Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK/WORLD  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Spoon Can (1023)

CAN - Can (1979)
Par WALTERSMOKE le 4 Janvier 2015          Consultée 862 fois

CAN, en 1979, est un groupe rincé. Malgré ce sursaut d'orgueil artistique qu'était Saw Delight (1977), la formation de Cologne s'est magistralement vautrée l'année suivante avec Out of Reach. Aucune inspiration, des morceaux qui ennuient... bref, le cahier de doléances est relativement bien épais. Mais CAN continue son chemin malgré tout, et sort son dixième album studio, auquel il ne donne pas de nom – sans doute pour marquer le coup.

Pour ceux qui espéraient un retour en force après la farce, ils ne pourront que repartir malheureux après l'écoute de l'album Can. Car la bande d'Allemands et d'Afros (n'oublions pas Rosko Gee et Rebop Kwaku Baah) ne sort pas de nouvelles bonnes compositions, mais continue à oeuvrer dans le médiocre. Cependant, une légère amélioration est à constater. Ou plutôt, CAN s'est remis à concevoir des morceaux pas trop mauvais, juste assez bons pour être écoutés sans déplaisir. On pourra ainsi se surprendre à apprécier le coeur de l'album ("Aspectacle" et "Sodom"), qui renoue avec des expérimentations sonores intéressantes, à défaut d'être réussies. En particulier, le jazz-rock de "Sunday Jam", bien que touristique, n'est pas horripilant, et s'affirme comme un moment fort de la seconde partie de carrière de CAN, rien que ça.

Le reste n'est pas réjouissant. Ainsi, le morceau nommé "E.F.S. No 99 : Can-Can" sera trompeur aux oreilles du connaisseur : au lieu d'une étude ethno-musicale comme on en trouvait sur Unlimited Edition et Flow Motion, non seulement il n'y a aucune intégration exotique, mais en plus CAN se permet de reprendre l'un des thèmes les plus ridicules de la musique moderne. C'est en effet l'extrait le plus célèbre de la pièce Orphée aux enfers d'Offenbach, autrement connu comme la fameuse dance du french can-can (ou le générique de Tex Avery, selon vos références). Certes, cela fait une référence/jeu de mots très bien trouvé, mais à part ça, rien de pertinent ou de positivement remarquable n'est à noter.

La triste décrépitude de CAN dure depuis 1976, et n'est pas prête de s'arrêter. Mais prenant sans doute conscience de leur inanité artistique, ses membres décident de mettre fin au groupe. C'est ainsi que dans une indifférence relative disparaît CAN, un groupe essentiel au krautrock, au rock, à la musique moderne, et dont les joyaux s'appellent Tago Mago, Monster Movie, Ege Bamyasi...

Enfin ça, c'est ce qu'on disait avant la reformation de 1986.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
West Coast Live (projekct Four) (1999)
L'apothéose




Michel BERGER
Puzzle (1971)
Berger a fait du prog. Z'étiez pas au courant ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Michael Karoli (guitares, chant)
- Rosko Gee (basse)
- Irmin Schmidt (claviers)
- Jaki Liebezeit (batterie)
- Rebop Kwaku Baah (percussions)


1. All Gates Open
2. Safe
3. Sunday Jam
4. Sodom
5. Aspectacle
6. E.f.s No 99 : Can-can
7. Ping Pong
8. Can Be



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod