Recherche avancée       Liste groupes



      
WORLD MUSIC  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Spoon Can (1023)

CAN - Out Of Reach (1978)
Par WALTERSMOKE le 2 Janvier 2015          Consultée 1021 fois

Difficile de parler de Out of Reach, le 9e album studio de CAN. Ou plutôt, difficile d'en parler en bien. Ce disque fait en effet l'objet d'un rejet massif, aussi bien par le public que par le groupe lui-même. Ce dernier a d'ailleurs renié Out of Reach, et n'aura attendu que le début du XXIe siècle pour le réhabiliter. Après tout, il ne faut jamais rejeter ses enfants, aussi informes soient-ils.

À la sortie de Out of Reach, CAN se trouve dans une situation délicate. En effet, les belles années du groupe sont déjà loin derrière, et la qualité de la musique du groupe va descrescendo. Saw Delight, qui a apporté du sang neuf, a néanmoins prouvé que Can pouvait encore sortir de solides compositions. Rosko Gee et Rebop Kwaku Baah ont pu redynamiter l'ensemble. Il fallait ensuite confirmer avec l'album suivant, chose rendue plus compliquée avec le départ du bassiste Holger Czukay, dont le rôle s'est réduit à des effets sonores – mais il était déjà bien distant sur Saw Delight.

Dans une période qui tue à petit feu les formations prog/krautrock pas assez innovantes ou trop paresseuses, CAN débarque donc avec un Out of Reach sous le bras. Et autant dire que ceux qui croyaient encore en la capacité du combo afro-allemand en auront été pour leurs frais. Out of Reach est terriblement mauvais, et n'a pas grand-chose pour le sauver. Les joies du métissage sonore ont laissé place à une musique plate et sans saveur, comme un poulet au curry, mais sans le curry.

Les raisons de l'échec artistique de Out of Reach ne sont pas bien difficiles à trouver. D'une part, les morceaux avec chant, interprétés par Gee, sonnent de manière générique et attendue, comme n'importe quelle chanson vaguement ethno-jazzy-rock. Étonnant et surtout décevant de la part d'un groupe qui avait fait largement mieux dans la même veine de par le passé. Côté instrumentaux, CAN ne s'en sort guère mieux : "November" montre certes un Michael Karoli qui fait montre une nouvelle fois de son talent guitaristique, et Rebop Kwaku Baah se fait plaisir aux percussions. Et c'est tout ce qu'on pourrait dire de ce morceau, dont la première version, plus réussie, se retrouvera sur les Peel Sessions ("Mighty Girl"). "Seven Days Awake" est de loin le morceau le plus intéressant, de par son jeu de percussions anxiogène et une guitare folle – à moins que ce soit un synthé d'Irmin Schmidt, difficile à dire. Mais il n'est pas pour autant excellent, et n'est pas exactement la perle oubliée dans le sable.

On comprend pourquoi CAN a tant tardé à reconnaître Out of Reach. De plus, de par sa date de sortie, l'album participe activement à faire de 1978 la fameuse « annus horribilis ». On aurait préféré que le groupe s'arrête à Saw Delight, scellant ainsi une discographie presque exemplaire bien que présentant des faiblesses sur la fin (Flow Motion). Hélas, CAN aura continué sa route, en versant dans l'indigence/l'ennui (rayez la mention inutile). Et ce n'est pas fini, il reste encore un album avant la fin.

A lire aussi en WORLD MUSIC par WALTERSMOKE :


DISSIDENTEN
Sahara Elektrik (1984)
On fout le dawa dans ton souk, mon frère !




EMBRYO
Embryo's Reise (1979)
Le coup de pied au cul qu'il fallait


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Michael Karoli (guitare, violon sur 5)
- Rosko Gee (basse, chant sur 2 et 5, piano sur 5)
- Jaki Liebezeit (batterie, percussions)
- Irmin Schmidt (claviers)
- Rebop Kwaku Baah (percussions, voix sur 6)


1. Serpentine
2. Pauper's Daughter And I
3. November
4. Seven Days Awake
5. Give Me No Roses
6. Like Inobe God
7. One More Day



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod