Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ÉLECTRONIQUE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1969 2 Monster Movie
1971 3 Tago Mago
1972 1 Ege Bamyasi
1973 2 Future Days
1974 1 Soon Over Babaluma
1975 1 Landed
1976 1 Flow Motion
1977 1 Saw Delight
1978 Out Of Reach
1979 Can
1989 Rite Time

B.O FILMS/SERIES

1970 2 Soundtracks

ALBUMS LIVE

1995 The Peel Sessions
1999 Music Live (1971/1977)
2021 Live In Brighton 1975

COMPILATIONS

1976 Unlimited Edition
1978 Cannibalism
1981 Delay 1968
1992 Cannibalism 2
1994 Cannibalism III
2012 The Lost Tapes
2017 The Singles

ALBUMS TRIBUTE

1997 Sacrilege
 

- Style : Heldon
- Membre : Traffic
 

 Spoon Can (2923)

CAN - Sacrilege (1997)
Par WALTERSMOKE le 12 Mars 2015          Consultée 2328 fois

Comment prouver que CAN est un groupe culte ? La réponse de facilité, bien que non impertinente, serait de dire 'Suffit d'écouter Tago Mago ou Monster Movie' et autres banalités. C'est vrai que ces albums sont excellents, mais ils ne suffisent pas à justifier un statut de groupe culte. En revanche, pour peu qu'on se penche sur l'apport de CAN à la musique et à ses pairs, il y a moyen de trouver un solide argument. Rien que le post-punk lui doive énormément, ainsi que le rock alternatif et certains pans de la scène noise – n'oublions pas non plus l'apport dans la world music. Ce qui, ajouté à des albums objectivement remarquables et subjectivement bons fait bien de CAN un groupe culte.

Ce qui peut appuyer encore plus l'aspect culte de CAN, c'est la propension de ses enfants indirects à lui rendre hommage. Bien des formations ont repris des morceaux du combo de Cologne ou glissé des références dans leurs propres oeuvres, et pas que des génies underground (RADIOHEAD, The FLAMING LIPS...). En 1997, l'hommage va plus loin avec un album entier où de nombreux noms de la scène électro de l'époque ainsi que quelques vieux de la vieille viennent remixer des extraits du répertoire de CAN. Leurs travaux sont rassemblés au sein de la compilation Sacrilege, au nom pertinent s'il en est.

Sacrilege est un album qui voit les choses en grand. Déjà, il s'étend sur deux CD pour près de deux heures de musique, piochant dans toutes les périodes de CAN ou presque. Ensuite, c'est l'heure du name dropping : si certains noms de la scène électro de 1997 ne diront peut-être pas grand-chose (Sunroof, Air Liquide), d'autres en revanche parleront plus. Brian ENO remixe ainsi "Pnoom" (hein ?), tandis que l'ex-leader des BUZZCOCKS, Peter Shelley, s'occupe de "Father Cannot Yell". Le clou du spectacle, cependant, semble être SONIC YOUTH qui reprendrait "Spoon". Pour un amateur de krautrock et de noise, il y a là de quoi sauter au plafond de joie.

Las. Les trois morceaux ne s'anvèrent pas être les bêtes promises : "Pnoom" est juste allongé, tandis que "Father Cannot Yell" est un honnête remix sans plus. Mais le plus décevant, c'est "Spoon" : à part une intro et un final plus ou moins identiques, SONIC YOUTH reprend note pour note et en partie le morceau culte de CAN. Pour le monstre de furie sonore, il faudra repasser.
Les plus grosses pointures, donc, déçoivent. Et les autres, alors ? C'est déjà franchement mieux sur certains morceaux. "Unfinished" revu et corrigé par trois D.J's, devient un morceau trance plutôt honnête, et les deux remixes de "Oh Yeah" méritent chacun qu'on s'y attarde. Mais le clou de Sacrilege, LE morceau qui sauverait tout l'album quand bien même ce dernier serait complètement mauvais (ce qui n'est pas le cas), c'est le remix de "… And More". Transformer l'interlude sympathique du médiocre Flow Motion en bombe techno addictive, voilà un pari qu'a réussi haut-la-main Westbam qui mérite son lot d'applaudissements.

D'autres morceaux, en plus de ceux cités plus haut, tirent tout de même Sacrilege vers le bas, comme cette version tout bonnement inutile de "TV Spot", ou bien "Vitamin C" qui ne marquera pas les esprits ni n'égalera l'original.
Dans l'ensemble, Sacrilege reste un hommage maladroit mais appréciable envers cette formation culte qu'est CAN. Il n'est clairement pas destiné au large public, mais saura intéresser les fans du groupe qui, au vu des meilleurs morceaux, seront susceptibles d'en réclamer plus... et plus... et plus...

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ÉLECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Electronica 1: The Time Machine (2015)
Ça, c'est du comeback




Jean-michel JARRE
Les Concerts En Chine (1981)
Jarre en chine : Historique


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Pnoom (moon Up Mix)
2. Spoon (sonic Youth Mix)
3. Blue Bag (toroid Mix)
4. Tango Whiskeyman (a Guy Called Gerald Mix)
5. Tv Spot (bruce Gilbert Mix)
6. Vitamin C (unkle Mix)
7. Halleluhwah (halleluwa Orbus 2)
8. Oh Yeah (sunroof Mix)

1. Unfinished (hiller/kaiser/leda Mix)
2. Future Days (blade Runner Mix)
3. ... And More (westbam Mix)
4. Father Cannot Yell (pete Shelley Mix)
5. Dizzy Spoon (system 7 Mix)
6. Yoo Doo Right (3p Mix)
7. Flow Motion (air Liquid Mix)
8. Oh Yeah (secret Knowledge Mix)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod