Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK / AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Spoon Can (1040)

CAN - Soon Over Babaluma (1974)
Par ONCLE VIANDE le 30 Novembre 2006          Consultée 4560 fois

En 1974, Damo Suzuki quitte ses camarades pour rejoindre les témoins de Jéhovah. Cette désertion n’a rien de dramatique puisque le noyau dur de Can a toujours résidé dans son carré teuton. Le chant est désormais assuré par Michael Karoli et Irmin Schmidt, peu enclins l’un comme l’autre aux performances vocales et manifestement satisfaits de produire une musique aussi instrumentale. Ecrire des textes a toujours été une activité secondaire pour le groupe qui, ici plus qu’ailleurs, se contente de saupoudrer sa musique de voix nonchalantes : quelques traces de vie en ces contrées glacées.

Les climats nocturnes et lunaires entretiennent la filiation avec « Future Days » et ne sont pas sans évoquer les futures réalisations de Brian Eno (« Quantum Physic »). Néanmoins, ce sixième disque porte en lui tous les germes de la seconde période du groupe : les morceaux, qui subissent ici un premier élagage, annoncent une volonté d’éclectisme débridé. « Soon over babaluma » est un creuset où Can, non content de s’éloigner toujours plus de ses racines germaniques, élargit encore son spectre musical et multiplie les propositions stylistiques : gigue (« Dizzy Dizzy »), cha cha cha (« Come sta la luna »), jazz-rock (« Splash »), transe aux couleurs déjà très africaines (« Chain reaction ») et ambient (« Quantum physics »).

Le groupe fait montre d’une certaine retenue : mixages subtiles, apparition du violon, claviers embrumés, contours plus flous, compositions moins palpables… la dimension explosive qui faisait sa griffe naguère a complètement disparue au grand damne des amateurs de carnages percussifs. La qualité sonore est désastreuse et se montre désormais contre productive, recouvrant d’un voile terne ce disque nuancé qui méritait mieux (une console 2 pistes en 1974, on croît rêver…).

Cet album introverti et polaire sort à l’époque où le fossé entre la musique enregistrée en studio et celle produite live commence à se creuser. Sur scène, les improvisations incendiaires prolongent avec bonheur les premiers travaux du groupe comme en témoigne le double « Can live 71 / 77 », mais sur disque, la musique opte pour plus de mesure et de rondeur, et « Soon over babaluma » en est le premier exemple manifeste. Aucun disque live ne rendit compte de ce déséquilibre à l’époque et l’évolution du groupe fut trop souvent jugée à l’aune de sa simple production studio.

« Soon over babaluma » met en chantier de nouvelles pistes sans s’y engouffrer pleinement ; il amorce plus qu’il ne concrétise, et c’est un peu là les limites du disque. A cheval entre deux périodes, éternel « maillon intermédiaire » entre le Can pyrotechnique et le Can exotique… à la fois continuité du précédent et ébauche du prochain… n’est-ce pas ce qu’on appelle un disque de transition ?

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ONCLE VIANDE :


KING CRIMSON
Starless And Bible Black (1974)
D'un noir écarlate

(+ 1 kro-express)



KING CRIMSON
Lizard (1970)
Une fusion rock/classique enfin réussie.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Holger Czukay (basse)
- Irmin Schmidt (claviers, chant sur 2)
- Michael Karoli (guitare, violon, chant sur 1 & 4)
- Jaki Liebezeit (batterie)


1. Dizzy Dizzy
2. Come Sta La Luna
3. Splash
4. Chain Reaction
5. Quantum Physics



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod