Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Beatles , The Move , Electric Light Orchestra
- Membre : Bun E. Carlos
- Style + Membre : Robin Zander

CHEAP TRICK - We're All Alright! (2017)
Par JASPER LEE POP le 5 Juillet 2017          Consultée 549 fois

Pas si évident que ça de se mettre au clavier pour écrire sur le dernier album de l'institution américaine qu'est CHEAP TRICK, un groupe qui n'a jamais cessé de tourner depuis le début de sa carrière et qui a presque su préserver son line-up d'origine. Pas évident parce que, soyons honnêtes, on demande l'impossible à ces dinosaures du rock. On râle quand ils tournent en exploitant ad nauseam la poignée de hits d'antan sans rien produire de neuf et quand ces mêmes légendes sortent une collection de chansons fraîches, on leur tombe dessus en leur reprochant au pire de ne plus être à la hauteur de leur période dorée, au mieux de toujours faire la même chose.

On avait plutôt bien accueilli le précédent album du groupe sorti il y a tout juste un an avec, c'est vrai, une petite dose d'indulgence du fait qu'il se présentait après huit ans de silence discographique et venait donc fièrement signifier que Zander et sa bande refusait de n'être qu'un « nostalgia act » comme disent les ricains. Ça faisait plaisir. Et puis Bim ! On n'a même pas eu le temps de le ré-écouter avec le recul nécessaire pour refroidir quelque peu notre enthousiasme que déboule son successeur avec un titre faisant référence au dernier couplet de « Surrender » et sa pochette façon Exile On Main Street, pèle-mêle de photos toutes époques confondues, qui prend méthodiquement soin de ne pas montrer le visage d'un batteur, quel qu'il soit. Ça n'est sympa pour personne. Ni pour Carlos, ni pour le gamin Nielsen qui fait le boulot depuis un paquet d'années maintenant.

« Long Time Coming » sorti en amuse-bouche il y a quelques semaines donnait le ton et annonçait un groupe revenant à un rock minimaliste, brut de décoffrage, simple et efficace. Évidemment on a déjà entendu ça des milliers de fois avec ce riff passe-partout à la croisée des KINKS et des WHO mais on tape quand même du pied et on sourit largement en se disant que ces vétérans en ont décidément sous le pied. Impression confirmée avec l'inaugural et solide « You Got It Going On » et le Ramonesque « Nowhere ». C'est sympa tout ça, c'est enjoué, bien exécuté (en se singularisant avec sa 12 cordes, Petersson est le grand oublié de la famille des bassistes et il est ici mixé aux petits oignons) mais il manque souvent un refrain vraiment intéressant pour faire la différence. D'ailleurs quand on fait un peu de spéléologie, on s'aperçoit que le bon « Radio Lover », sorte d'Elvis sous amphets est un laissé pour compte des sessions de l'album éponyme de '97, que « Brand New Name On An Old Tatoo » au refrain enfin efficace est une vieillerie coécrite avec le défunt Todd Cerney (qu'on surnommait « The Rock Doctor »). Bref si l'ensemble s'écoute avec plaisir et qu'aucun morceau n'est à proprement parlé mauvais (« Lolita » et ses arrangements 80s fait quand même peur à la première écoute), rien n'est pour autant transcendant et c'est surtout l'énergie du groupe probablement boosté par la jeunesse de Daxx qui convainc réellement et emporte l'adhésion de l'auditeur.

Est-ce que ce dix-huitième album de CHEAP TRICK était nécessaire ? Strictement parlant, bien sûr que non. Si on consulte les setlits des derniers shows en date, on voit que le groupe ose tout au plus incorporer « Long Time Coming ». Et encore, quand ils sont en tête d'affiche parce qu'en première partie de la tournée FOREIGNER qu'ils vont entamer cet été, le nouveau titre risque sûrement de passer à la trappe dans un set réduit où se bousculent déjà beaucoup d'incontournables. Mais on s'en balance, reste le plaisir de continuer à créer qui ne devrait jamais quitter un artiste (Jimmy P., si tu nous lis...). Ça tombe bien, le plaisir qu'ont ces gars-là à jouer est sur cet album particulièrement audible. Et donc communicatif. Ce qui légitime en soi l'écoute du disque quand bien même les compos ne sont pas les meilleures qu'ait pondu le groupe (mais qui l'espérait vraiment?).

P.S : Quoi, pas de référence aux BEATLES dans un album des Tricksters ? On écoutera pour cela le premier des trois bonus tracks de la version Deluxe, une reprise du « Blackberry Way » de THE MOVE fortement inspiré du « Penny Lane » des Fab Four.

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


FFF
Free For Fever (1993)
Farouche, foisonnant (mais) fleuve.




CHEAP TRICK
Heaven Tonight (1978)
3e essai non transformé


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Robin Zander (chant, guitare)
- Rick Nielsen (guitare, chœurs)
- Tom Petersson (basse, chœurs)
- Daxx Nielsen (batterie)


1. You Got It Going On
2. Long Time Coming
3. Nowhere
4. Radio Lover
5. Lolita
6. Brand New Name On An Old Tatoo
7. Floating Down
8. She's Alright
9. Listen To Me
10. The Rest Of My Life
11. +
12. Blackberry Way
13. Like A Fly
14. If You Still Want My Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod