Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen I
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
  Live At The Rainbow '74 ...
  Live At The Rainbow '74 ...
1975 A Night At The Opera
  A Night At The Odeon [20...
  A Night At The Odeon [20...
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1981 Greatest Hits
  Rock Montreal [2007]
  Rock Montreal [2007]
1982 We Will Rock You
  On Fire - Live At The Bo...
  On Fire - Live At The Bo...
  Hot Space
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley '86 [199...
  Live At Wembley Stadium ...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Live Magic
1989 The Miracle
  At The Beeb
1991 Innuendo
  Greatest Hits Ii
1992 Classic Queen
  The Freddie Mercury Trib...
1995 Made In Heaven
1996 In Nuce
1997 Rocks
2014 Queen Forever
2016 On Air
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses
- Membre : Freddie Mercury , Brian May , Roger Taylor , Free, Tony Iommi , Bad Company
 

 Queenrock : Le Site Sur Queen (2495)

QUEEN - A Night At The Opera (1975)
Par MR. AMEFORGEE le 17 Janvier 2005          Consultée 20911 fois

Une Nuit à l’Opéra, quatrième tête couronnée de la lignée queenienne, née le 21 novembre 1975 par une soirée d’orage dont le monde se souvient. Les astres étaient parfaitement alignés au dessus du berceau et la petite Nuit à l’Opéra hurlait ses premiers accords que déjà les pâtres du rock accouraient des quatre coins de l’horizon pour célébrer l’arrivée de la divine enfant. Et dans toutes les chaumières, on se le murmurait : une grande Reine était née et son règne ressusciterait le grain de folie qui a depuis longtemps quitté cette morne terre.

Mais poursuivons sans plus de flagornerie notre chronique royale, tel un Stéphane Bern des bacs à sable (bien que dépourvu de la chevelure en choucroute et du sourire niais adéquat) : A Night at the Opera est un coup de maître qui confirme, à bien des égards, les promesses qu’esquissaient les albums précédents. Aussi, l’album mérite éloges et louanges (ou vice versa). Le groupe y propose une sorte de synthèse flamboyante de ses précédents opus, mélange d’extravagance, de variété des genres et d’un sens de la mélodie imparable, portés par un usage judicieux des différents instruments, piano, guitare électrique ou acoustique, chant et chœur, ou basse et batterie sans faiblesse, en y ajoutant le poids d’une expérience grandissante et d’une inspiration débordante : le résultat donne donc un sacré feu d’artifice.

J’ai un peu peur de faire injure à mes lecteurs si je me mets à décrire l’album par le menu, mais accordons-nous au moins, pour le plaisir, la possibilité d’en effleurer, une énième fois, les formes séduisantes.
Ici, Queen montre que son talent dépasse largement les contrées du hard rock qu’il survole depuis ses débuts, puisque les parties véritablement hard sont assez peu nombreuses, en définitive : on notera malgré tout le morceau d’ouverture, le jubilatoirement incisif "Death on Two Legs", règlement de compte en forme de brûlot à l’adresse du manager de leur précédente maison de disque. Où l’on appréciera le ton impitoyable de Freddie Mercury, qui continue de progresser (« now you can kiss my ass, goodbye ! »). On peut évoquer aussi "I’m In Love With My Car", qui est sans doute l’une des meilleures chansons interprétées par Roger Taylor, bien que celui-ci ait une approche très premier degré dans sa manière de chanter, pour un morceau qui est doucement ironique. Ensuite, on trouve également "Sweet Lady", affublé de riffs puissants, mais plus anecdotique comparé au reste des titres (même si les paroles restent tout à fait dans le ton délicieusement décadent de l’album), et c’est tout. Enfin non : il y aussi le léviathanesque "Prophet’s Song" (8 minutes 20 !), qui parvient à entremêler sens de l’épique, dans son versant hard rock, et sens du déjanté avec son inénarrable passage d’échos de voix reprises en canon, qui occupe toute la seconde partie du morceau (« listen to the mad Mad mad Mad maAaan… »).

Mais la nuit à l’opéra, c’est aussi une ambiance de cabaret d’une Belle Epoque fantasmée, glamour à souhait, faîte de strass, de sexe et de paillettes comme nous le prouve l’exquis interlude "Lazing On a Sunday Afternoon" ou le fantasque et fantastique "Seaside Rendezvous", charmante promenade le long de la côte huppée de la Méditerranée. A côté de ça, Brian May réussit également son tour de chant avec un excellent ’39, tendre acoustique au rythme country, ainsi qu’un Bad "Company", moins éclatant mais sympathique avant le final. D’ailleurs, j’avoue ma préférence au guitariste, entre le chant de May et de Taylor, mais ce n’est qu’une affaire de goût.
Au rayon des ballades, on trouve le pop "You’re My Best Friend", qui a terriblement vieilli et qui n’accroche plus des masses, mais aussi le pure bijou acoustique "Love of My Life", chanté avec brio par Freddie et soutenu à la harpe par Brian May. En live, ce morceau est toujours l’un des temps forts du concert, car repris en chœur unanimement par le public.
Par contre, l’album se termine sur un morceau assez anecdotique, intitulé me semble-t-il "Bohemian Rhapsody". Difficile de faire plus plat et dépourvu d’originalité pour clore un album placé sous le signe de l’extravagance. Je me demande toujours comment on peut faire un morceau aussi linéaire : les paroles sont d’une désarmante simplicité, la voix de Freddie monocorde et je ne parle pas de l’instrumentation, complètement dépourvue de trouvailles. L’un des pires titres de la discographie du groupe. A juste titre, ce morceau n’a pas marqué les esprits et a fini dans les limbes de l‘oubli dès la sortie de l’album. Dommage ! Et là, j’arrive à court d’(anti)phrases pour exprimer mon sentiment. Mais à part ça, l’album est excellent.
Enfin, A Night at the Opera se conclue sur l’hymne britannique interprété à la guitare. Un peu moins insolent que le "Star Spangled Banner" de Jimmy Hendrix certes, mais ô combien pertinent pour un groupe qui mérite bien une petite bénédiction divine.

Alors voilà, on peut affubler cet album d’un nombre incroyable de noms d’oiseaux tous plus exotiques les uns que les autres : baroque’n’roll, rétro, hard rococo, kitsch (mais dépourvu du sens péjoratif afférent au terme !), inventif, décalé, glamour, théâtral, tout ce que vous voulez, mais une chose est sûre : c’est que, presque trente ans après sa parution, ce choix de l’extravagance l’a plutôt bien conservé et A Night At The Opera demeure l’une des pierres angulaires de la discographie du groupe. Le grand règne queenien commençait alors et allait s’étendre sur plus d’une décennie (malgré un début des 80’s un peu difficile).
God save the Queen comme on dit !

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


QUEEN
A Day At The Races (1976)
Le digne successeur de "a night at the opera"




The POGUES
If I Should Fall From Grace With God (1988)
Le meilleur du punk-folk irlandais?


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Freddie Mercury (chant, piano)
- Brian May (guitares, chant, harpe, toy ko)
- John Deacon (basse, piano)
- Roger Taylor (batterie, chant)


1. Death On Two Legs
2. Lazing On A Sunday Afternoon
3. I'm In Love With My Car
4. You're My Best Friend
5. '39
6. Sweet Lady
7. Seaside Rendezvous
8. The Prophet's Song
9. Love Of My Life
10. Good Company
11. Bohemian Rhapsody
12. God Save The Queen



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod