans se voit offrir un contrat par la maison de disques Columbia. 11 titres mis en boîte plus tard, voici que débarque le premier album de CABREL, Les Murs de Poussière.

Cet album, c'est pour beaucoup un seul et unique morceau : Petite Marie, écrit par Francis CABREL pour son épouse Mariette. Ce ne serait voir que le caillou qui cache la montagne. Certes, Petite Marie est un petit bijou universel et intemporel, une ballade comme on en compose une fois dans sa vie. Mais la version présente sur ce premier album est loin d'être la meilleure. Reniée par CABREL en personne qui, sous l'impulsion de sa maison de disques, avait tenté de camoufler son accent autant que possible, cette version est de très loin supplantée par n'importe quelle version live de cet extraordinaire morceau.

Et puis, Les Murs de Poussière, c'est aussi un magnifique morceau-titre haletant. L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs, nous dit un CABREL dont le talent de conteur et d'orateur est déjà digne des plus grands. Malgré des arrangements (cuivres et instruments à vent) imposés par Columbia plus qu'envahissants et rendant parfois inaudible le son des guitares, le folk « rural » du jeune homme s'impose déjà comme une référence.

Débutant par une complainte post-moderne, la magnifique Ma Ville, CABREL vient cueillir l'auditeur de sa voix chaude et rassurante. Ma Ville se veut pourtant froide et angoissante, décrivant le mal-être d'un citadin étranger dans sa ville. Pure invention humaine, la ville n'est pas un lieu de vie adapté pour l'Homme, semble constater le chanteur, dont l'attachement à ses racines agenaises ne font déjà aucun doute.

Majoritairement lents, les morceaux qui composent Les Murs de Poussière plantent en beauté l'univers varié d'un grand compositeur en devenir : Je Reviens Bientôt traite du départ et de la solitude, des sujets chers à l'artiste, sur une mélodie nostalgique au piano. Et puis apparaissent déjà ces portraits, tableaux de peintre, que dresse CABREL, se faisant le conteur des petites gens (Madeleine).

Ces quatre morceaux, variés et complémentaires, seront les seules réussites indéniables de ce premier album. Tentant déjà des incursions dans des univers blues/rock chers à son idole Bob DYLAN, CABREL se fait moins convaincant avec des titres comme Je M'étais Perdu ou Change de Docteur, prévisibles et quelque peu superflus. Manquant de conviction, le moustachu d'Astaffort fera bien mieux par la suite dans un style identique.

Restent ces titres plus ou moins inclassables, sans guitare et gonflés d'arrangements vains, qui affaiblissent cet opus : L'Instant d'Amour, bleuette formatée pour plaire à Columbia, se révèle totalement inutile, tout comme Imagine-Toi, chanson d'amour qui ne restera pas dans les annales...

Enfin, apparaissent déjà ces premières reprises et adaptations, autre marque de fabrique du chanteur. Un peu timide et tâtonnant, le chanteur propose sur ce premier album une adaptation de la comptine Colchique dans les Prés, clôturant l'album de façon fort sympathique.

Bridé par sa maison de disques, Francis CABREL propose avec Les Murs de Poussière un premier album très encourageant et sublimé par ce classique des classiques qu'est Petite Marie. Musicalement, le bonhomme prouvera néanmoins par la suite que les morceaux les plus inspirés ne font pas nécessairement les plus gros tubes.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Antje DUVEKOT
New Siberia (2012)
Folk blanc comme neige




LOCH LOMOND
Little Me Will Start A Storm (2010)
Et le septième jour, il se reposa...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Francis Cabrel (chant, guitare)
- + Divers Instrumentistes


1. Ma Ville
2. Petite Marie
3. Les Murs De Poussière
4. Je Reviens Bientôt
5. Imagine Toi
6. Je M'étais Perdu
7. Madeleine
8. L'instant D'amour
9. Change De Docteur
10. Ami
11. Automne (colchique Dans Les Prés)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod