Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Deep Purple, Pink Floyd
- Membre : Scorpions, Saxon, Msg
 

 Site Officiel (324)

ELOY - The Vision, The Sword And The Pyre, Part I (2017)
Par WALTERSMOKE le 11 Septembre 2017          Consultée 921 fois

Jeanne d'Arc, c'est quand même l'histoire de science-fiction la plus incroyable de tous les temps. Une femme qui parvient à diriger des hommes en France ? Incroyable ! Plus sérieusement, Jeanne d'Arc, ou Sainte Jeanne d'Arc pour les chrétiens, est une femme qui a stimulé l'imagination de bien des artistes, rien que pour sa destinée des plus extraordinaires, depuis l'appel divin dans son village de Domrémy jusqu'à la libération des terres françaises occupées par les vils Anglais, sans oublier son bien triste sort. Et parmi tous ces artistes inspirés par Jeanne, il y a le guitariste Frank Bornemann. Le leader éternel d'ELOY a déjà eu l'occasion de saluer par deux fois la mémoire de Jeanne d'Arc : la première, c'était en 1992, avec un morceau éponyme cependant médiocre ; la seconde, c'était en 1994, avec un "Company of Angels" bien plus réussi.

Mais en 2017, Bornemann voit encore plus loin puisqu'il propose un album entier dédié à Jeanne d'Arc [1]. Non, mieux, ce sera carrément un diptyque retraçant son histoire du début à la fin. On peut rester sceptique, tant le sujet de la pucelle d'Orléans a pu être traîté par-dessus la jambe par trop de gens. Mais quand Bornemann affirme avoir passé des années à avoir travaillé le sujet au point d'en être devenu un fin connaisseur, on a envie de le croire. Surtout que le précédent album d'ELOY, Visionary, est quand même sorti en 2009.

Et donc, voici venir The Vision, the Sword and the Pyre, Part I. La première partie des aventures de Jeanne par Bornemann et ses compères part donc de la naissance de Jeanne jusqu'à la bataille d'Orléans, conflit décisif dans la Guerre de Cent Ans. Une période des plus animées, donc, car riche en événements. Bien entendu, le suivi de l'histoire par Eloy est linéaire au possible, avec une mise en contexte ("The Age of the Hundred Years' War"), suivie des étapes importantes du mythe de Jeanne d'Arc ("The Call", "Chinon", etc). Pour la seconde partie, on devrait avoir la suite des événements avec les dernières réussites de Jeanne avant la trahison et le procès infamant dont elle a été victime.

Ok, et la musique dans tout ça ?

Commençons par une banalité : ELOY fait du ELOY.

Merci merci, vos applaudissements, amis lecteurs, me vont droit au cœur. Non, sérieusement, le rock progressif des Allemands reste toujours le même, pas nécessairement flamboyant voire pyrotechnique, mais suffisamment complexe pour broder sans se prendre les pieds dans le tapis. Pas de coupure brutale avec le reste de la discographie, la continuité est totale. ELOY parvient toutefois à faire mieux que sur Visionary grâce à des compositions pleinement inspirées et surtout convaincues. Ainsi, le premier morceau, "The Age of the Hundred Years' War", est insufflé d'un caractère épique porté entre autres par un riff martial et des arrangements de cordes et de synthés particulièrement pertinents. On retrouve ce même genre d'arrangements tout au long de l'album, en particulier sur "Early Signs... from a Longed-For Miracle", doté d'une flûte en arrière-plan appréciable.

De par la nature d'album-concept présente ici, Eloy se permet des passages plus narratifs, insérés dans la musique. Ainsi, "The Call" se distingue par une partie chantée et une autre, dépourvue de guitares acérées, où une certaine Alice Merton interprète une Jeanne d'Arc qui vient d'entendre les voix célestes l'enjoignant de prendre les armes et d'aider le roi de France. C'est pas le passage le plus exaltant de l'opus, mais au moins Bornemann a-t-il évité l'écueil de la récitation trop épique/gnangnan propre à l'epic métal. Mais le véritable pavé de The Vision reste de loin "Chinon", racontant la rencontre entre Jeanne et Charles VII, qui n'est pas sans rappeler, sur la forme, "Love over Six Centuries" sur Power and the Passion (1975). Après tout, si l'on a déjà une bonne recette et qu'il suffit de la moderniser un peu, autant ne pas se priver.

Ceci étant, le morceau est symptomatique des défauts de l'album. Ainsi, "The Vision... Part I" manque un peu de punch. Oh, ELOY n'a jamais vraiment été adepte des démonstrations rock virulentes, certes, mais il faut admettre que la musique manque ici de punch par moments. Et puis, si le concept est admirablement respecté du début à la fin, il n'empêche que, hors contexte, il manque un morceau marquant, une chanson qui pourrait apporter une œuvre culte à ELOY. Le tout s'écoute avec plaisir, mais pris isolément, c'est dur. Après, okay, on va dire « mais c'est du rock progressif, pas de la pôôôôp » dans un élan d'élitisme puant. Soit. Ah, et j'allais oublier, mais le refrain de "The Sword... The Dawning of the Unavoidable" est le même que celui de "Company of Angels", sorti 23 ans plus tôt. De là à parler de recyclage, il y a un pas... que je ne franchirai pas car utilisé ici avec pertinence.

Tout de même, voilà que la première partie du diptyque d'ELOY est de très haute volée. Même s'il n'est pas dit qu'on a affaire à un nouveau classique du groupe de Frank Bornemann, il est plaisant de voir que le groupe reste capable de sortir une œuvre si aboutie, si travaillée, exercice d'autant plus difficile dans le cadre d'un album-concept.

[1] : notons qu'il s'agit du 4e album du genre pour ELOY, après Power and the Passion (1975) et les deux Ocean (1977 et 1998, respectivement)

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
West Coast Live (projekct Four) (1999)
L'apothéose




CAN
The Lost Tapes (2012)
Les dernières archives de Can (?)


Marquez et partagez







 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Frank Bornemann (chant, guitares)
- Klaus-peter Matziol (basse)
- Hannes Folberth (claviers)
- Michael Gerlach (claviers)
- Bodo Schopf (batterie)
- +
- Anke Renner (voix)
- Volker Kuinke (flute)


1. The Age Of The Hundred Years's War
2. Domremy On The 6th Of January 1412
3. Early Signs... From A Longed-for Miracle
4. Autumn 1428 At Home
5. The Call
6. Vaucouleurs
7. The Ride By Night... Towards The Predestined Fate
8. Chinon
9. The Prophecy
10. The Sword... The Dawning Of The Unavoidable
11. Orléans
12. Les Tourelles
13. Why?



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod