Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Siouxsie And The Banshees

The CURE - Wish (1992)
Par BUDDY le 2 Février 2006          Consultée 6149 fois

« The Cure » est attendu au tournant après l’énorme succès de leur album précédent « Disintegration ». Contre toute attente, Smith et les siens vont enrichir leur univers musical déjà bien rempli avec ce nouvel album. Un opus qui arrivera en tête des charts américains et anglais. « Wish », en cette année 1992, oscille entre le côté glauque et obscur de The Cure et son versant pop, rieur et enjoué. Depuis l’album « The Top », Smith et ses joyeux drilles ont la nette habitude de prendre à contre-pied l’auditeur. C’est à dire mélanger les styles musicaux qui ont forgé la légende du groupe en quelques années. « Wish » ne déroge pas à cette règle, et va servir sur un plateau (mis en page par Parched Art) une galette avec 12 fèves à l’intérieur, et l’auditeur sera le Roi.

Quelques titres de l’album vont même surprendre par leur gaieté et leur naïveté (« High », « Friday I’m In Love »). Mais à entendre « Open », « Apart », ou bien encore « Trust », Robert Smith, même s’il chantonne gaiement sur « High », clame à qui veut bien l’entendre, qu’il n’est pas prêt à se séparer aussi facilement de ses vieux ectoplasmes faits de spleen et de mélancolie, qui l’ont hanté sur les anciens albums. C’est le cas du sublime et émouvant, « To Wish Impossible Things » qui avec son arpège guitare, vous ensorcelle et vous transporte loin, très loin. Ce titre est à placer dans la catégorie des meilleurs titres de « The Cure ». « Letter To Elise » donne également dans la pop fraîche, mais pas trop enjouée. Sans vraiment être l’opus de la décennie, « Wish » est le prolongement logique de « Disintegration ». Il possède quelques moments forts comme le très lourd « Cut », le déjanté « Wendy Time », ou le très pop « Doing The Unstuck ». L’album se referme sur le puissant « End », ses grosses guitares, où la voix de Robert Smith prise dans un entonnoir a du mal à surnager. Ce titre prouve si besoin était que « The Cure » est tout sauf un groupe conformiste.

En résumé, « Wish » n'est certainement pas l'album pop ultime de « The Cure ». Ce n’est pas non plus un essentiel dans la discographie du groupe. Mais c’est un album qui se laisse écouter, et qui ne dévoile ses secrets qu’après de nombreuses heures d’écoutes.

A lire aussi en POP par BUDDY :


The CURE
Disintegration (1989)
Cet album baigne dans une féerie totale...

(+ 1 kro-express)



Phil COLLINS
...but Seriously (1989)
Pas moins de 5 singles seront extraits de cet opus

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- Robert Smith. (guitare.chant)
- Simon Gallup. (basse.chant)
- Perry Bamonte ((claviers, guitare))
- Porl Thompson. (guitare.clavier.chant)
- Boris Williams. (batterie)


1. Open
2. High
3. Apart
4. From The Edge Of The Deep Green Sea
5. Wendy Time
6. Doing The Unstuck
7. Friday I’m In Love
8. Trust
9. Letter To Elise
10. Cut
11. To Wish Impossible Things
12. End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod