Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Deep Purple, Pink Floyd
- Membre : Scorpions, Saxon, Msg
 

 Site Officiel (324)

ELOY - Destination (1992)
Par WALTERSMOKE le 27 Juillet 2015          Consultée 592 fois

Le retour d'ELOY en 1988, avec l'album Ra, n'a pas été pour ainsi dire une réussite. Pire, on pouvait y déplorer une énième reformation ratée, la faute à des compositions peu inspirées (ou alors sur d'autres formations). Coup dur donc pour Frank Bornemann et Michael Gerlach qui doivent se retirer un moment, histoire de trouver du travail pour payer les factures, au vu de l'échec commercial de Ra. ELOY n'est pas abandonné pour autant, et finalement le duo retente l'aventure en 1992, en pleine vague grunge/metal, avec Destination.

Quelques signes avant-coureurs laissent à penser que Destination sera un meilleur opus. La batterie, programmée sur Ra, est ici jouée en intégralité par Nico Baretta, apparemment issu de la scène variété/rock italienne, et pas moins de trois bassistes de sessions sont convoqués et... mais tiens donc, ne serait-ce pas Klaus-Peter Matziol qui revient ? En effet, celui qui maniait la quatre-cordes lors de l'âge d'or d'ELOY et des années rock FM revient, mais non en tant que membre officiel. Globalement, donc, le son sera plus rock.

En effet, c'est le cas. ELOY se fait même hard rock tout au long des longues compositions parcourant Destination. L'album en vient même à être alors le plus long du groupe – sauf si l'on compte Planets (1981) et Time to Turn (1982) comme un seul double album. Mais concrètement, peut-on commencer à regretter les précédents efforts du groupe allemand ? Oui et non. La production est clinquante, moderne, et appréciable, les riffs de Bornemann et des guitaristes additionnels résonnent et font montre d'une puissance agréable. Bon, et on a toujours le chant de Bornemann, la fameuse touche d'originalité ultime d'ELOY.

Avec tout ceci, Destination n'arrive pas, cependant, à se placer comme l'album de la « résurrection » d'ELOY. La plupart des pistes, en mélangeant hard rock et prog, donnent une mixture hasardeuse, pas très heureuse et peu convaincante. Les morceaux s'écoutent bien entendu, il n'y a vraiment que sur le tout premier album et sur Ra qu'on atteint des profondeurs de médiocrité, mais c'est tout. Enfin... Destination se ferme sur le volontairement épique "Jeanne d'Arc", et comment le décrire avec des mots autres que « kitsch » et « pompeux » ? Comme si ça ne suffisait pas, des choeurs viennent alourdir la composition, pour un effet encore plus solennel – encore plus bidon, en vérité. Pauvre Sainte Jeanne, existe-t-il donc un projet musical non bancal à son sujet ?

Destination n'est pas dépourvu de bons moments, toutefois. Les deux morceaux où intervient le flutiste Lenny McDowell sont pour ainsi dire les meilleurs : "Call of the Wind" ouvre l'album sur une composition progressive honnête et suffisamment entrainante pour s'y attarder, et le refrain du morceau-titre sauverait tout ce dernier s'il n'était pas nécessaire d'aller jusque là. Enfin, "Fire and Ice" sent bon le morceau à écouter en plein air, malgré quelques vocalises douteuses et un solo trop démonstratif.

Même si Destination semble confirmer que la reformation d'ELOY n'était pas nécessaire, il serait injuste de ne pas tenter de lui donner une chance. Le duo revient à petits pas, mais montre des signes encourageants de retour. Allez, plus qu'à sortir deux compiles/réenregistrements (les Chronicles) et la prochaine sera la bonne.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


GURU GURU
Känguru (1972)
BOING BOING




Mike OLDFIELD
The Complete Mike Oldfield (1985)
Pas loin de la compil ultime !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Frank Bornemann (chant, guitares)
- Michael Gerlach (claviers)
- +
- Nico Baretta (batterie)
- Klaus-peter Matziol (basse sur 2 et 5)
- Detlev Goy (basse sur 1, 6 et 8)
- Helge Engelke (basse sur 3 et 4, guitares additionnelles)
- Kai Steffen (guitare solo sur 5)
- Lenny Mcdowell (flute sur 1 et 3)
- Peter Chrastina (arrangements des choeurs sur 8)


1. Call Of The Wild
2. Racing Shadows
3. Destination
4. Prisoner In Mind
5. Silent Revolution
6. Fire And Ice
7. Eclipse Of Mankind
8. Jeanne D'arc



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod