Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Deep Purple, Pink Floyd
- Membre : Scorpions, Saxon, Msg
 

 Site Officiel (324)

ELOY - Dawn (1976)
Par WALTERSMOKE le 31 Mai 2015          Consultée 852 fois

Alors que Power and the Passion montrait un ELOY plutôt solide et capable du meilleur, voilà que le groupe se disloque complètement en 1975. Entre dissensions artistiques et conflits personnels, ELOY devient alors la seule propriété du capitaine Frank Bornemann, désormais seul à bord : tout le monde est parti, même le fidèle Manfred Wieczorke. Qu'à cela ne tienne, le guitariste-chanteur fait appel à de nouvelles recrues. C'est ainsi que sont embauchés le bassiste Klaus-Peter Matziol, le claviériste Detlev Schmidtchen et le batteur Jürgen Rosenthal. Ce dernier n'est d'ailleurs pas un total inconnu, puisque Bornemann a participé à la production de Fly to the Rainbow (1974), deuxième album des Scorpions dont faisait partie Rosenthal.

Enfin bref, voici venir ce que les fans considèrent comme étant le line-up de l'âge d'or d'ELOY. Pendant une période assez courte (1976-1979), Bornemann et ses compères vont créer une trilogie qui se fait bien remarquer, pour peu qu'on voie au-delà des grosses machines habituelles. Si cette trilogie, doublée du premier live d'ELOY, est considéré comme une référence, une écoute attentive permet de se rendre compte que cette réputation d'âge d'or, bien que logique, est un peu surestimée. Enfin, cela ne vaut que pour Ocean (cf. chronique correspondante), puisque son prédécesseur, Dawn, ne l'est pas tant que ça - voire pas du tout.

Il y a pourtant de quoi avoir peur à la lecture de la pochette. En effet, si Schmidtchen est un bon claviériste, il se fait clairement aider par un orchestre à cordes derrière. Là, tout de suite, une peur instinctive prend au cou. La même qui arrive avec un double album. On ne dira jamais assez combien l'intégration d'un orchestre coûte cher à un groupe (si vous pensez à l'argent, vous avez tout faux). Sauf qu'ici, même si le résultat n'est pas tout le temps convaincant, il ne permet pas de sortir sceptique de l'écoute de Dawn. ELOY livre ici un album de rock progressif moderne et brillant (enfin, pas moins que A Trick of a Tail, quoi), et bourré de morceaux des plus remarquables. Ceux qui se focalisent sur les paroles pourront également apprécier la poésie de Rosenthal, qui dépasse allègrement son statut de simple cogneur, et qui se fait prolongement de l'histoire développée dans Power and the Passion.

Après un "Awakening" trompeur, le quatuor allemand délivre une succession de morceaux qui versent dans un prog à demi-symphonique des plus épatants. "Between the Times" mêle riff efficace et batterie virtuose, que rejoint le chant de Bornemann, ici des plus appréciables. Le piano de Schmidtchen en arrière-plan apporte également un peu de variété qui n'est pas de refus. Et bonne nouvelle, ce n'est que le début. Quiconque pense qu'ELOY n'est jamais qu'un faiblard groupe de seconde division qui mérite l'oubli ferait mieux d'écouter "The Midnight Fight/The Victory of Mental Force". Il y paraît difficile de ne pas sentir le caractère épique et le talent des quatre musiciens qui se lâchent totalement tout au long des 8 minutes du morceau – saluons également le caractère improvisé du morceau, composé et enregistré en une seule nuit. Plus tôt, "The Dance of Doubt and Fear" impressionne par ses passages instrumentaux et la part belle réservée à des claviers un peu kitsch, mais efficaces.

En gros, Dawn est clairement réussi. Mais il n'est pas quasi-parfait. La musique pâtit parfois d'arrangements malheureux, comme sur "The Sun Song", de même sur "Gliding Into the Light and Knowledge" – encore que ce dernier morceau est clairement bon en dehors de ce point. Mais en dehors de cela, il n'y a rien de très gênant ou médiocre, ELOY a réussi haut la main à faire de Dawn une solide contribution au rock progressif. En outre, la popularité du groupe va aller crescendo, jusqu'à atteindre un pic des plus inattendus en 1977.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Live At Summit Studios (2000)
Le meilleur du roi période Islands




KING CRIMSON
Live In Toronto (2016)
Le roi est vraiment de retour


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Frank Bornemann (chant, guitare)
- Klaus-peter Matziol (basse, choeurs)
- Jürgen Rosenthal (batterie, percussions)
- Detlev Schmidtchen (claviers, guitare, choeurs)
- +
- Wolgang Maus (arrangements des cordes)


1. Awakening
2. Between The Times
3. The Sun Song
4. The Dance In Doubt And Fear
5. Lost!? (introduction)
6. Lost!? (the Decision)
7. The Midnight Fight/the Victory Of Mental Force
8. Gliding Into Light And Knowledge
9. Le Réveil Du Soleil/the Dawn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod