Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Deep Purple, Pink Floyd
- Membre : Scorpions, Saxon, Msg
 

 Site Officiel (307)

ELOY - Visionary (2009)
Par WALTERSMOKE le 19 Août 2015          Consultée 526 fois

Si dans la vie il faut savoir être patient, une attente peut quand même finir par sembler longue, notamment quand on est fan d'un groupe. Et qu'est-ce que les fans d'ELOY ont dû être patients après la sortie d'Ocean 2 ! En effet, il aura fallu attendre 11 ans avant que le groupe allemand ne finisse par sortir un nouvel album studio. La seconde vie de la bande à Frank Bornemann nous avait déjà habitué à un rythme moins élevé, mais pour le coup, elle fait fort. Or donc, ELOY sort en 2009 un seul et unique album en cette décennie de nouveau millénaire, j'ai nommé Visionary. Il se permet également un nouveau changement de line-up avec l'intégration de Hannes Folberth, connu comme claviériste entre 1980 et 1984, et déjà invité sur Ro Setau, morceau emblématique d'Ocean 2.

Visionary est un opus qui ne déroutera pas du tout le connaisseur d'ELOY. Si la musique est logiquement renouvelée sur le plan technique, musicalement c'est toujours le même rock progressif à tendance space qui prévaut ici. Les uns parleront de nostalgie, d'autres évoqueront en revanche une stagnation stylistique bien malheureuse. Il est en effet possible de s'imaginer cet album sortir à peine deux-trois ans après Ocean 2. Un sacré point négatif, donc ? Pas vraiment, puisque d'une part, on s'en fiche avec le recul des écarts entre sorties, et d'autre part, quand bien même cela est important, le monde musical traverse déjà en 2009 une période de revival.

Visionary est un album qui sent bon l'ELOY, et pas seulement par la force de la voix de Bornemann. Guitares acérées, section rythmique finement costaude et claviers aériens forment l'ossature de morceaux moyennement longs, mais aussi et surtout plus courts en moyenne et moins nombreux que sur Ocean 2. Cela aboutit sur un disque soi-disant court (42 minutes) au vu de certains standards, mais qui permet en tout cas d'éliminer le superflu inévitable. Quant à la musique en elle-même, rien de nouveau sous le soleil, même s'il n'y a pas de repompe des jours passés... ah non tiens, voilà "The Challenge", aussi appelé "Time to Turn Part 2". Le titre est explicite, puisqu'il s'agit d'un remake plus oldfieldien (écoutez les guitares !) du morceau-titre de l'album de 1982. Ok, Bornemann prouve par là qu'il ne renie pas du tout sa période rock FM, mais le résultat n'est pas très réjouissant. Fermons aussi les yeux sur "Summernight Symphony", qui voit un ELOY mettre les deux pieds dans le plat du risible, avec un résultat mièvre et oubliable.

Fort heureusement, le reste de l'album recèle de meilleurs passages. La première partie de "The Secret", par exemple, est un joli petit tour de force pop-prog de 7 minutes, pas essentiel mais appréciable bien qu'un peu longuet, tandis que sa seconde partie nommée "Mystery" se veut plus progressive et « épique ». Il lui manque en effet un peu plus d'emphase et de prétention, mais l'intention y est, et le morceau n'est pas du tout désagréable. "Age of Insanity" ne se place pas à la même hauteur, mais ses passages instrumentaux (en particulier autour de la 5e minute) sont intéressants.

En définitive, Visionary n'est pas ce qu'on pourrait appeler un album important, rien que dans la discographie d'ELOY. Le silence aura été visiblement trop long pour le groupe allemand, qui aurait pu battre le fer tant qu'il était encore chaud en 1998. Mais ce n'est pas si grave en définitive, étant donné que ce 17e rejeton n'est pas mauvais (ça aurait été le pompon). Il plaira en tout cas aux fans, c'est un fait, qui viendront à coup sûr par la suite lors des concerts d'ELOY entre 2011 et 2013.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Live At The Jazz Café (projekct One) (1998)
Technik über alles




ELOY
Floating (1974)
Prog teuton qui tue


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Frank Bornemann (chant, guitares)
- Klaus-peter Matziol (basse)
- Michael Gerlach (claviers)
- Hannes Folberth (claviers sur 2, 3, 4 et 6)
- Bodo Schopf (batterie)
- +
- Anke Renner (choeurs sur 2, 4, 5 et 6)
- Tina Lux (choeurs sur 2, 4 et 6)
- Volker Kuinke (flute sur 1 et 2)
- Christoph Littman (claviers, sons orchestraux sur 5)
- Stephan Emig (percussions sur 4 et 6)


1. The Refuge
2. The Secret
3. Age Of Insanity
4. The Challenge (time To Turn Part 2)
5. Summernight Symphony
6. Mystery (the Secret Part 2)
7. Thougts



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod