Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Beatles , The Move , Electric Light Orchestra
- Membre : Bun E. Carlos
- Style + Membre : Robin Zander

CHEAP TRICK - Bang Zoom Crazy... Hello (2016)
Par JASPER LEE POP le 14 Avril 2016          Consultée 1358 fois

Dix-septième album au compteur pour le quartet de Rockford, Illinois. Des groupes à la discographie si imposante, ça ne court pas les rues et ce seul exploit devrait déjà forcer au respect. Premier album sans Bun E. Carlos aux baguettes également. Il y a de l'eau dans le gaz entre le batteur historique et ses trois comparses qui lui reprochent d'avoir retardé le groupe pour cause de mal de dos. Tu penses qu'il l'a mal pris, le gars. Et hop, que je te fasse un procès ! Verdict, Bun E. demeure actionnaire de l'entreprise Cheap Trick mais est prié de rester à la maison. Du coup, les trois autres font appel à Daxx Nielsen, le fils de son père six-cordiste et autre actionnaire du groupe. Et premier album sur un nouveau label Big Machine Records. Ça va ? Tout le monde suit jusque là ?

Bon très bien mais ça donne quoi cette nouvelle fournée ? Le titre offert en téléchargement (No Direction Home) nous avait mis l'eau à la bouche. On y retrouvait ce qui a toujours fait le charme de Cheap Trick : des mélodies accrocheuses qui ne vous quittent plus de la journée jouées avec une énergie communicative, des chœurs généreux et entêtants agrémentés d'un solo concis et à propos, le tout en trois minutes sans fioritures. On appelle ça de la Power Pop, un terme qui paraîtrait presque avoir été pondu spécialement pour le quartet tant il semble être le seul (avec Enuff Z'nuff plus confidentiellement ?) à maîtriser l'exercice périlleux consistant à combiner mélodies pop et énergie à la frontière du hard-rock. Que ceux qui à cet instant de la chronique pensent Hard FM prennent gentiment la porte, merci. Non, ces messieurs de Cheap Trick sont des orfèvres de la ritournelle catchy mais pas vulgaire, les héritiers des Beatles dont ils revendiquent fièrement l'influence. Rassuré par cet avant-goût de l'album, on découvrait ensuite un deuxième extrait accompagné d'un clip vidéo. Ça s'appelle When I Wake Up Tomorrow et c'est à nouveau une bien belle réussite pour cette balade up-tempo avec une ligne de chant aux accents Bowiesques. On tient sûrement là le meilleur morceau de l'album. On pourra continuer de jouer au jeu des références avec Blood Red Lips qui évoquera T-Rex, claquements de mains compris et Sing my Blues Away qui rappellera Roy Orbison. Le groupe sait aussi balancer quelques uppercuts bien sentis avec Do You Believe Me ? au premier abord un peu bourrin mais qui décolle vraiment avec un solo de Nielsen ravageur et surtout avec un Roll Me rageur au tempo soutenu qu'on croirait sorti des séances d'enregistrement du premier album. La reprise de rigueur est cette fois-ci The In Crowd de Billy Page. Tout à fait honnête, elle ne parviendra pas pour autant à détrôner la version probablement définitive de Bryan Ferry.

L'ensemble est cohérent, homogène (même si le trio d'ouverture est d'un niveau supérieur à la suite) et servi par une production léchée mais dynamique. Alors non, tout n'est pas inoubliable (The Sun Never Sets, Long Time No See Ya et surtout All Strung Out très dispensable) et ceux qui attendent du neuf repasseront, on ne révolutionne pas son style à cet âge-là. Cheap Trick fait ici ce qu'ils savent faire et ils le font bien. Qui plus est sans l'aide de compositeurs extérieurs trop nombreux (le coproducteur Julian Raymond cosigne tous les titres, preuve de son implication? et le revenant Greg Giuffria est crédité sur un morceau) comme ce fut trop longtemps le cas dans le ventre mou de leur carrière avec des résultats décevants. Ah, si ces messieurs d'Aerosmith pouvaient en prendre de la graine!

Belle réussite donc que ce dix-septième album qui succède à deux livraisons déjà très convaincantes (Rockford et The Latest). Non, vraiment je le redis, une forme aussi éblouissante pour un groupe de vétérans, ça force au respect. Chapeau bas !

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


FFF
Free For Fever (1993)
Farouche, foisonnant (mais) fleuve.




Stevie SALAS
Back From The Living (1994)
Mélange des genres réussi.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Robin Zander (chant)
- Rick Nielsen (guitares)
- Tom Petersson (basse)
- Daxx Nielsen (batterie)


1. Heart On The Line
2. No Direction Home
3. When I Wake Up Tomorrow
4. Do You Believe Me?
5. Blood Red Lips
6. Sing My Blues Away
7. Roll Me
8. The In Crowd
9. Long Time No See Ya
10. The Sun Never Sets
11. All Strung Out



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod