Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO-PROG  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Script For A Jester's...
1985 Misplaced Childhood
1987 Clutching At Straws
1989 Season's End
1997 This Strange Engine
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road (ext...
2007 Somewhere Else
 

- Style : Pendragon, Iq, Ayreon
- Membre : The Wishing Tree , Gtr, Transatlantic, Steve Rothery
- Style + Membre : Fish, Steve Hogarth & R. Barbieri
 

 Site Officiel (1314)

MARILLION - Clutching At Straws (1987)
Par JOVIAL le 19 Août 2010          Consultée 5886 fois

Était-il possible pour MARILLION de réaliser un album qui pourrait succéder dignement à Misplaced Childhood ? Voire de le surpasser ? Parier sur le « oui » était une réponse osée, insensée même, tant le groupe anglais avait réussi à produire un disque magistral, une quasi-référence du rock progressif des années 80. C’était sans compter sur Clutching at Straws, cette énorme claque de l’année 1987. Ne cherchez pas, MARILLION tient là son œuvre ultime, la plus aboutie, et n’a fait ni ne fera jamais mieux. Chef-d’œuvre, sommet, apothéose, point barre. Album parfait ? On ne doit pas en être loin… Je cherche, je cherche, et non, pas un seul défaut à l’horizon.

À l’image de sa pochette, Clutching at Straws est d’une noirceur intense et ce, dès les premières notes de son triptyque d’entrée, « Hotel Hobbies/Warm Wet Circles/That Time of the Night ». MARILLION verse dans la mélancolie, sans pour autant basculer dans une musique lamentatrice, mais au contraire dans un style plus direct, jonglant entre élégance et puissance. Les claviers forment une véritable brume sombre et impénétrable, de laquelle seuls les arpèges clairs de Rothery, magnifiques au passage, et un chant à chaque instant mesuré par un Fish inspiré, parviennent à s'extirper. La symbiose basse/batterie est quasiment parfaite, efficace mais sachant également s’éclipser lorsque l’ambiance l’exige. MARILLION varie ses compositions, de la fragilité la plus émouvante (« Torch Song ») à la rage contenue (« That Time of the Night), en passant par la délicatesse affligée de « Sugar Mice » et « Going Under » ou la puissance classieuse de Slaìnte Mhath. Avec « Incommunicado » et « Just for the Record », le groupe redonne un peu d’entrain et de gaieté à son album, par ses deux morceaux enjoués et entraînants. « White Russian », d’une violence et d’une amertume inouïe, reste un peu en décalage mais serait pour moi la perle méconnue de cet album. Critique acerbe du bloc de l’Est et du néo-nazisme, guitares incisives et claviers désespérés ponctuent cette grandiose pièce, d’une tristesse prenante.

Steve Rothery est au 7ème ciel. Avec une maîtrise et un feeling fantastique, il transcende chaque morceau par des soli et des arpèges sublimes, tellement beaux que les larmes montent facilement aux yeux. En véritable adéquation avec Fish, il adapte ses humeurs à ses parties, contribuant à la construction de cette ambiance si touchante. Mark Kelly effectue ici ses derniers soli aux synthétiseurs, avec classe et technique, et embaume l’album de ses nappes de claviers, tandis que Fish nous noue la gorge par une prestation inoubliable. Pour « The Last Straw », MARILLION assure son final par un morceau grandiose, auquel participe en renfort la chanteuse Tessa Niles, dont la performance vocale est loin de passer inaperçue. Enfin, la production a été très soignée, et le groupe nous régale par un son d’une très grande qualité.

En conclusion, on aura compris quel est mon point de vue par rapport à Clutching at Straws. Disposant d’une cohérence incroyable, de textes inspirés et d’une musique intensément prenante, l’album ne mérite que des louanges. Oui, ma chronique s’étale en dithyrambes, mais que faire de plus en face de pareil album ? Difficile de croire qu’il a été écrit et enregistré alors que les tensions entre Fish et ses musiciens ne faisaient que croître. Bref, c’était donc le dernier album de MARILLION en compagnie de son chanteur écossais, qui nous laisse avec une œuvre magistrale et des larmes pleins les yeux. L’album n’a pas pris une ride. Intemporel !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


GENTLE GIANT
In A Glass House (1973)
L’apogée du groupe




QUIET SUN
Mainstream (1975)
La perle inconnue d'un certain Phil.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie/percussions)
- Tessa Niles (chant additionnel sur titres n° 2 et 10)
- Chris Kimsey (chant additionnel sur 'incommunicado')
- John Cavanagh (voix sur 'torch song')


1. Hotel Hobbies
2. Warm Wet Circle
3. That Time Of The Night (the Short Straw)
4. Going Under
5. Just For The Record
6. White Russian
7. Incommunicado
8. Torch Song
9. Slaìnte Mhath
10. Sugar Mice
11. The Last Straw/happy Ending



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod