Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon , Stevie Nicks , John Mcvie , Lindsey Buckingham
- Style + Membre : Peter Green , Peter Green Splinter Group , Mick Fleetwood , Christine Mcvie

FLEETWOOD MAC - Time (1995)
Par MARCO STIVELL le 17 Juin 2015          Consultée 2953 fois

Time, vilain petit canard de la discographie de FLEETWOOD MAC. La raison ? Son manque de notoriété qui le précède largement. Car lorsque Stevie Nicks annonce son départ au début des années 90, le groupe se retrouve amputé des deux membres qui ont décuplé son succès (une greffe est néanmoins à prévoir). FLEETWOOD MAC, sans Nicks ni Buckingham : le public n'y croit pas. Chose drôle, quand on sait qu'à leur arrivée en 1975, la moitié de l'oeuvre avait déjà été publiée...

Mais enfin, Time subit les répercussions de ce manque, au niveau personnel et musical. L'un comme l'autre sont comblés, évidemment, mais qui s'en soucie ?... Outre les éternels Fleetwood et McVie, Billy Burnette est rappelé à son poste de guitariste rythmique et chanteur. À la lead, en lieu et place de Rick Vito, c'est Dave Mason, l'ex-TRAFFIC en personne. Ce qui promet quelques belles influences blues et effets de guitares savants. Mais Mason a lui aussi, des kilomètres au compteur...

Or le groupe veut du sang frais, et recrute Rebekka "Bekka" Bramlett, déjà présente au sein du Zoo de Mick Fleetwood, et qui a ici la lourde tâche de tenir le même rôle que la légendaire Stevie Nicks. Avenante et pulpeuse, la chanteuse âgée de vingt-six ans puise davantage son inspiration vocale chez Aretha FRANKLIN que Dolly PARTON. De quoi dérouter les allergiques aux chanteuses à voix, mais il faut reconnaître que miss Bramlett n'est pas la plus excessive du genre.

D'ailleurs, Time se démarque lui aussi de son prédécesseur par une immersion complète dans les années 90, un son plus acoustique, moins léché, moins réverbéré surtout. Mick Fleetwood n'en profite que mieux. On remarque une certaine complicité entre Bekka Bramlett et Billy Burnette (ils formeront un duo sous leurs propres noms par la suite), et ce dès le début de l'album, le magistral "Talkin' to My Heart".

Les riffs de Stratocaster en son clair fusent, John McVie s'éclate, dame Christine répète les tics vocaux de "Everywhere", la mélodie est resplendissante ; voilà un début excellent. Ca n'a pas marché, ça ? Billy Burnette et Bekka Bramlett nous font rêver, c'est aussi le cas plus loin sur la ballade folk "Dreamin' the Dream", ou encore sur le country "I Got It for You". Bramlett s'approprie un titre pop léger à la Nicks comme "Winds of Change", se lâche sur le rhythm'n'blues de "Nothing Without You" (avec un certain Lindsey Buckingham parmi les choeurs).

Dave Mason propose le blues-rock "Blow by Blow", pour le moins classieux et appuyé par les choeurs de Bramlett. Christine McVie favorise le piano digital sur ce disque, offre un pendant léger aux compositions des autres, plus sucré que ce qu'elle faisait sur l'album précédent. Seule exception, le superbe "Sooner of Later", brumeux et en roue libre sur le final. Plus élancé, "Nights in Estoril" n'est pas moins émouvant, et le joli slow "All Over Again" marque les esprits...

On pourrait reprocher à Time d'être disparate sur le plan personnel. C'est en effet le disque de FLEETWOOD MAC qui contient le plus de musiciens de session, donnant parfois l'impression de combler un léger manque, du côté de Dave Mason surtout. Pourtant, ses compositions fonctionnent ("Blow By Blow" !), les parties de guitare sont splendides, en témoignent le leitmotiv de "Sooner or Later", le solo coloré de "I Do"... Outre Christine McVie à l'accordéon sur "Dreamin' the Dream", les excellentes idées ne se comptent plus du côté de l'éternel tandem McVie-Fleetwood.

En parlant du vieux Mick, il s'offre le luxe de conclure l'album par le morceau le plus ambitieux, "These Strange Times", long de sept minutes. Co-écrit avec Ray Kennedy, proche collaborateur des Beach Boys et produit par John Jones des Duran Duran, le titre, "chanté" par Fleetwood, même si le mot récité convient mieux, s'éloigne de l'effort de groupe. Le géant britannique donne la sensation de rêver tout haut et, de sa voix grave, nous plonge dans une ambiance inédite, propice au recueillement. Un titre hypnotique, crépusculaire, superbe avec les choeurs de miss Lucy Fleetwood, les claviers et guitares en tout sens, sans parler de la batterie toujours aventureuse...

Ce morceau nostalgique, tout comme l'est "All Over Again" à sa manière, signalent la fin d'une période brève, courageuse, méconnue. Au bout de presque trente ans, Christine McVie annonce qu'il s'agit de son dernier effort pour FLEETWOOD MAC. Elle se retire peu à peu de la scène, malgré le retour presque immédiat et définitif du couple Nicks-Buckingham... À suivre.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


RUMER
Into Colour (2015)
Fidèle à elle-même, ou presque !




Peter GABRIEL
So (1986)
Il s'est enfin trouvé !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bekka Bramlett (chant)
- Billy Burnette (guitares, chant)
- Dave Mason (guitares, chant)
- Christine Mcvie (claviers, chant)
- John Mcvie (basse)
- Mick Fleetwood (batterie, percussions, chant, guitares)
- + Michael Thompson (guitares)
- Steve Thoma (claviers)
- Lindsey Buckingham (choeurs)
- Fred Tackett (trompette)
- John Jones (claviers, basse, guitares)
- Lucy Fleetwood (choeurs)


1. Talkin' To My Heart
2. Hollywood (some Other Kind Of Town)
3. Blow By Blow
4. Winds Of Change
5. I Do
6. Nothing Without You
7. Dreamin' The Dream
8. Sooner Or Later
9. I Wonder Why
10. Nights In Estoril
11. I Got It In For You
12. All Over Again
13. These Strange Times



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod