Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Deep Purple, Pink Floyd
- Membre : Scorpions, Saxon, Msg
 

 Site Officiel (324)

ELOY - Power And The Passion (1975)
Par WALTERSMOKE le 26 Mai 2015          Consultée 916 fois

Si l'on fait attention au line-up des premiers ELOY, force est de constater qu'il est toujours changeant. Contrairement à d'autres formations plus stables, le groupe, s'il tourne autour de son leader Frank Bornemann et du guitariste-claviériste Manfred Wieczorke, n'a jamais eu de configuration tenant plus d'un album. Fort heureusement, à l'image d'un King Crimson, cela n'a pas empêché ELOY de faire de la bonne musique, en témoigne Power and the Passion. À ce propos, sur le quatrième album du combo allemand, Wieczorke se concentre sur les claviers, déléguant sa guitare au nouveau venu Detlef Schwaar, tandis que la paire Randow/Janssen reste fidèle au poste.

Cette nouvelle formation d'ELOY est mise au service d'un album-concept, canon ultime s'il en fallait un du rock progressif. Et là, attention les yeux : Bornemann nous sort une histoire de voyage à travers le temps, afin de prendre du recul sur notre monde actuel et ses travers, tout ça... Fort heureusement, on n'est pas chez Bob Dylan, dans le sens où si le concept nous passe par-dessus la jambe, la musique reste appréciable de manière indépendante. Et là, pour peu qu'on aime le rock progressif, c'est bonheur, ou du moins grosse joie. Power and the Passion propose des morceaux riches et variés, qui passent d'un rock progressif sensible ("Mutiny") à un rock féroce ("The Zany Magician"), le tout bien joué bien sûr. De plus, contrairement à d'autres groupes qui rallongent tout en ne mettant systématiquement que des longs pavés d'au moins 10 minutes, ELOY se fait relativement concis sur l'album : en dehors des pavés "Love Over Six Centuries" et "Mutiny", les morceaux sont plutôt courts pour le genre. Une facilité de lecture se met ainsi en place, ce qui est plutôt appréciable.

Tout au long de Power and the Passion, ELOY déploie donc son talent, et avec succès. Sitôt passée l'introduction un peu tarte (à cause des choeurs), on entre dans le vif du sujet avec "Journey into 1358", soit un mid-tempo qui s'emballe avec notamment une ligne de basse mémorable. Ce morceau est néanmoins loin d'être le seul passage intéressant : "The Zany Magician" se la joue carrément hard rock limite métal, avec un riff sabbathien, et est suivi d'un "Back to the Present" très dynamique et entraînant, bien qu'un peu sec.

Ce qui retient l'attention de prime abord, cependant, ce sont les pavés évoqués plus haut. Là, l'enthousiasme suscité par les morceaux cités au précédent paragraphe peut s'estomper. Cela vaut en particulier pour "Love Over Six Centuries", plutôt long et soporifique, qui aide sans doute dans le concept mais se vautre musicalement. "The Bells of Notre-Dame", qui conclut l'album, aurait pu être autrement plus réussi s'il n'était pas aussi monotone – bon, on a un solo de Bornemann en final, mais ce n'est pas la panacée non plus. En revanche, "Mutiny" s'impose sans trop de difficultés comme le morceau majeur de Power and the Passion. Voilà un mouvement progressif bien construit, varié et intéressant ! L'orgue de Wieczorke en particulier lâche des notes et accords redoutables, en miroir d'une guitare investie et d'une batterie qui marque le tempo avec justesse.

À la liste des défauts, il faut ajouter de manière globale Bornemann au chant. Si l'imitation de méchant sur "The Zany Magician" est réussie quoique caricaturale, du reste, on peut déplorer par moments un manque d'investissement émotionnel. Exemple, "Journey into 1358", où le chanteur-guitariste est en décalage avec l'urgence des paroles qu'il a écrites. Autre défaut, la production toujours aussi datée et pas assez travaillée. Suffisamment pour passer son chemin ? Oh que non, ce serait encore une fois mesquin : Power and the Passion mérite amplement une écoute attentive, pour pouvoir apprécier un solide opus de rock progressif. C'est dit.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Live In Toronto (2016)
Le roi est vraiment de retour




ELOY
Floating (1974)
Prog teuton qui tue


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Frank Bornemann (chant, guitare)
- Manfred Wieczorke (claviers)
- Detlef Schwaar (guitare)
- Luitjen Janssen (basse)
- Fritz Randow (batterie)


1. Introduction
2. Journey To 1358
3. Love Over Six Centuries
4. Mutiny
5. Imprisonment
6. Daylight
7. Thoughts Of Home
8. The Zany Magician
9. Back Into The Present
10. The Bells Of Notre-dame



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod