Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pentangle, Malicorne, Rosemary Standley , Blackmore's Night
- Membre : Alan Simon , Richard Thompson
- Style + Membre : Steeleye Span, Jethro Tull

FAIRPORT CONVENTION - Liege & Lief (1969)
Par MARCO STIVELL le 11 Juillet 2012          Consultée 1977 fois

On dit souvent que chaque groupe à longue discographie possède son (à défaut de "ses") cheval de Troie, non pas le virus informatique mais au contraire le plus beau mythe, la figure de proue que l'on va retenir de son histoire. Pour FAIRPORT CONVENTION, de l'avis général, on parle de Liege & Lief.

Sorti en décembre 1969 au Royaume-Uni sous un signe passéiste (en ancien anglais, "liege" signifie "loyal", et "lief" : "prêt"), ce disque se situe à la croisée des chemins pour le désormais célèbre groupe de folk-rock britannique, pionnier du genre. Du côté des effectifs, Dave Swarbrick, joueur de fiddle -violon irlandais- invité sur Unhalfbricking devient membre permanent. Le regretté Martin Lamble est remplacé par Dave Mattacks, batteur qui avait officié jusqu'alors dans diverses formations de jazz et qui recherchait justement "une nouvelle manière de jouer". Nous allons voir combien ce tandem de plus ou moins nouveaux venus allait participer à la grandeur de ce nouveau son, le plus apprécié par les fans.

Exit les reprises de Bob Dylan et d'autres, Liege & Lief est pour sa plume un album pur-sang, 100 % britannique. Deux tiers de son ensemble reposent sur des arrangements de chansons traditionnelles, et le reste sur des compositions. Sandy Denny et Ashley Hutchings écrivent le flamboyant "Come all Ye", idéalement placé en ouverture, introduit par la 12 cordes de Simon Nicol, partagé entre riffs bluesy et éléments tout aussi organiques mais plus britanniques tels que la mélodie et ce violon survolté. On doit ensuite à Richard Thompson la quasi-totalité de ce qui reste du matériel original, Swarbrick l'ayant un peu aidé pour "Crazy Man Michael". C'est néanmoins le guitariste qui brille le plus sur cette ballade en rythmique ternaire (1-2-3, 1-2-3...) avec un superbe solo au son comme en utilisera parfois David Gilmour, ainsi que sur la magnifique "Farewell, Farewell" où l'instrument sonne littéralement comme une harpe celtique ! N'oublions bien sûr pas Sandy Denny qui les interprète à la perfection, avec son naturel habituel, tout comme les reprises de traditionnels.

Celles-ci se taillent donc la part du lion dans l'ensemble et les textes puisent dans des faits plus ou moins réels, quand ce ne sont pas entièrement des légendes. "Reynardine" est l'histoire d'un loup-garou qui attire les femmes et les retient prisonnières dans son château. La musique est dans la lignée de celle du début de "A Sailor's Tale" avec cymbales et guitares/violon bouillonnants, en encore plus beau, intense... "Matty Groves" raconte une adultère qui se termine de manière sanglante. Basée sur une répétition au début, la musique évolue en un saoureux reel, soit l'une des danses les plus rapides d'Europe du Nord. "The Deserter" a lui aussi son déluge de violon et guitares, de gros accords rougeoyants survolés par le lyrisme de Denny. "Tam Lin" enfin et accessoirement le morceau le plus long du disque (sept minutes vingt), va chercher son origine aux frontières de l'Ecosse, c'est le sauvetage du personnage du même nom par la Reine des Fées parsemé de métamorphoses. On aurait bien tort d'ignorer le medley concocté par Swarbrick, et dont tous les morceaux viennent du folklore irlandais. Parti de la jig "The Lark in the Morning" en variation bluesy, "Rakish Paddy" nous rappelle tout le savoir-faire des Chieftains avec un son bien différent (seul le violon fait le lien et la guitare remplace la cornemuse), Swarbrick fait des vagues sur la "Foxhunters' Jig" et "Toss the Feathers" termine le tout en reel endiablé. Cela semble court, mais en quatre petites minutes, FAIRPORT CONVENTION nous livre une partie de la quintessence de sa musique, quand Denny n'est pas là.

En fait, c'est le cas de tout Liege & Lief, on ne vous aura pas menti. Ce disque contient réellement tout le savoir-faire du groupe, tant dans l'arrangement de traditionnels que dans la composition, et notamment pour cette dernière grâce au songwriting de Richard Thompson qui apporte le son de la nouvelle chanson folk britannique. Dans un cas comme dans l'autre, on retrouve les mêmes aspects : des textes étoffés, un son chaud, une voix pleine d'expression (d'où l'art de s'approprier des chefs-d'oeuvre comme "Tam Lin" ou "Reynardine"), un violon jouissif couplé à une rythmique basse-batterie exemplaire de simplicité et de finesse (réécoutez la "Foxhunters' Jig", rien que pour l'exemple), tout comme les guitares qui, même si Thompson reste le plus mis en valeur du côté des soli, révèlent un fabuleux travail où règne la dualité entre parties lead et instincts bucoliques, quand il n'y a pas carrément une portée mythique. Tout cela fait la cohésion et la réussite de ce folk-rock grandiose -et mine de rien, novateur-, les fans ayant été jusqu'à prendre l'ensemble pour un concept-album, une idée renforcée grâce à l'artwork réalisé par Ashley Hutchings. L'album sera souvent considéré comme le plus grand album folk de tous les temps. Et bien sûr, tous les morceaux ont l'allure de classiques, seront repris maintes fois par la suite...

Hélas quelque part, Liege & Lief, plus grand succès de FAIRPORT CONVENTION tant critique que commercial, signe son arrêt sous cette forme. Pendant cette période âge d'or, le groupe n'a jamais eu de formation elle-même totalement classique, en raison de divers changements et évènements tragiques. Et à la suite de la parution de l'album, pour des divergences concernant son avenir musical, Sandy Denny s'en ira (elle formera son propre groupe, Fotheringay), de même que Ashley Hutchings. Très attaché à l'aspect traditionnel des compositions, le bassiste deviendra le pionnier rêvé de cette musique car, après avoir fondé FAIRPORT CONVENTION, il sera à l'origine de Steeleye Span, le groupe rival, et un peu plus tard de l'Albion Band.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Gabriel YACOUB
Trad. Arr. (1978)
Excellent premier album solo




ZERO SHE FLIES
The River (2015)
Le Mississippi version folk féérique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Sandy Denny (chant)
- Dave Swarbrick (fiddle, alto)
- Richard Thompson (guitares, choeurs)
- Simon Nicol (guitares, choeurs)
- Ashley Hutchings (basse, choeurs)
- Dave Mattacks (batterie, percussions)


1. Come All Ye
2. Reynardine
3. Matty Groves
4. Farewell, Farewell
5. The Deserter
6. Medley
7. Tam Lin
8. Crazy Man Michael



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod