Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen I
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
  Live At The Rainbow '74 ...
  Live At The Rainbow '74 ...
1975 A Night At The Opera
  A Night At The Odeon [20...
  A Night At The Odeon [20...
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1981 Greatest Hits
  Rock Montreal [2007]
  Rock Montreal [2007]
1982 Hot Space
  On Fire - Live At The Bo...
  On Fire - Live At The Bo...
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley '86 [199...
  Live At Wembley Stadium ...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Live Magic
1989 The Miracle
  At The Beeb
1991 Innuendo
  Greatest Hits Ii
1992 Classic Queen
  The Freddie Mercury Trib...
1995 Made In Heaven
1996 In Nuce
1997 Rocks
1999 Greatest Hits Iii
2002 Greatest Video Hits I
2011 Deep Cuts
  Days Of Our Lives
  Deep Cuts 2
  Deep Cuts 3
2014 Queen Forever
2016 On Air
  Freddie Mercury - A Kind...
2018 Bohemian Rhapsody
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses, Jellyfish
- Membre : Freddie Mercury , Brian May , Roger Taylor , Free, Tony Iommi , Bad Company
 

 Queenrock : Le Site Sur Queen (3999)

QUEEN - The Queen Symphony - Tolga Kashif & The Rpo (2002)
Par MR. AMEFORGEE le 2 Janvier 2005          Consultée 12493 fois

Depuis la mort de Freddie Mercury, rien ne nous a été épargné en matière de produits dérivés : de simples best-of (un ou deux intéressants, cinq ou six inutiles), des tributes à foison, des lives, une comédie musicale, de la pub pour une bouteille d’eau et même un jeu vidéo (d’une qualité discutable, d’ailleurs)! Il manquait évidemment « the » symphonie, de rigueur pour faire partie du club très cosy des « grands-groupes-qui-ont-marqué-l’histoire-du-rock-ouais ! »

Ici, c’est un dénommé Tolga Kashif qui s’y colle, dévoué serviteur de sa majesté la Reine, au C.V. plutôt conséquent (étude de composition et de direction d’orchestre au Royal College of Music ; a dirigé le London Philharmonic Orchestra, le St Petersburg Philharmonic, j’en passe et des meilleurs), vraisemblablement très bien introduit dans les hauts cercles du show-biz britannique. Et le bonhomme n’a pas fait les choses à moitié puisque, plutôt que de proposer de vulgaires adaptations orchestrales de titres queeniens, il a composé une véritable symphonie (sans blague) en puisant dans le répertoire de QUEEN les thèmes mélodiques qu’il mêle et regroupe suivant son inspiration, un peu comme le docteur Frankenstein fabriquant sa créature avec des bouts de différents cadavres. A première vue, cela mériterait qu’on s’y arrête. Précisons qu’il est à la tête du Royal Philharmonic Orchestra pour l’occasion.

Parfois reconnaissables, parfois utilisées de manière originale, les mélodies de QUEEN servent donc de fil conducteur et de trame ornementale aux morceaux. Commençant de manière majestueuse sur les premières notes lentement égrenées de "Radio Gaga" qui prennent une teinte solennelle surprenante pour l’occasion, puisque interprétées par la section des cuivres, puis par un piano contemplatif, le premier mouvement verse dans l’emphase, avec une structure à refrain, faisant appel aux chœurs, sur le thème du "Show Must Go On". Et en arrière-plan, les silhouettes de "I Was Born to Love You" et de "One Vision" se dessinent et se développent, venant étoffer la texture musicale et assurer la fluidité du morceau.
Le reste de la symphonie reste dans le même genre, jouant à différents degrés sur l’emphase, versant tantôt dans le lyrisme, tantôt dans l’épique, à grand coup de chœur, d'instruments à vent houleux ou de violons lacrymaux (avec le thème de "Who Wants to Live Forever", cela va sans dire). Et parfois, cela déborde un peu trop de pathos bon marché. Dans le deuxième mouvement, on apprécie la mélodie clairement identifiable de "Love of My Life", dans le cinquième, quelques réminiscences de "Bohemian Rhapsody". Toujours dans le cinquième mouvement, on salue aussi le choix original de transposer la célèbre ligne rythmique de "We Will Rock You" en puissant souffle cuivré, soutenu par un chœur barbare.
Pour un peu qu’on se prenne au jeu (et muni des connaissances queeniennes adéquates, évidemment), essayer de deviner à quel morceau appartient telle ligne mélodique devient amusant (ça va faire un malheur dans les soirées de Madame l’ambassadeur).
Outre les morceaux précédemment cités, on reconnaît les thèmes de "Another One Bites the Dust", "Killer Queen", "Save Me", "Bicycle Race" et "We Are the Champion".

Evidemment, cette symphonie défie les lois de la musique classique et risque de provoquer, d’une part, l’indifférence des amateurs de vraie musique classique et, d’autre part, de s’attirer les foudres des fanatiques du groupe, pour cette prestation parfois endimanchée et grandiloquente. En effet, c’est fichtrement grandiloquent et limite racoleur, à vrai dire (car jouant un peu trop sur la corde sensible de l’auditeur). Et finalement, pour un résultat assez propret.
On pourrait dire, si vous me permettez cette expression fort « shoking », my dear, que Tolga Kashif a le « cul entre deux chaises », partagé entre l’exigence de créer une pièce de musique qui ait les accents vénérables du classique et le caractère profondément fantasque, disons-le clairement, baroque, du groupe originel. La Reine, qui avait l’habitude de se promener en cuir, drapée d’une seule cape d’hermine pour cacher son torse poilu et ses faux nichons en plastique, se retrouve coincée dans un costume trois pièces amidonné et rigide. Vous imaginez le décalage et c’est cela qui crée une sorte de malaise à l’écoute de la symphonie.
Malgré de bonnes idées qui finissent par s’apprécier au fil de nombreuses écoutes, je trouve que ça manque un peu de folie et d’élan. Comme si on vous présentait le corps d’un mort, parfaitement embaumé, vêtu de ses atours les plus chatoyants, mais pétrifié dans une posture hiératique qu’il n’avait pas de son vivant.
Dans le même genre par exemple, je préfère bien davantage le Symphonic Led Zeppelin, qui n’avait pas peur d’introduire des sonorités inhabituelles, en plus des arrangements purement symphoniques (ajouts d'instruments orientaux ou celtiques, par exemple). Ici, c’est un peu trop convenu à mon goût.

Bref, cette symphonie se laisse écouter sans déplaisir, mais ne suscite pas non plus des flots d’enthousiasme. Si vous aimez QUEEN, préférez peut-être plutôt les albums et pourquoi pas Barcelona, l’album de Freddie Mercury avec Montserrat Caballé. Si vous aimez le symphonique, essayez plutôt du MAHLER, du DVORAK, du BERLIOZ, du BEETHOVEN, que dis-je ? Du LISZT, du SIBELIUS, du MOZART, du METALLICA (la liste est incroyablement longue, à croire qu'elle s'étend sur des siècles), etc. Je sais, ce sont de vieux ringards, mais ils ont encore de beaux restes, je vous assure;

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MR. AMEFORGEE :


Jan KACZMAREK
Finding Neverland (2004)
Meilleur que le film, une b.o. exemplaire




Howard SHORE
The Lord Of The Rings: The Fellowship Of The Ring (2001)
Un disque pour les gouverner tous

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Tolga Kashif (chef d'orchestre)
- Royal Philarmonic Orchestra
- London Voices
- London Oratory School Schola
- John Lenehan (piano)
- Nicola Loud (violon)
- François Rive (violoncelle)


1. 1 Movement
2. 2 Movement
3. 3 Movement
4. 4 Movement
5. 5 Movement
6. 6 Movement



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod