Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night
- Membre : Alan Simon , Richard Thompson
- Style + Membre : Steeleye Span, Jethro Tull

FAIRPORT CONVENTION - What We Did On Our Holidays (1969)
Par MARCO STIVELL le 19 Mai 2012          Consultée 1671 fois

What We Did on Our Holidays est la passerelle idéale entre la première mouture de FAIRPORT CONVENTION et celui des grands succès. Le "debut album" n'a, comme souvent avec des groupes de cette envergure, pas vraiment fonctionné commercialement parlant et le groupe quitte déjà Polydor pour aller chez Island Records. Ce n'est toutefois pas ce qui détermine la valeur d'un tel changement de musique.

L'élément principal de cette réussite est le remplacement de la déjà très habile Judy Dyble par Sandy Denny. C'est une chanteuse dont la révélation s'est faite aux côtés des Strawbs, mais dont tout le talent s'exprimera vraiment avec FAIRPORT CONVENTION, qui gagnera lui-même beaucoup autant grâce à sa voix (forte et charismatique, n'ayant rien à envier à Grace Slick) qu'à son songwriting, ou son talent d'arrangeuse.

Le groupe va délaisser progressivement le rock psychédélique de ses débuts, devenu conventionnel en cette toute fin d'année soixante, et se concentrer de plus en plus sur un rapprochement avec le folk britannique, "électrifié" bien entendu. A cette époque, c'était parfaitement novateur, les vagues folk anglaise ou française n'étaient pas encore installées, dans ce genre on ne comptait presque que sur le protest-song américain de Bob Dylan et Joan Baez, avec en dérivé les inclinations psychédéliques de Grateful Dead et Jefferson Airplane. Certes, il y aura des hootenanies, grands rassemblements de musique folk traditionnelle durant cette fin d'années 60, mais nous n'en sommes pas encore aux grandes vagues d'à partir de 1970. FAIRPORT CONVENTION est ainsi l'un des pionniers de ce mouvement ayant eu la riche idée de faire fusionner folk et rock.

Pour l'heure, et comme il l'a été dit plus haut, nous en sommes encore à la passerelle, et par exemple un morceau comme "Mr Lacey", typiquement blues-rock, aurait pu trouver place sur le premier album. On se délecte à nouveau de ces harmonies vocales homme-femme et de ces superbes soli de guitare électrique, au milieu de séquences de bruitages. Toujours en relation avec le premier album, on note encore deux reprises respectivement de Bob Dylan et Joni Mitchell. De cette dernière, "Eastern Rain" conserve la moëlle psyché grâce à la batterie tribale de Martin Lamble et aux divers dulcimers et autoharpes de Simon Nicol. Le chant y est d'une grande finesse, tout comme sur le "I'll Keep It With Mine" de Dylan dans un ton plus bucolique.
Plus loin, "Meet on the Ledge" affirme cette volonté d'électrifier les chansons folk, bien que l'on ne parle là encore que des originales. C'est un genre de tube épique doté de choeurs masculins. Ecrit par Richard Thompson, ce bijou deviendra le passage obligé pour chaque fin de concert du groupe, un must donc ! "The Lord Is in This Place" la rejoint dans cette fonction avec plus de "hmmm" et de guitare slide. "Book Song" utilise un magnifique violoncelle au milieu des guitares. Plus festif, "No Man's Land" voit Richard Thompson officier à l'accordéon, pour une ambiance de fête hallucinée, claps à l'appui. Iain Matthews (pseudonyme de Ian MacDonald) y délivre encore une belle prestation.

La seconde face choisit plus volontairement de mettre l'accent sur le folksong auquel s'ajoutent les guitares électriques. "Tale in Hard Time" par exemple met en avant le chant de Iain Matthews avec encore de sublimes harmonies. Mais cette partie de l'album tient surtout à installer le talent de Sandy Denny comme celui d'une diva folk. Après nous avoir régalé de son "Fotheringay" champêtre, la jeune femme se présente comme la principale responsable de cette décision d'adapter des chansons traditionnelles. Si "Nottamun Town" la mêle encore à son complice masculin pour des harmonies vocales simultanées sur fond de guitare acoustiques, tablas et violon, "She Moves Through the Fair" est définitivement le titre qui révèle toute sa splendeur. Cette chanson irlandaise en mode mixolydien sera reprise maintes fois par des artistes plus fidèlement celtiques, et si j'avoue conserver une préférence pour la version d'Alan Stivell en 1973, celle de FAIRPORT CONVENTION est la première à posséder ses lettres de noblesse, grâce en particulier à Sandy Denny. Rarement voix féminine, percussions et arpèges de guitares n'auront formé une telle unité auparavant dans la musique populaire britannique. Et ce bijou d'album se termine tout en nostalgie automnale grâce à une petite pièce de guitare acoustique fort charmante de Simon Nicol.

Neal Casal des Cardinals cite souvent What We Did on Our Holidays comme l'un de ses albums favoris de tous les temps, et il ne doit sans doute pas être le seul. Ce disque ouvre dignement la période âge d'or de FAIRPORT CONVENTION.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


STEELEYE SPAN
Commoners Crown (1975)
Folk-rock britannique toujours au sommet




Marissa NADLER
July (2014)
Folk noir et onirique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Sandy Denny (chant, guitares acoustiques, piano, orgue, claveci)
- Iain Matthews (chant, congas)
- Richard Thompson (guitares, accordéon, choeurs)
- Simon Nicol (guitares, autoharpe électrique, dulcimer électriqu)
- Ashley Hutchings (basse, choeurs)
- Martin Lamble (batterie, percussions, violon, tabla, pas)
- + Claire Lowther (violoncelle)
- Kingsley Abbott (pièces, choeurs)
- Paul Ghosh, Andrew Horvitch, Marc Elling (choeurs)


1. Fotheringay
2. Mr. Lacey
3. Book Song
4. The Lord Is In This Place
5. No Man's Land
6. I'll Keep It With Mine
7. Eastern Rain
8. Nottamun Town
9. Tale In Hard Time
10. She Moves Through The Fair
11. Meet On The Ledge
12. End Of A Holiday



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod